La French Impact, l'approche girondine de l'économie d'impact

L'association gouvernementale utilise son label pour aider les projets performants économiquement, socialement et environnementalement à trouver des financements et se faire connaître à l'échelle nationale. En région Provence-Alpes-Côte d'Azur elle soutient près d'une cinquantaine d'initiatives avec un thème largement dominant : celui de l'agroalimentaire.

3 mn

(Crédits : DR)

"Nous sommes l'équivalent de la French Tech mais pour l'innovation sociale et l'économie à impact", résume Stéphanie Goujon. La directrice générale de French Impact le sait, son association gouvernementale est encore jeune, car née en 2019, dans l'espace entreprenariat français par rapport au mouvement dédié aux start-ups. Mais à la manière d'une jeune pousse la structure veut d'ores et déjà peser comme un acteur clef sur des thèmes aux cœurs des enjeux d'aujourd'hui. "Notre vision c'est de faire la passerelle entre des initiatives et des politiques publiques mais en partant des territoires. Nous voyons qu'il existe des solutions mais qui ne remontent pas au niveau national ou n'influence pas les politiques publiques", détaille Stéphanie Goujon.

French Impact se donne donc comme mission d'identifier des projets à travers la France, de faciliter leur financement et de les faire connaître afin que cela puisse inspirer les services publics. Un profil qui a un air de déjà vu ? "Je ne connais pas de structure qui fait la passerelle avec des fonctionnaires", balaie Stéphanie Goujon avance ensuite "l'efficacité" du dispositif concernant les financements obtenus. Le terrain de jeu de l'association est donc celui de l'économie à impact. "Cela signifie qu'il doit y avoir sur un pied d'égalité une triple performance économique, sociale et environnementale dans un projet", avance la directrice générale.

Pour soutenir ces potentiels projets, French Impact fonctionne avec une logique de label. Elle s'appuie sur différents acteurs locaux, des collectivités, chambres consulaires ou encore des organisations comme Marseille Solutions ou Rising Sud. Elle participe ainsi à se faire rencontrer des porteurs de projets et des potentiels financeurs qu'ils s'agissent de plateforme de crowdfunding, de fonds d'investissements ou de business angels.

La souveraineté alimentaire au cœur de la région

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'association labellise deux territoires, celui d'Aix-Marseille et de Grasse. "Mais ce n'est pas au sens administratif car c'est le collectif qui bénéficie de notre soutien", précise Stéphanie Goujon pour signaler que les projets peuvent sortir des deux métropoles. "Nous travaillons avec la chambre régionale des entreprises d'économie sociale et solidaire Paca (Cress) qui donne une dimension plus large à notre task force", ajoute-t-elle. Une extension plus marquée vers d'autres territoires demandera lui du temps.

Parmi les grands sujets identifiés dans le Sud le thème de l'agro-alimentaire est ressorti. "C'est très dominant ici par rapport à ailleurs en France même s'il y a des projets sur d'autres choses domaines", note Stéphanie Goujon. Un lien direct avec la volonté de la Région de "devenir un territoire pilote en termes de souveraineté alimentaire", comme l'expliquait François De Canson, vice-président en charge du développement économique. Au total, ce sont 46 projets tous secteurs confondus que soutient French Impact. Parmi eux on trouve la cité de l'Agriculture, l'entreprise de formation Simplon ou encore le projet de Marseille capitale de la mer. D'ici la fin de l'année, l'association va se pencher le tourisme durable. Là encore il s'agit d'un thème au cœur des enjeux actuels.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.