Marseille-Fos : Stéphane Salvetat et les transitaires veulent ouvrir le port sur le monde

 |  | 806 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Olivier Emran)
A la tête d'une société commissionnaire de transport installée à Fos, le natif de la cité phocéenne s'appuie sur un parcours tourné vers l'étranger pour développer le trafic de marchandises sur le territoire. Il a notamment œuvré au renouveau de la chambre de commerce franco-truque. Une vision internationale qu'il impulse aujourd'hui à travers le syndicat des transitaires et l'union maritime et fluviale de Marseille-Fos.

Le refrain est connu, Marseille est la porte du Sud ouverte sur l'Afrique. Un couplet chanté en cœur, mais dans lequel une voix apporte une petite modification. "Il existe aussi l'Est et l'Ouest, nous il faut s'ouvrir vers le monde entier", souligne Stéphane Salvetat. Le directeur général du groupe franco-truc de transit LAM France et président du syndicat des Transitaires de Marseille-Fos s'amuse presque de sa position. "C'est un peu mon combat", reconnaît-il. Natif de la cité phocéenne, Stéphane Salvetat a toujours été attiré par l'étranger. "Dans ma famille beaucoup de personne avaient l'habitude de voyager y compris grâce à leur métier", raconte-t-il.

Assez logiquement, il débute à Aix-en-Provence des études de commerce international qui se terminent à Rotterdam avant de réaliser son service militaire à Berlin en 1994. "La France était en crise, pour trouver un emploi j'ai décidé de partir", explique-t-il. Alors qu'il est sur le point de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :