Guillaume Fournier Favre - Kone : « L’innovation est une réponse à la nouvelle urbanisation »

Spécialiste de l’industrie des ascenseurs, des escaliers mécaniques et des portes automatiques, l’entreprise finlandaise est un acteur majeur du marché hexagonal. Basée à Nice, la division française du groupe né en 1910 s’est emparé des nouvelles technologies pour apporter une réponse adéquate aux nouvelles mobilités et à ce nouveau cadre urbain où le bâtiment d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier et peut-être non plus celui de demain, comme l’explique son directeur général France.
(Crédits : DR)

En 2021, Kone célèbrera les 50 ans de sa présence en France. Un anniversaire qui suit de peu une autre date symbolique « fêtée » cette année, celle de sa création, voici 110 ans, en Finlande. En un peu plus d'un siècle, le groupe familial (CA 10 Mds€ en 2019 - 60 000 collaborateurs dont 3 000 en France ) s'est adapté au fil des mutations urbaines, économiques, démographiques. L'ascenseur, notamment, a lui-même évolué, devenant un outil de gestion des mobilités, et pas seulement un outil de déplacement vertical. Numéro 2 sur le marché français, Kone est présent dans de grandes réalisations comme la Tour La Marseillaise à Marseille, la Tour First à La Défense, la ligne 15-16 du Grand Paris...

Une plateforme numérique pour mieux gérer

L'innovation mais surtout les nouvelles technologies - comme l'intelligence artificielle - sont un vecteur d'amélioration du produit, lequel produit doit répondre aux besoins du marché visé. « Depuis 5 ans nous avons connecté nos ascenseurs », raconte Guillaume Fournier Favre. Ainsi, des capteurs récoltent la donnée, envoyée ensuite dans le cloud, permettant de monitorer les appareils et rendant la maintenance, prédictive. Ce qui concerne en France 15 000 appareils. Avec comme résultat, promet le directeur général de Kone France, « un taux de panne réduit de 50% ».

Cette première expérience concluante a permis de poser les bases pour poursuivre dans le même sens. C'est comme cela qu'a été créée début 2020 une plateforme numérique, « à laquelle nos appareils sont connectés. Les clients peuvent y avoir accès pour des services Kone.. Mais la plateforme peut aussi accueillir les applications de nos clients, notamment ceux des parcs HLM ou immobiliers qui ont besoin de monitorer pour la gestion des flux et avoir accès au parc ascenseur », poursuit Guillaume Fournier Favre.

Techno et usages, le bon combo

Kone travaille aussi avec des entreprises de robotisation, pour des services comme le room-service dans un hôtel (le robot étant appel Savioke Relay NDLR), plus largement pour des services d'hospitality. « Pour faire la ville intelligente, il faut s'interconnecter de façon numérique. On doit associer technologies et usages du bâtiment pour créer un bâtiment plus fluidemoins énergivore », plaide Guillaume Fournier Favre.

Le digital, plus généralement, doit jouer ce rôle de facilitateur. Prendre l'ascenseur doit être une expérience client réussie. « Nous avons revu le design, réintroduit la musique d'ascenseur, nous en avons également profité pour travailler sur les matériaux, dont un inox réparable et un revêtement anti-bactérien ».

Déplacer les services, plus les personnes

Introduire de la technologie et de l'innovation c'est répondre à l'évolutions des bâtiments et plus largement de l'urbanisation. La crise liée au virus a fait émerger plus vite et peut-être plus fort des changements d'organisation. « Demain, est-ce que la demande en quartier d'affaires sera celle d'aujourd'hui ? », interroge Guillaume Fournier Favre qui note une demande forte « pour les lieux de vie, où on peut faire plusieurs choses à la fois. La mobilité, du coup, change aussi ».

Koné tente d'y répondre avec sa solution People Flow qui permet de mesurer le déplacement des personnes au sein des immeubles.

« Le lieu devient multifonction. L'urbanisation en France a été, pendant des années, à l'éparpillement avec des zones et des bâtiments mono-usages. Il y avait les zones commerciales, les zones industrielles, les zones d'habitation... Le problème a été de déplacer les personnes d'une zone à une autre. Aujourd'hui, on télé-travaille à domicile, on consulte son médecin de façon dématérialisée... Les lieux de vie sont à la fois des lieux de travail, des lieux de santé et des lieux de consommation grâce aux plateformes de streaming qui entrent directement dans le foyer. Cela fait émerger une nouvelle urbanisation. On ne déplace plus les personnes, mais les services. Et cela change l'urbanisation des villes ».

Smart et green

L'innovation est donc majeure parce que le marché fluctue sans doute plus vite qu'avant. « Notre démarche d'innovation est permanente », acquiesce Guillaume Fournier Favre. Kone d'ailleurs accompagne et incube des projets innovants. Histoire de rester en veille et sur la brèche. « Mais le grand challenge est d'industrialiser », reconnaît le DG Kone France. « Et d'amener cela à des usages grand public ».

Sujet primordial, l'énergie et sa consommation font partie de recherche en innovation. Et là encore, elle est perpétuelle et source de remise en question. « Le gaspillage représente une part importante de la consommation d'énergie. C'est par exemple pour cela que la lumière n'éclaire plus constamment dans les ascenseurs. Nous avons également réduit la consommation énergétique des moteurs d'ascenseurs », détaille Guillaume Fournier Favre, reconnaissant aussi que des champs demeurent à adresser pour atténuer encore plus la consommation d'énergie. « Le smart permet de faire du green ». Intelligent et vert, même combat.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 16/12/2020 à 8:37
Signaler
Oui mais comment récupérer enfin l'investissement des dividendes des actionnaires milliardaires tandis que ceux-ci ne vivent que pour ça ? On sait tous que l'innovation, l'investissement, la R et D sont ultras importants mais les tunes qui devrai...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.