Carros, le Territoire d’industrie qui montre l’exemple

ALPES MARITIMES. S'il a été le tout premier Territoire d'industrie à parapher un protocole d'accord au printemps dernier, c'est parce qu'ici les acteurs économiques sont depuis longtemps assis autour d'une même table. Ce qui n'empêche pas les défis.
Le Territoire d’industrie pilote de Carros-Le Broc compte 600 entreprises, ce qui représente 10. 000 emplois.
Le Territoire d’industrie pilote de Carros-Le Broc compte 600 entreprises, ce qui représente 10. 000 emplois. (Crédits : DR)

Avec ses 188 hectares et ses 600 entreprises, il est l'un des poumons industriels des C'est ce que souligne Marion Bouthors, directrice du site Horizon de Schneider Electric et qui constitue avec le maire de Carros, Charles Scibetta, le binôme qui pilote ce Territoire d'industrie situé dans le périmètre de la métropole Nice Côte d'Azur. Bien s'entendre, entre acteurs économiques, évidemment c'est indispensable, « cela devrait permettre d'aller plus vite ». Mais c'est le passage à la concrétisation qui peut être le maillon faible.

Pour Carros, l'un des défis réside dans l'accès et la mobilité. « Il est important que la zone industrielle soit bien connectée » et outre la question de l'accessibilité, la connexion, notamment par la fibre, des entreprises est aussi un autre point essentiel du quotidien des entreprises, toutes, selon leur taille, n'ayant pas les moyens de s'équiper comme elles le souhaitent. Territoires d'industrie peut donc avoir un effet accélérateur. Toujours une question d'attractivité, multiple, exogène et endogène. « Il faut monter d'un niveau. Il en va de l'attractivité de l'industrie. Localement, les attentes sont très pratiques. Et il ne faut pas oublier qu'il y a toujours des choix stratégiques de fabriquer à tel ou tel endroit », affirme Marion Bouthors.

Dispositif pragmatique

Pilote dans l'avion et aux manettes, la Région Sud en rajoute une couche avec Parcours Sud 4.0, un dispositif qui s'adresse aux TPE et PME pour les accompagner vers la modernisation de leur business model et vers cette industrie du futur tant prometteuse. Un outil pragmatique qui, après diagnostic, détermine plans d'actions et d'investissement pour passer du papier au concret. Et c'est une enveloppe comprenant 6 millions d'euros qui est dédiée. « Avec Territoires d'industrie, on a accès à des outils de droit commun », explique Bernard Kleynhoff, le président de la commission économie, industrie, nouvelles technologies et numérique à la Région, soucieux « d'équité territoriale ». D'autant plus qu'elle dispose, parmi ses Opérations d'intérêt régional, d'une OIR entièrement dédiée à l'industrie du futur et qui fonctionne en pilotage bicéphale, élu et chef d'entreprise.

Pour rappel, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, huit Territoires d'industrie ont été identifiés. « Tous n'en sont pas au même degré d'avancement », reconnaît Bernard Kleyhnoff, et si cinq d'entre eux sont déjà concrétisés, les trois derniers le seront le 15 novembre prochain. « L'image de l'industrie dans le Sud a changé. Le secteur est le troisième pourvoyeur d'emplois, preuve que l'industrie est en phase de reconquête ».

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.