Dans le Nord de Marseille, le Carburateur promeut un entrepreneuriat au service du progrès social

Installé dans les quartiers nord de Marseille, ce pôle de l'entrepreneuriat mêlant accompagnement et hébergement a toujours eu à cœur d'utiliser l'entrepreneuriat comme un levier vers l'insertion sociale. Sept ans plus tard, le territoire a changé et le Carburateur a bien grandi. Désormais Carrefour de l'entrepreneuriat dans le cadre du plan Marseille en Grand, il a pu multiplier ses forces y compris dans les métiers alimentaires où les projets entrepreneuriaux foisonnent.
(Crédits : DR)

Dev-ID et son réseau de développeurs, MoRice et ses desserts végétaux, Café Corto et ses torréfactions artisanales, Krokola et ses tablettes de chocolat pour enfants ... En sept ans, environ 140 entreprises se sont installées entre les murs percés de bulle de ce pôle de l'entrepreneuriat situé dans le 15e arrondissement de Marseille, non loin de la station de métro Capitaine Gèze au pied de laquelle s'étend quotidiennement un grand marché sauvage où l'on chine toutes sortes d'objets collectés dans les poubelles de toute la ville.

Ici, selon l'Insee, 43 habitants sur 100 vivent en dessous du seuil de pauvreté. Quant au taux de chômage, il s'élevait en 2019 à 24,9 %, bien supérieur à la moyenne nationale.

Pourtant, le territoire présente des atouts propices au développement d'un tissu entrepreneurial. La proximité du métro, des sorties d'autoroutes, une circulation plus fluide qu'en centre-ville, un foncier plus disponible et moins coûteux ... D'où l'idée de la Métropole, au milieu des années 2010, d'y installer un équipement d'accompagnement à la création d'entreprises.

92 % du public habite les quartiers nord de Marseille

Cet équipement, ce sera le Carburateur, du nom de cette pièce automobile qui mélange l'air et le carburant et permet de démarrer et d'avancer. C'est aussi un clin d'œil aux nombreuses casses automobiles que compte le quartier, auquel il s'agit de ressembler. Pour aider les entreprises à démarrer et avancer, ce pôle de l'entrepreneuriat ouvert en 2016 propose des espaces de travail, des conseils, de la mise en réseau ainsi que de l'hébergement d'entreprises. A sa tête, une femme qui vient du secteur de l'emploi et de la formation : Muriel Bernard-Reymond. Elle tient à ce que le lieu soit ouvert au quartier et qu'il permette de mixer les publics.

En 2016, il n'existe que très peu de structures de ce type, de surcroît dans le nord de Marseille. Alors quand le Carburateur ouvre, la demande est forte. Très vite, cet espace atypique se remplit. Et finit par s'ancrer dans son territoire.

« Aujourd'hui, 92 % de notre public habite les quartiers nord de Marseille », observe Muriel Bernard-Reymond. Il s'agit de « porteurs de projet » mais aussi « d'entrepreneurs un peu largués, qui ont déjà créé leur entreprise mais ne génèrent pas de chiffre d'affaires ou ont besoin de conseils ». En 2022, 1500 personnes sont venues pour un accompagnement. C'est à peu près autant qu'en 2021 avec une petite différence chère à la directrice des lieux : la part de femmes a augmenté de deux points, atteignant 47 % du public accueilli.

En 2022, 30 entreprises installées, dont un tiers dans l'agroalimentaire

En parallèle, 30 entreprises se sont installées. Des entreprises de tous secteurs - le Carburateur revendique une approche généraliste- même s'il en est un qui se distingue. « Un tiers des entreprises que l'on héberge sont dans le secteur de l'agroalimentaire ». On trouve ainsi des boissons énergisantes, des tartinables, des cocktails prêts à l'emploi, des frites, et même, plus surprenant, des tatouages comestibles.

Une spécialisation de fait, portée par les nouvelles tendances liées à l'alimentation et à l'artisanat, ainsi que par la réputation du Carburateur qui s'est consolidée au fil du temps. « Sur le territoire, on manque d'espaces de production agroalimentaire pour des entreprises qui démarrent. Cela demande des travaux qui sont coûteux. Nous, nous avions déjà des ateliers de production que nous avons progressivement adapté à l'agroalimentaire ». En y ajoutant par exemple, à la demande de résidents, des arrivées d'eau. « Et puis nous avons pris plaisir à accompagner ce type de projets ». D'autant que l'équipe du Carburateur compte parmi ses 9 salariés une ingénieure agronome, bien au fait des enjeux de réglementation dans ce domaine où le nom du Carburateur circule donc de plus en plus. « On attire beaucoup de structures agroalimentaires. Et on en refuse beaucoup car nos locaux ne sont pas forcément adaptés à tous ».

Pour mieux répondre à ces demandes, le Carburateur est justement en discussions avancées avec le MIN des Arnavaux (Marché Marseille Méditerranée) afin d'y installer un incubateur agroalimentaire.

Et au-delà de l'agroalimentaire, le Carburateur est aussi à la manœuvre du Foodcub, cet incubateur culinaire tourné vers la restauration qui s'apprête à accueillir en mai sa troisième promotion. Après une formation intensive de deux mois et demi, les incubés peuvent expérimenter leur concept en grandeur réelle au sein des Docks Village, ou bien dans un autre tiers lieu culinaire : le Monticole, porté avec Les Grandes tables de la Friche Belle-de-mai, Erilia, et l'association des Femmes du Plan d'Aou. Cette seconde option s'adresse aux porteurs ayant un projet de traiteur ou de dark kitchen.

Carrefour de l'entrepreneuriat

Mais les milieux de la restauration et de l'agroalimentaire ne sont pas les seuls à reconnaître l'expertise du Carburateur. Celui-ci fait ainsi partie des Carrefours de l'entrepreneuriat, ces lieux chargés de détecter et de suivre pendant deux ans des jeunes désireux de s'engager dans l'aventure entrepreneuriale, dans le cadre du plan Marseille en Grand. Un label obtenu grâce à un travail collaboratif mené avec les autres membres de son consortium : la CCIAMP, les Apprentis d'Auteuil et l'Épopée.

En devenant Carrefour de l'entrepreneuriat, le Carburateur - qui a à ce jour accompagné 480 jeunes dans ce cadre, dont 75 % ont été orientés vers le dispositif Capital jeune créateur proposant un accompagnement et une dotation de 3000 euros- a pu se développer de façon significative. « Nous sommes passés de 4 à 9 salariés en un an. Nous densifions et musclons notre offre grâce aux moyens supplémentaires dont nous disposons ».

Des moyens évidemment temporaires, qui ont fortement accru la dépendance du Carburateur aux fonds publics. Se pose alors la question de l'après, lorsque ces subventions ne seront plus distribuées et qu'il faudra continuer de payer les salariés que le Carrefour de l'entrepreneuriat a permis de recruter. « Nous sommes en train de mettre en place notre stratégie ». Stratégie qui passera notamment par une offre de formations financées par Pôle Emploi, le Carburateur ayant obtenu la certification Qualiopi. « Pour le moment, nous proposons deux produits de formation. Notre objectif est de développer un catalogue plus étoffé ».

Impact social

En sept ans, le Carburateur a donc bien changé. Et son territoire ? Arrivée du métro. Installation de l'Épopée, ce tiers-lieu dédié à l'innovation éducative. Implantation imminente de l'école du numérique La Plateforme. Marseille en Grand. Le projet d'aménagement Euromediterranée qui s'étend vers le Nord ... « Il y a une vraie dynamique. Avec un engouement absolu pour la création d'entreprises. Mais les gens sont toujours aussi pauvres. Et le quartier est toujours aussi triste », regrette Muriel Bernard Raymond qui veut amplifier l'engagement du Carburateur vis-à-vis du nord de la ville.

Un impact qui passe évidemment par la création d'emplois -en 2022, 40 emplois ont été créés par les entreprises en résidence en plus des emplois des dirigeants, soit une centaine d'emplois au total-, mais aussi par l'engagement des entreprises qui fréquentent le lieu.

« J'ai toujours voulu être ici pour que ce territoire aille mieux. Ici, on dit à nos résidents qu'on va beaucoup leur donner et en échange, on attend qu'ils rendent au territoire, en se mobilisant pour plein de trucs ». Qu'il s'agisse de l'accueil de stagiaires, d'interventions auprès de demandeurs d'emploi, de jeunes, ou encore d'embauche de salariés habitant le quartier. Autant d'actions qui alimentent désormais « un score Carbu » affiché dans la cuisine du tiers-lieu. Pour faire carburer un entrepreneuriat connecté à son environnement proche. Un entrepreneuriat synonyme de progrès social pour son territoire.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.