Les glaces de La Mignonne redonnent le goût… du triporteur

 |  | 626 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Lancée durant le printemps à Marseille, la société de vente ambulante de produits glacés fait la preuve de son concept. Au point d'encourager sa fondatrice, Julia Falzon, à poursuivre son développement, notamment via l'acquisition d'un deuxième triporteur et à moyen-terme d'envisager le lancement d'une franchise.

La scène a petit air rétro. Au milieu du petit port de pécheurs du Vallon des Auffes à Marseille, un triporteur enchaîne les ventes de glaces. Derrière le comptoir se trouve Julia Falzon, fondatrice de ce commerce ambulant baptisé La Mignonne. Une activité qu'elle a lancée le 17 mars, soit le jour du confinement. "Cela faisait deux ans que je préparais le projet, j'ai dû commencer juste après", raconte-t-elle. Un décalage qui a finalement du bon puisqu'aux premiers jours du déconfinement beaucoup de commerces gardent leur rideau baissé. Laissant le champ libre au triporteur.

Depuis, Julia Falzon pédale à travers Marseille toute la semaine, sauf le mardi, pour proposer ses glaces.  Elle n'a pas de parcours fixe, mais se rend régulièrement autour du Vieux-Port et sur la corniche, et se signale avec son klaxon poire. Elle ne s'arrête que quand un client l'interpelle. "Je n'ai pas d'autorisation d'emplacement, mais j'ai ma carte de commerce ambulant auprès de la chambre de commerce et d'industrie (CCIAMP) donc je dois pédaler tant que l'on ne m'arrête pas", explique la dirigeante.

Glaces françaises et cornets végans

Une démarche administrative plus simple que pour les food trucks. Le triporteur représente également un investissement financier moins conséquent tout en répondant à l'envie "ambulante" de Julia Falzon. "Je me suis inspiré de ce que j'avais vu lors de voyage en Asie où tout devient ambulant, explique-t-elle. Et puis je voulais quelque chose qui rappelle des souvenirs d'enfance et recrée du lien à l'heure où tout se commande sur internet". Le triporteur possède un système électrique pour garder les produits frais pendant 10 heures ainsi qu'une batterie pour faciliter le coup de pédale. Le véhicule pèse en effet 350 kilos.

Pour convaincre les clients, La Mignonne propose des glaces issues de coopératives fruitières françaises, le lait provient d'une ferme des Pyrénées et les cornets sont végans. Les parfums dépendent des commandes, ils mélangent les goûts classiques avec du plus original comme le gingembre ou le basilic.

La Mignonne

Des partenariats professionnels

En plus de vendre à la volée, Julia Falzon mise également sur les événements et partenariats. Durant les soldes elle offrait par exemple une glace aux clients du magasin Scotch & Soda, fait partie du menu de la chaîne de restaurant Spok où se rend aux soirées du collectif Boderline. Un espace de coworking lui a même demandé de passer devant ses locaux à une heure fixe. "Au départ, je voulais faire répartir équitablement l'activité ambulante et événement mais avec la crise sanitaire, l'ambulant représente 70 % de l'activité", décrit Julia Falzon.

Malgré ce lancement un peu particulier, le succès est bien au rendez-vous. "Je ne pensais pas que cela marcherait autant, je commence à lancer les démarches pour passer de micro entreprise à société et pour professionnaliser tout le processus". Elle souhaite par ailleurs développer une franchise. "J'ai déjà eu une proposition, mais je ne veux pas me précipiter. Je vais d'abord refaire une saison afin  d'avoir le temps de peaufiner", précise-t-elle. Pour l'été prochain, La Mignonne pourrait d'ailleurs accueillir un deuxième triporteur afin de pouvoir réaliser les événements tout en continuant dans le même temps la vente ambulante.

Si l'été prochain se pense dès aujourd'hui, il faudra aussi affronter l'hiver. "Je suis en train de réfléchir pour installer un système de réchauffement pour livrer des soupes, ce serait plutôt sur des événements ou de la livraison", avance Julia Flazon. L'objectif étant de pérenniser l'activité toute l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :