Alteo arrête sa production d’alumine « rouge » à Gardanne : une perte de souveraineté pour le député Lambert (qui interpelle Castex)

Site historique de production d’aluminium, l’usine basée dans les Bouches-du-Rhône est depuis un an la propriété du groupe d’origine guinéenne, United Mining Supply, lequel cesse cette fin mars l’exploitation de sa ligne de production à partir de la bauxite. Un arrêt qui signe aussi la perte d’une souveraineté nationale pour le député François-Michel Lambert qui demande au gouvernement d’intervenir directement et rapidement pour que de fermeture de ligne de production il n’y ait pas. Et perte de souveraineté non plus.
(Crédits : Alteo)

Longtemps, l'usine Alteo de Gardanne a fait parler d'elle pour ses boues rouges, ces déchets de bauxite, qui déversés en Méditerranée, ont valu à l'ETI de se faire remarquer. Un point noir que l'entreprise s'était engagée à réparer, investissant alors dans un plan de 25 millions d'euros dédié à la réduction de son empreinte environnementale. Et depuis 2015, il n'était plus question de boues rouges.

130 ans de spécialité et un procédé abandonnés

Mais l'intérêt d'Alteo se situe bien ailleurs. Le site est, depuis près de 130 ans, spécialiste de l'extraction d'alumine, extraction qui se fait à partir du procédé Bayer, lequel consiste en une extraction par dissolution à haute température et à haute pression par solution de soude. Un procédé pas uniquement réservé à l'usine provençale, loin de là, mais qui s'est, au contraire, répandue dans toute l'industrie.

Si, entre temps, Alteo s'est également orientée vers les alumines de spécialité - celles qui intéressent notamment le secteur de la micro-électronique - c'est pourtant bien cette alumine tirée de la bauxite qui représente un intérêt stratégique pour la France.

Lire aussi 5 mnQuel avenir pour le site industriel d'Alteo, leader mondial de l'alumine ?

Or, depuis début 2021, Alteo, qui a connu des difficultés et c'est retrouvé en procédure de redressement judiciaire en 2019, est devenue la propriété du groupe United Mining Supply, originaire de Guinée. UMS qui n'a pas fait mystère, alors, de sa volonté de stopper définitivement la production d'alumine à base de bauxite. Une mauvaise nouvelle d'autant que cela entraîne la perte de cent emplois, ce qui avait déplu aux acteurs économiques, lesquels se disaient attentifs au devenir du site.

Un an plus tard, et à quelques heures de la fermeture de la ligne de production, c'est le député des Bouches-du-Rhône, François-Michel Lambert qui remonte au créneau. Et s'inquiète des conséquences de cet arrêt, surtout dans le contexte géopolitique actuel et alors que cela signifie la fin d'une souveraineté tricolore.

Une souveraineté nationale minorée ?

François-Michel Lambert qui n'a pas lâché le sujet Alteo, pointant certaines problématiques via plusieurs questions au gouvernement.

Dès le 19 janvier 2021, le député interpellait sur l'arrêt annoncé, ce qui allait alors - et on n'était évidemment pas dans le contexte géopolitique actuel - à l'encontre des recommandations de la Commission européenne, laquelle avait dressé une liste des matières premières critiques, trente exactement, dont la bauxite. La réponse apportée indiquait alors que « cette offre de reprise a été autorisée par les services du ministère en charge du contrôle des investissements étrangers en France après avoir instruit en détail les implications d'un arrêt de ce procédé de transformation de la bauxite en hydrate d'aluminium de spécialité, voire même d'une perte de compétences sur la production d'alumines métallurgiques ou de spécialité. La souveraineté nationale sur ce type de production ne dépend pas aujourd'hui du seul site de Gardanne, d'autres sources d'approvisionnement étant envisageables, au sein de l'Union européenne ».

Autre sujet pointé par François-Michel Lambert, celui d'une aide obtenue début d'année, dans le cadre de France Relance, en l'occurrence 5,7 millions d'euros pour le développement d'alumines de pointe. Or, via une autre question au gouvernement posée en mars 2021, le député Lambert rappelle que « l'actionnaire unique d'United Mining Suppliers Ltd est la société Lanister Investments LTD, enregistrée aux Îles Vierges Britanniques. Celle-ci est elle-même détenue par Shanklin Holding LTD, une structure immatriculée aux Seychelles. À ce jour, les Îles Vierges britanniques et les Seychelles font partie de la liste restreinte des États et territoires non coopératifs en matière fiscale dressée par la France ». Réponse obtenue alors : si UMS formulait une demande de soutien de trésorerie dans la cadre de la crise, l'éligibilité serait étudiée de près...

Alteo pas comme Bosch et Whirlpool

Inquiet donc de cette perte de souveraineté, François-Michel Lambert a fait parvenir un courrier à Jean Castex. Et ce que le député demande au premier Ministre c'est d'agir par des moyens les plus rapides possibles. Via une prise de participation au capital par exemple, ce que le parlementaire suggère depuis deux ans. Mais surtout pour une reprise « de contrôle du site de production d'alumines de Gardanne » et pour faire en sorte, dans ce laps de temps, que la ligne de production ne s'arrête pas. Car il sera alors impossible techniquement de redémarrer, « comme pour une fonderie ou une verrerie, lorsque le processus industriel stoppe, on ne peut revenir en arrière ». Et François-Michel Lambert de ne pas cacher son agacement. « On se mobilise beaucoup dès qu'il s'agit de pièces d'électroménager comme Whirlpool ou d'injecteurs diesel de Bosch, mais pas du tout lorsqu'il s'agit d'un sujet moins visible mais pilier de fondement de notre économie ».

Le compte à rebours, largement entamé, peut-il être vraiment (et à temps) stoppé ?

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 31/03/2022 à 18:15
Signaler
Bientôt il n'y aura plus aucune fabrication en France et nous serons un pays sous développé avec plus que les yeux pour pleurer la misère ambiante. Merci à nos politiciens qui bradent le pays depuis des décennies.

à écrit le 31/03/2022 à 10:16
Signaler
Le député Lambert se mets là au service des points de vue immobilistes. Bien au contraire cette évolution est porteuse d'avenir si l'acheteur tient ses promesses, car l'usine de Gardanne a tout intérêt à se recentrer sur ce qu'elle sait très bien fai...

à écrit le 31/03/2022 à 9:30
Signaler
Continuons à tout arrêter, à tout brader, sous divers prétextes. Dans quelques décennies, nous remplacerons dans l'échelle économique les pays d'Afrique, et nous n'aurons plus qu'à aller tenter de survivre là-bas

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.