Les laboratoires BEA veulent devenir incontournables en produit d'hygiène solide

La filiale du groupe Condat conçoit des produits d'hygiène pour toutes sortes de marque. Alors que le site installé dans les Alpes-de-Haute-Provence semblait avoir atteint son plafond de verre, le nouveau directeur général depuis un an, Mounir Tabbiza, souhaite doubler le chiffre d'affaires. Un objectif qu'il compte atteindre en optimisant sa production et en réalisant une opération de croissance externe.
(Crédits : DR)

Mounir Tabbiza n'y va pas par quatre chemins. "Je veux atteindre rapidement 30 millions d'euros de chiffre d'affaires", prévient le directeur général des Laboratoires BEA. Ce fabriquant de produits d'hygiène, qui compte un site à Forcalquier et un autre à Valensole avec les laboratoires SCV, génère aujourd'hui un revenu de 17 millions d'euros. L'ambition est donc de presque le multiplier par deux.

"Cela passera par de la croissance organique, en optimisant nos lignes de production, mais aussi externe", prévient le dirigeant. Plusieurs dossiers sont étudiés, mais il souhaite arrêter son choix sur la structure à acquérir d'ici l'année prochaine. L'opération doit soit servir à compléter l'outil actuel, autrement racheter une société avec ses clients, soit à installer une production à l'étranger. "Faire embarquer les savons sur des portes conteneurs pendant plusieurs jours n'a pas vraiment de sens", glisse Mounir Tabbiza.

Innovation internationale

L'international représente déjà 55% de l'activité de la PME bas-alpine. Les ventes se réalisent principalement en Europe et aux Etats-Unis, mais également au Moyen-Orient ou en Asie. Les laboratoires BEA s'appuient sur 200 clients actifs par an. Parmi eux se trouvent des noms bien connus comme LVMH, Courrèges, Beauty Success ou encore B comme Bio. Si le nombre de commandes varient, chaque année ce sont 35 millions d'articles qui sortent des sites de l'entreprise.

"Une marque nous donne son cahier des charges pour un produit, cela peut être un démaquillant, un savon, une crème pour les pieds ou encore un déodorant, nous faisons tout, puis nous gérons la conception de A à Z jusqu'au packaging", résume Mounir Tabbiza. De fait, le process demande de suivre les tendances du marché. La R&D est donc un élément essentiel.

"Il s'agit aussi de susciter le besoin, précise le dirigeant. Nous avons un catalogue d'innovations que nous proposons à nos clients". A titre d'exemple, le savon sans palme a nécessité trois mois de travail pour aboutir. "Alors que c'est loin d'être évident", souligne Mounir Tabbiza. Pour le marché transatlantique, il a également fallu travailler sur les produits au CBD.

Augmentation de la capacité de production

Les deux sites et leurs 120 salariés réalisent des missions distinctes. Celui de Forcalquier s'occupe du vrac avec des lignes de production verticales. Celui de Valensole traite notamment le solide. Ce dernier a été racheté en 2012. "A l'époque, il n'y avait qu'une seule ligne et l'objectif était d'acquérir un levier de croissance avec un beau savon qui fait du chiffre", raconte le directeur général. Un investissement de 1,3 million d'euros vient d'être effectué pour augmenter à la capacité de production à 45 millions d'articles annuel.

A Valensole, les laboratoires SCV se lancent dans le shampoing solide, en plus du savon. "C'est le marché du présent et du futur", assure Mounir Tabbiza. Il le revendique : "Je veux que nous devenions un acteur incontournable du solide".

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.