Comment Livmed’s ubérise la livraison de médicaments en accéléré

 |  | 846 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Spécialisée dans la livraison de médicaments à domicile en moins de 30 minutes, la jeune pousse installée à Nice vient de se déployer à Lyon et à Paris, trois mois à peine après le lancement de son app mobile éponyme. Une progression éclair portée par la crise sanitaire qui a révélé un besoin non ou mal satisfait, et un business model qui vise à emporter l’adhésion des pharmacies lui permettant ainsi de tisser une toile englobant les principales métropoles françaises d’ici à la fin 2021.

Il est des hasards qui font bien les choses. Les débuts sur les chapeaux de roues de la jeune pousse niçoise Livmed's, spécialisée dans la livraison à domicile de médicaments, en attestent. L'idée, née au printemps 2019 à la faveur de la généralisation du dossier médical partagé à l'ensemble des Français, bien avant la crise sanitaire donc, s'est concrétisée en décembre 2020, date du lancement de l'app mobile éponyme à Nice avec une poignée de pharmacies partenaires. Trois mois plus tard, le service est disponible dans les principales villes de la façade méditerranéenne, entre Menton et Marseille, à Lyon et à Paris, avec plus de 200 officines inscrites au compteur. Un déploiement à marche un peu forcée, motivé par une demande dont l'accélération a pris de court son dirigeant, Talel Hakimi. "Nous avions imaginé conforter notre réseau en local avant d'élargir au national, mais l'accumulation des commandes de clients parisiens, impossible à servir alors, nous a conduits à changer notre fusil d'épaule. On ne s'est pas trompé : il y a un vrai engouement qui correspond à un réel besoin".

Uber de la pharmacie

Sur le principe, l'idée n'est pas nouvelle : mettre en relation un client - le patient ou le professionnel de santé mandaté par ce même patient -, un commerce - la pharmacie - et un livreur. Il est même étonnant qu'elle n'ait pas été développée plus tôt, la personne malade étant la moins apte à se déplacer. Pourtant, parmi ceux qui s'y sont essayés, beaucoup se sont cassé les dents. Les groupements de pharmacies par exemple. "Il leur a manqué le volet communication, qui leur est interdit, et surtout l'élément déclencheur qu'a été la pandémie de la Covid-19", estime le dirigeant. Pour qui la crise sanitaire a clairement constitué un marchepied. Notamment auprès des cadres urbains, le gros de sa clientèle, qui n'ont "ni le temps de se déplacer, ni l'envie de s'exposer au risque".

Autre point plaidant en sa faveur : son business model, qui laisse la charge de la livraison au client. Une façon de challenger les besoins du marché, mais aussi un parti-pris différenciant par rapport aux services concurrents qui vise à faciliter l'adhésion des pharmaciens et à accélérer la constitution d'un réseau suffisamment dense pour permettre d'assurer une livraison en moins de 30 minutes sur chacun des territoires couverts. Un positionnement BtoC que Talel Hakimi, ex-courtier en assurance spécialisé dans la téléconsultation, veut toutefois faire évoluer vers le BtoBtoC pour les produits hors parapharmacie. Des négociations sont en cours avec les mutuelles et les services d'assistance afin d'inclure le service Livemed's dans leur pack bien-être pour les premières, aide à domicile pour les seconds. L'objectif étant d'amortir les frais de livraison pour les personnes malades. Un système d'abonnement va également être mis en place pour fidéliser la clientèle.

Enfin, Livemed's se démarque par une utilisation fine des réseaux sociaux et du marketing. "C'est un de nos points forts", avance le dirigeant. Lequel a fait appel à un influenceur issu de la téléréalité Jonathan Matijas pour jouer le livreur dans une vidéo de présentation. Bonne pioche ! "Cela a créé un engouement qui nous a permis de réunir près de 6.000 livreurs répartis sur tout le territoire".

3.000 pharmacies partenaires fin 2021

Reste donc pour l'entreprise de 15 personnes à transformer l'essai pour lequel elle a déjà investi 150 000 euros sur fonds propres. Géographiquement d'abord, avec l'ouverture du service Livemed's dans les grandes métropoles hexagonales telles que Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Grenoble, Strasbourg, Rennes, Nantes... "Au regard de nos futurs partenariats avec différents groupements de pharmacies et de notre évolution exponentielle, nous tablons sur un total de 3000 pharmacies partenaires d'ici à la fin de l'année", précise le dirigeant qui entend ainsi générer un premier chiffre d'affaires de 1,6 million d'euros.

L'accent sera également mis sur l'ouverture du service à d'autres domaines médicaux, plus ou moins éloignés de la cible historique. "Il s'agit de s'adapter au marché qui s'avère plus large que nous ne le pensions, à commencer par les laboratoires d'analyse et les répartiteurs de pharmacie". Ces derniers permettant à la jeune pousse "de faire du BtoB". Mais d'autres segments ont fait part de leur intérêt comme les magasins de matériels médicaux, les vétérinaires et les opticiens à la recherche d'offres différenciantes.

En attendant, la priorité est d'étoffer l'équipe, notamment en termes de développeurs afin d'intégrer Livemed's directement sur le site des pharmaciens partenaires. "C'est une très forte demande". Des profils commerciaux, marketing et juridiques sont également attendus. Une levée de fonds est, de ce fait, en cours de négociation auprès de deux typologies d'investisseurs, des pharmaciens ou groupements de pharmacies d'une part, des institutions privées dans le domaine médical et de la numérisation de la santé de l'autre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2021 à 14:12 :
Entreprise de voyous, même les chauffeurs Uber respectent mieux le code de la route qu'eux!
Je n'ai jamais été collé de si près par quelqu'un sur l'autoroute avec un enfant de moins de deux ans à l'arrière. La demande est si forte qu'il faut risquer la vie des autres pour gagner du fric? Changez votre fusil d'épaule comme vous dites en respectant tout le monde et pas seulement vos clients.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :