Jean-Pierre Blanc - Malongo : “Le bio non équitable est en voie de paupérisation”

 |  | 741 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
A la tête du torréfacteur azuréen depuis 1980, “le plus vieux directeur général de France”, comme il aime à se décrire lui-même, poursuit inlassablement son plaidoyer en faveur du commerce équitable. Un modèle économique structuré et structurant qui a permis à la PME, pionnière en la matière, de sortir de l’ombre et de s’imposer comme un acteur incontournable de la filière café.

C'est une petite boîte ronde, métallique, blanche, sur laquelle trône le portrait d'une dizaine de cultivateurs mexicains. Un cliché vieux de vingt-huit ans, délicieusement suranné, volontairement à rebours des codes marketing, pourtant devenu le symbole d'une conquête : celle du commerce équitable. A la manœuvre, Jean-Pierre Blanc, l'auteur de la fameuse photo et directeur général des Cafés Malongo qui au mitan des années 90 convainc une poignée d'enseignes de la grande distribution, Monoprix et Carrefour en tête, de soutenir cette idée en peu folle qu'un autre commerce est possible, durable et éthique, basé sur la juste rétribution des producteurs et travailleurs comme levier de développement et de réduction des inégalités. Bonne pioche. Vingt-cinq ans plus tard, cette première offre de café dit "des petits producteurs" truste fièrement la deuxième marche du podium du marché des Arabica...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2021 à 8:53 :
A quand du transport à voiles pour le café qui se conserve très bien afin d'exposer un réel et avant gardiste progressisme ? :-)

Déjà rien qu'en se passant de cette armée d'intermédiaires ultra couteux on serait dans des délais plus que raisonnables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :