Hublo se fixe un horizon européen (avec une première escale en Allemagne)

La jeune pousse spécialisée dans la gestion des remplacements pour les établissements de santé, basée à Sophia Antipolis et Paris, inaugure sa stratégie d’expansion internationale en Allemagne avec le lancement d’une première filiale cet été. Une ouverture qui préfigure un déploiement à l’échelle européenne où la start-up, née du rapprochement entre Whoog et MedGo, entend bien prendre le lead.
(Crédits : DR)

Hublo est une start-up pressée. A peine née - de la fusion en juin 2020 des jeunes pousses sophipolitaine Whoog et parisienne MedGo - la voilà en Allemagne, à Cologne où une filiale a vu le jour cet été pour répondre aux problématiques RH des établissements de santé teutons. "L'enjeu y est encore plus fort qu'en France, relève Antoine Loron, cofondateur de l'entreprise spécialisée dans la gestion des absences et des remplacements en milieu sanitaire et médico-social. La pénurie en personnel de santé y est énorme et les établissements peinent à fidéliser, d'où des taux d'absentéisme et de turn-over très élevés". Une étude de la Fondation Hans-Böckler chiffre d'ailleurs à 100 000 le nombre de postes infirmiers à plein temps qu'il faudrait créer. Et, comme en France, la crise de la Covid-19 n'a malheureusement rien arrangé.

Avec sa solution logicielle éponyme, Hublo vient donc apporter une réponse digitale à cette problématique, déjà utilisée par 1 500 hôpitaux, cliniques et Ehpad dans l'Hexagone. Car si la structure parisiano-azuréenne n'a que quelques mois d'existence, l'expertise, elle, accumule huit années de développement réunies dans un produit désormais unique qui "permet aux établissements de trouver rapidement du personnel de confiance, de réduire le recours à l'intérim et d'améliorer, car fluidifiée et moins intrusive, la relation entre les managers, cadres de santé et soignants sollicités", explique le dirigeant.

Ambition européenne

Avec l'Allemagne, Hublo inaugure donc sa stratégie d'expansion à l'international. La filiale emploie trois personnes, bientôt six, et revendique déjà cinq premiers établissements clients. Elle s'est fixée comme objectif de décupler son chiffre d'affaires actuel ("quelques milliers d'euros par mois") dans les six prochains mois et de construire une équipe de 10 à 15 personnes d'ici à la fin 2021.

Il faut dire que la jeune pousse, qui totalise une soixantaine de collaborateurs, est particulièrement bien introduite auprès des acteurs privés de la prise en charge de la dépendance et de la gestion des Ehpad, comme les groupes Korian ou encore Orpéa au sein duquel le déploiement de la solution est en cours. Deux des leaders européens du secteur que Hublo, en toute logique, souhaite suivre dans sa conquête européenne. "C'est en effet, avec le taux d'absentéisme moyen dans les établissements, la structure du système de santé et l'état de la concurrence, un des critères d'identification des pays cibles", souligne Antoine Loron. Lesquels sont pêle-mêle : l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Belgique, la Suisse, le Royaume-Uni et, outre-Atlantique, le Canada. "Tout l'enjeu du premier trimestre 2021 sera de prioriser les cibles."

L'effet Covid-19

Il s'agira également de répondre à la question du financement de cette ambition internationale. Si la présence de Hublo en Allemagne est auto-financée, l'ouverture des autres pays, surtout si elle se concentre sur un laps de temps court, nécessitera d'envisager une opération de levée de fonds. Notamment si le développement se fait par croissance externe. Une option qui pourrait tenir la corde sur un marché encore très jeune, mouvant, avec de nouveaux entrants encouragés par une crise sanitaire sans précédent. "La crise a mis un coup de projecteur sur ce marché qui n'existait pas il y a encore cinq ans. L'émergence de nouvelles solutions et d'entreprises qui veulent s'emparer de cette problématique est d'ailleurs plutôt une bonne chose." Selon le dirigeant, au-delà de l'effet moteur de la concurrence, le message qu'une approche digitale constitue la bonne solution aux problématiques RH des établissements de santé s'en trouve renforcé.

Consolider la France

Car il faut encore convaincre. "Le marché est majoritairement sous-équipé", indique-t-il. Leader en France, Hublo (qui ne communique pas sur son chiffre d'affaires) annonce représenter entre 15 à 20% des établissements de santé et estime à 10 000 le nombre de structures pour lesquelles la solution serait pertinente. Le chemin à parcourir est encore long. En attendant, l'équipe travaille à finaliser la migration de l'ensemble des clients existants sur la solution unique, synthèse des plateformes Whoog et MedGo. Des recrutements sont également envisagés : des profils techniques essentiellement afin d'accélérer le développement de nouvelles fonctionnalités, d'améliorer la plateforme et sa capacité à absorber une charge appelée à monter en puissance. A ce jour, "nous comptons 220 000 professionnels de santé utilisateurs de la solution et un volume de missions de remplacement supérieur à 200 000 par mois, ce qui représente près de 7000 missions au quotidien". Demain, bien plus certainement. "L'usage augmente très vite", confirme Antoine Loron. Qui s'attèle donc à négocier le virage de la start-up en scale-up.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.