Le port de Marseille-Fos s'aventure au Moyen-Orient

 |  | 687 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : AdobeStock)
A l'occasion de l'événement French Business Day qui se déroule à Dubaï, dans les Emirats Arabes Unis, le Grand Port Maritime de Marseille-Fos et l'agence de développement économique Provence Promotion comptent prendre le pouls de ce territoire pour y trouver des opportunités économiques. L'occasion de compléter la stratégie logistique du GPMM mais aussi de trouver de nouveaux investisseurs.

 "Nous devions déjà aller à Dubaï l'année dernière à la même période, mais le voyage a été annulé à cause de la Covid", raconte Philippe Guillaumet, responsable des projets européens et internationaux du port de Marseille-Fos (GPMM). Cette année, l'intervention dans la plus grande ville des Emirats Arabes Unis aura bien lieu... mais en virtuel. Crise sanitaire oblige.

C'est dans le cadre des Business Day, une rencontre d'acteurs économiques organisée par la Chambre de Commerce Française pour Dubai et les Emirats du Nord, rencontre qui se déroule du 22 au 24 mars, que le port va intervenir. "Lors de ce type d'évènement, nous avons une double ambition : celle de développer les flux logistiques vers l'hinterland européen et celle d'attirer des investisseurs", explique Philippe Guillaumet. Selon les régions dans le monde, l'un de ces deux objectifs est plus important que l'autre. "Mais pour le Moyen-Orient ce n'est pas le cas nous visons les deux", avance Philippe Guillaumet.

Pour la logistique il s'agit de combler la pièce manquante du puzzle portuaire marseillais. Le GPMM mène une stratégie de développement sur l'axe Est-Ouest, qui peut se connecter avec le Nord-Sud, à l'image des accords noués à Shanghai pour la Chine et à Montréal pour l'Amérique du Nord. Ajoutez à cela son ancrage en Méditerranée et il reste donc un vide sur le Moyen-Orient. Or les ports du Golfe peuvent permettre de jouer le rôle de plateforme de distribution pour les flux vers l'Asie et l'Afrique. "Nous n'avons pas de grandes relations avec ces ports, or ils peuvent être prescripteurs pour le GPMM, souligne Philippe Guillaumet. Les personnes qui décident de la chaîne logistique mondiale ont des référents et des ports en tête, il faut qu'ils aient Marseille".

Des investisseurs à séduire

Le GPMM compte donc montrer ses solutions logistiques "mais aussi industrielles". Les ambitions vertes du port doivent jouer un atout. "Les Emirats veulent se diversifier sur ce type d'activité donc nous pouvons leur présenter certains de nos projets", juge Philippe Guillaumet. Attirer les investisseurs, c'est aussi ce que souhaite aussi faire Provence Promotion qui participe à l'événement. "La transition énergétique est un secteur qui peut intéresser les pays de cette zone qui cherchent à se diversifier", appuie Matthieu Vis, délégué à l'International et à la stratégie de l'agence de développement économique.

La mobilité et le tourisme font également partie des sujets qui pourraient trouver grâce aux yeux d'investisseurs. "Notre but final est de permettre à des projets structurants pour le territoire mais qui manquent de financement d'aboutir", rappelle Matthieu Vis. Ce dernier n'exclut pas non plus d'attirer des sociétés dans la région marseillaise, notamment dans le numérique pour des entreprises qui voudraient s'attaquer au marché européen. Des passerelles économiques qui, espère Provence Promotion, pourraient déboucher sur l'ouverture d'une ligne aérienne directe entre Dubaï et Marseille.

Prendre le pouls

Si l'ambition est là, elle demandera toutefois du temps. L'agence de développement économique compte s'appuyer sur le réseau Massilia Mundi, présent à Dubaï, pour continuer à valoriser le territoire dans la durée. "Notre stratégie est récente, nous voulons d'abord gagner en visibilité car nous ne sommes pas forcément identifiés comme un acteur économique", note Matthieu Vis. Le Moyen-Orient est en effet un territoire où les relations économiques ne sont pas très actives que cela soit pour Aix-Marseille ou pour tout le pays. A l'échelle nationale, cette région du monde ne représente que 1% des investissements étrangers en France en 2019.

Pour le GPMM aussi, il s'agit de défricher le terrain. Malgré la présence de PortSynergy, filiale du groupe DP World à 50% émirati, "nous connaissons mal cette zone, nous voulons la découvrir" reconnaît Philippe Guillaumet. Si les Business Days se déroulent à Dubaï, la logique est bien sûr d'approcher le Moyen-Orient dans son ensemble. Les équilibres géopolitiques sont aussi à prendre en compte pour qu'un investisseur n'en bloque pas un autre. Là aussi, il faut apprendre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :