Newton Offices et KKR, ce partenariat qui valide le « nouveau » bureau en régions

Déjà unis dans une première phase déployée il y a trois ans, la société d’investissement renforce son soutien à Tivoli Capital, la maison-mère du groupe spécialisé dans la fourniture de bureaux clés en main, basé à Marseille. Une façon d’accélérer le déploiement d’un concept qui parie sur des espaces modulables, prêts à l’emploi et accompagnés d’une offre de services très large, que la crise a largement conforté. Et que l’exode urbain encourage aussi en remettant les métropoles régionales sur la carte de l’immobilier tertiaire.

4 mn

(Crédits : DR)

Lorsque Guillaume Pellegrin imagine les contours de Newton Offices, l'air du temps est déjà à une consommation de bureau différente, qui sort des habitudes classiques. Nous sommes en 2017 et le mouvement de ce que l'on appelle de façon générique, le flex office s'imprime doucement mais sûrement. Si le coworking a alors la faveur, notamment des entreprises qui y voient clairement l'émergence d'une nouvelle tendance, le nouveau bureau, tel que l'on pressent son évolution, va bien au-delà. La suite de l'Histoire lui donnera raison.

Parce que donc, le bureau ne se pratique plus comme avant, parce que le besoin est dans la souplesse et parce qu'il n'y a pas qu'une seule façon de consommer ce même bureau, Newton Offices déploie un business-modèle où il est possible d'occuper des espaces de façon temporaire, en fonction du besoin, d'avoir accès à des bureaux privatifs pré-équipés, avec ou sans engagement, mais également de posséder des bureaux, sur un modèle plus classique, développés ici en marque blanche.

Trois possibilités donc pour couvrir l'ensemble de la demande. Sachant que la dimension « régionale » joue à plein. Si elle était, au départ, une sorte de singularité, celle-ci est depuis devenue une composante de la réponse à cette même demande, l'exode urbain enregistré depuis la crise, aidant.

Soutenir l'implantation des entreprises en région

C'est ce business modèle, qui déjà, en 2018, a séduit KKR. La société d'investissement, spécialisée dans la gestion d'actifs, les marchés de capitaux et d'assurances, s'était alors engagée aux côtés de Newton Offices pour un programme de 8 immeubles en région. Quatre ans plus tard, le partenariat prend une autre envergure, s'engageant pour 25 sites à horizon 2025. Soit, aussi, 125.000 m2. Un nouveau programme ambitieux, mais qui conforte Guillaume Pellegrin dans sa vision de l'immobilier tertiaire. « Nous avons confiance en notre modèle économique et dans notre stratégie en région, en tant que propriétaire opérateur, sur des marchés très dynamiques. » Et c'est précisément la présence renforcée en région qui est l'enjeu principal. « Nous voulons mailler encore davantage les métropoles », confirme Guillaume Pellegrin. Aix-Marseille, Montpellier, Lyon, Lille, Sophia-Antipolis, Nice, puis ensuite Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes figurent au calendrier.

Cette stratégie de bureau flexible qui se déploie en région a clairement convaincu KKR, conscient, comme l'explique Mai-Lan de Marcilly, la directrice immobilier pour l'Europe que se joue « l'attractivité des villes en dehors de Paris et qu'elle constitue une double solution autant en termes de flexibilité que de simplicité et qualité. N'avoir qu'un seul interlocuteur pour tous les besoins (bureau et services NDLR) cela a énormément de valeur ».

« Être dans des lieux où on veut vivre, c'est cela le grand bouleversement », insiste Guillaume Pellegrin faisant référence à l'exode urbain engendré par la crise, qui voit la désaffection pour les grandes métropoles au bénéfice de métropoles moyennes. Et comme les entreprises elles-mêmes sont désormais capables d'embaucher une compétence là où elle se trouve, « implanter des immeubles en région, c'est soutenir l'implantation d'entreprises en région ».

Conversion des grands groupes

Newton Offices qui a défini trois lieux pour s'installer, les quartiers d'affaires, le parc tertiaire ou le quartier résidentiel mixte. Encore une fois, de quoi avoir une couverture la plus large possible. Ce qui semble séduire. Si initialement, les TPE PME étaient la cible première, les grands groupes désormais ne regardent plus le concept avec distance. « Les grands groupes sont rassurés par l'aspect service et sécurité. Le choix du haut de gamme est en cohérence avec l'offre corporateLes entreprises trouvent chez Newton Offices une offre équivalente à celle d'un siège parisien. De plus, la période accélère la conversion des grands groupes », estime Guillaume Pellegrin, quand Mai-Lan de Marcilly souligne que le choix d'agir en tant que propriétaire-opérateur « permet une variété de solutions. C'est avoir la capacité de baux 3/6/9 tout en profitant de la possibilité d'aller vers une solution flexible ». Et que KKR « investit dans de l'immobilier de grande qualité. C'est la recette du succès dans le futur ».

Le calendrier prévoit une prochaine ouverture à Marseille, puis ce sera Marcq-en-Barœul, Sophia-Antipolis, Nice, Toulouse, Paris et Lyon. Cinq sites sont déjà ouverts, à Aix-en-Provence, Marseille, Montpellier, Villeneuve d'Ascq et Lyon.

4 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.