Comment « Marseille en grand » acte le caractère incontournable des tiers-lieux dans le renouveau de la ville

Détenteurs du label Carrefours de l’entrepreneuriat, les trois tiers-lieux que sont Le Carburateur, la Friche Belle-de-mai et L’Épopée seront chacun chargés de détecter et suivre sur deux ans environ un millier de jeunes désireux de s’engager dans l’aventure entrepreneuriale. Une façon de reconnaître leur capacité à fédérer sur un territoire marqué par de fortes fractures sociale et géographique. Et à capter des publics auxquels les politiques publiques peinent désormais à s’adresser.
(Crédits : DR)

Enrichir l'offre de transports en communs. Rénover les écoles délabrées. Moderniser les hôpitaux publics... Le plan « Marseille en Grand », annoncé par Emmanuel Macron le 2 septembre 2022 depuis le Pharo, a vocation à répondre de façon accélérée à ces urgences auxquelles fait face la deuxième ville de France, « grande comme deux fois et demie Paris », comparait alors le Président, mais aussi « percluse de fractures géographiques », « plus pauvre que beaucoup d'autres grandes villes », avec une « pauvreté concentrée toujours au même endroit ». Des endroits « enclavés » et où « les habitants ont été assignés à résidence ».

Rattraper le retard. Réparer les fractures. Mais aussi expérimenter. Notamment sur le front de l'emploi des jeunes à travers le soutien à l'embauche de ceux habitant les quartiers prioritaires, l'apprentissage ou encore l'entrepreneuriat. Mais pas question d'un plan venu de Paris. L'idée est de s'appuyer sur les forces présentes sur le territoire via la création de carrefours de l'entrepreneuriat, imaginés comme de « grands lieux dédiés où les jeunes qui ont des projets seront gratuitement formés, conseillés, mentorés par des dirigeants d'entreprises, des associations et accompagnés par des services publics ».

Jeunes, entreprises, associations : des univers généralement assez différents à réunir mais qu'un type d'acteur arrive particulièrement bien à faire se rencontrer: les tiers-lieux. C'est ainsi que parmi les cinq acteurs obtenant le label « Carrefours de l'entrepreneuriat » quelques mois après le discours du Président de la République, trois sont des tiers-lieux. S'y ajoute la Chambre de Commerce et d'Industrie Aix-Marseille Provence - qui mettra en place un tiers-lieu de l'entrepreneuriat pour assurer cette mission-, ainsi que le Groupe SOS à travers un concept de bus de l'entrepreneuriat.

Des tiers-lieux fédérateurs ...

Les trois tiers-lieux ainsi désignés sont de création plus ou moins récente sur le territoire. C'est la Friche qui fait ainsi figure d'ainée. Voilà trente ans qu'elle occupe l'ancienne manufacture de tabac du quartier populaire de la Belle-de-mai, proche du centre-ville, proposant manifestations culturelles, expositions, librairie, restauration, radios locales ou encore skate-parc et terrains de sport. Dans le cadre de l'appel à initiatives « Carrefours de l'entrepreneuriat », elle a mis en place avec ses partenaires (à savoir La Ruche - structure nationale d'accompagnement à l'entrepreneuriat-, Inter Made, qui accompagne des porteurs de projets s'inscrivant dans l'économie sociale et solidaire, Web Force 3 qui forme au numérique ainsi que Être, qui forme à différents métiers de la transition écologique) un espace dédié à l'accompagnement à l'entrepreneuriat : le Transforama qui obtient la labellisation.

Plus récent, le Carburateur s'est imposé dans le territoire Nord de Marseille grâce à son expertise dans l'accompagnement des entreprises. Il mène aussi des actions en direction des jeunes et a obtenu le label Carrefour de l'entrepreneuriat grâce à un travail collaboratif mené avec les autres membres de son consortium : la CCIAMP, les Apprentis d'Auteuil et l'Epopée, elle aussi titulaire du label.

Épopée qui, née sous l'impulsion de la startup spécialiste de l'animation Synergie Family, fait partie des derniers tiers-lieux nés à Marseille et s'intéresse à l'innovation éducative, regroupant 53 structures.

... et complémentaires

Des tiers-lieux aux colorations et aux missions très complémentaires. Ainsi, l'Épopée sera particulièrement attendue sur l'identification des jeunes à mobiliser dans le cadre des Carrefours, ce sur quoi les politiques publiques ont tendance à buter.

« Avec Synergie Family, nous avons beaucoup innové sur ce sujet », explique Laurent Choukroun, co-fondateur de Synergie Family. « Nous trouvons des jeunes par tous les moyens : jeux, réseaux sociaux, actions sportives et culturelles au pied des immeubles ... On repère ces publics et on construit avec eux une relation de confiance solide et durable. C'est la base pour les embarquer ensuite sur des projets ».

L'Épopée dispose également de savoir-faire concernant la conception de projets à partir de la personnalité et des centres d'intérêt de son public. Et n'hésite pas à diriger ceux qui ont une idée de projet plus aboutie vers le Carburateur, dont le métier consiste davantage à accompagner de type de personnes.

Faire ruisseler les politiques publics jusqu'à leurs destinataires

Mais à travers ces Carrefours, l'enjeu est avant tout de fluidifier les échanges entre les différents acteurs du territoire. De sorte que le rôle premier de ces Carrefours n'est pas d'accompagner les projets, mais plutôt de «prévenir les ruptures de parcours en les orientant vers les bons dispositifs et en apportant éventuellement ce que les autres ne proposent pas », explique ainsi Muriel Bernard-Reymond, directrice du Carburateur.

Quant à la Friche, elle se chargera de suivre des projets dont la vocation est davantage liée à l'économie sociale et solidaire, aux transitions écologiques et numériques.

Pour attirer les jeunes, les Carrefours pourront également s'appuyer sur les associations de proximité, encouragées financièrement à orienter des jeunes vers eux. Ils travailleront par ailleurs étroitement avec les services publics. « En temps que tiers-lieux », assure Stéphane Pinard, coordinateur de la Fabrique des territoires de la Friche Belle-de-mai « notre mission est de mettre tous les opérateurs du territoire autour de la table pour un meilleur maillage des réponses apportées. D'agréger toutes les collectivités et les services publics qui ont une responsabilité sur l'insertion, l'emploi et la levée des freins », qu'il s'agisse par exemple d'accéder au logement ou de faire face à des difficultés sociales.

Une reconnaissance de leur pouvoir de transformation

Lieu de rencontres de publics divers. Moyen de capter des publics que les institutions peinent à atteindre. Les tiers-lieux sont aussi, selon Laurent Choukroun, des lieux où l'on invente « une économie nouvelle, plus durable, plus responsable, plus joyeuse. Des générateurs d'impact, d'inclusion, où l'on crée de nouvelles opportunités et de nouveaux modèles économiques ». Voilà ce que consacre l'État à travers Marseille en Grand et la création des Carrefours de l'entrepreneuriat. Une forme de reconnaissance assortie de moyens supplémentaires pour ces lieux passerelles qui réinventent les villes et tentent d'endiguer les fractures territoriales et sociales.

Ainsi, l'Épopée a pu recruter 5 à 6 « révélateurs » pour assurer le suivi des jeunes et lancer son programme Inspiration, dont le principe est de faire intervenir des entrepreneurs - « de l'artisan du coin au directeur général d'une grande boite locale », précise Laurent Choukroun-, afin que ceux-ci racontent « leur expérience, leurs déboires, comment ils ont fait face à des situations difficiles ... ».

A la Friche Belle-de-mai, le Transforama offre un nouvel espace avec une programmation dédiée, et pour lequel un coordinateur et trois orienteurs ont pu être recrutés.

Au Carburateur, la labellisation marque un nouveau cap. « Depuis quelques mois, nous grossissons sainement et sereinement », se réjouit Muriel Bernard Reymond. « Nous sommes passés de 4 à 9 salariés en un an. Nous densifions et musclons notre offre grâce aux moyens supplémentaires dont nous disposons ». Moyens qui ont notamment permis de concrétiser un projet depuis longtemps dans les esprits : celui d'ateliers de décryptage macro-économique, un « besoin récurrent chez les jeunes de quartiers prioritaires qui souhaitent entreprendre ».

Et au-delà de ces moyens d'action supplémentaires, les Carrefours leur offrent un surcroît de visibilité, et la possibilité de mieux coopérer avec les autres acteurs du territoire. « Le fait d'être labellisé Carrefour de l'entrepreneuriat nous permet aussi d'être plus visibles pour les acteurs du service public de l'emploi », explique ainsi Stéphane Pinard. « Nous nous connaissions évidemment. Mais désormais, les discussions sont plus concrètes. Nous avons par exemple signé une convention partenariale avec Pôle Emploi et la Mission locale ».

« Il y a plein d'acteurs qui se croisaient mais ne travaillaient pas ensemble. Avec les Carrefours de l'entrepreneuriat, ils se sont mis à le faire », se félicite Laurent Choukron. « C'est par exemple la première fois que l'on répond tous ensemble à un appel à projet ».

Des objectifs (trop ?) ambitieux

Mais les ambitions sont colossales : 8.000 jeunes sont censés être accompagnés vers l'entrepreneuriat en deux ans, dont 4.000 dès 2022. Or, les Carrefours n'en sont encore qu'au démarrage. Il faudrait donc mettre les bouchées double l'an prochain. Ce qui laisse penser à certains que les objectifs sont peu réalisables. Tous sont néanmoins convaincus de l'apport du dispositif pour le territoire. A condition d'être humble.

Car l'enjeu n'est pas de faire naître de nouvelles licornes qui recruteront en masse sur le territoire. Mais de « remettre en mouvement des publics qui ont été arrêtés par des vagues d'échecs successives », pense Laurent Choukroun pour qui « réussir une expérience entrepreneuriale n'est pas forcément monter une startup qui se déploie sur tout le territoire. C'est déjà de pouvoir se payer grâce à son activité ».

Et même si ce n'est pas le cas, complète Muriel Bernard Reymond, « c'est un outil qui permet de se frotter à la réalité économique, d'avoir des salariés plus avertis, qui maîtrisent mieux les enjeux de la vie d'une entreprise. C'est un bon moyen de se construire personnellement et professionnellement. Et de faire des rencontres folles qui changent la vie ».

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.