Quel avenir pour le site industriel d’Alteo, leader mondial de l'alumine ?

 |  | 989 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Alteo)
Sans surprise, le tribunal de commerce de Marseille a accepté la proposition de reprise de l'ETI basée à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône initiée par le groupe United Mining Supply, originaire de Guinée. Une décision qui signifie l'arrêt de l'extraction d'alumine, extraction qui génère des déchets de bauxite, ces boues rouges déversées en Méditerranée qui avaient valu à Alteo de se faire défavorablement remarquer. Un arrêt qui menacerait, par voie de conséquence, une centaine d'emplois. Ce qui est loin de plaire aux acteurs économiques de la région.

Depuis le 8 décembre dernier et l'annonce du retrait de Kem One - qui avait fait savoir son intérêt pour la reprise du spécialise de l'alumine - il était à peu près clair que c'est bien United Mining Supply, dépositaire également d'une offre, qui deviendrait le nouveau propriétaire d'Alteo.

Depuis ce 7 janvier, c'est officiel. Mais ce que prévoit UMS n'est pas forcément de nature à rassurer les acteurs économiques du territoire.

La fin du procédé Bayer

Car l'entreprise basée en Guinée, qui déploie des services de logistique intégrée en Afrique de l'Ouest, compte ne pas poursuivre l'extraction de bauxite, et cela dans un délai de deux ans. C'est donc une partie de l'activité du site qui est abandonnée, entraînant de fait la suppression d'une centaine d'emplois.

C'est aussi la fin d'une partie du savoir-faire d'Alteo, développée depuis 127 ans. L'extraction par procédé Bayer, un procédé d'extraction par dissolution à haute température et à haute pression par une solution de soude, a été déployé à l'échelle industrielle précisément sur le site de Gardanne au début des années 1890, avec l'aide même du chimiste autrichien qui l'a découvert,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :