L'investissement d'Allianz dans le digital

Le premier assureur européen veut investir 3 milliards par an dans les technologies de l'information, dont 650 millions pour la seule digitalisation. A Nice, son accélérateur de startup porte aussi son ambition sur le sujet.
L'accélérateur d'Allianz est installé au sein du stade Allianz Riviera de Nice.
L'accélérateur d'Allianz est installé au sein du stade Allianz Riviera de Nice. (Crédits : DR)

L'assureur allemand Allianz a annoncé lors d'une rencontre avec les analystes financiers vouloir investir 3 milliards d'euros par an dans les technologies de l'information, dont 650 millions pour la seule digitalisation. Il attend de ces investissements un retour assez rapide. Dès 2018, les gains de productivité permis atteindraient 1 milliard d'euros.

S'agissant de la digitalisation, le premier assureur européen se veut très ambitieux, puisqu'il veut faire passer de 10 % aujourd'hui à 100 % en 2018 la part des produits d'assurance incorporant des services numériques. D'un point de vue strictement commercial, il table sur une croissance de 8 % du chiffre d'affaires en assurances dommages directement issu du digital.

Ce mouvement devrait contribuer à l'augmentation de la rentabilité générale du groupe, avec un rendement de fonds propres passant de 12,4 % à 13 %.

Rester connecté

A Nice, Allianz a déployé depuis 2015 son accélérateur de startup. Si pour la première sélection en janvier 2015, l'assureur avait parié sur des startup du secteur du stade connecté et du big data, plutôt d'origine nationale, dès la seconde session, elle y incluait aussi les jeunes pousses venues du secteur des fintechs et avec une envergure internationale. Elle avait ainsi choisi d'accompagner Finsquare, plateforme de crowdfunding dédiée au prêt à court terme de particuliers à professionnels pour les crédits de trésorerie ou Dreamquark, qui développe des solutions d'intelligence artificielle appliquées aux domaines de la santé et de l'assurance, originaire de Calais. Et aussi Everledger, qui utilise la technologie blockchain) pour lutter contre la fraude.

En avril dernier, le 3ème appel à candidature ajoutait une brique supplémentaire avec l'e-travel grâce à la collaboration avec Voyages-sncf.com qui apporte dans la corbeille de la mariée son expertise métier et un accès à une communauté de testeurs notamment. Ce qui est toujours plutôt bien pour les accélérés.

Mais il y a encore un autre domaine qu'Allianz a intégré lors de sa troisième sélection, c'est l'insurtech (c'est-à-dire qui concerne l'assurance et la fintech) un sujet - comme les autres - dont on imagine sans difficulté pourquoi il suscite l'intérêt du groupe allemand. Parmi les entreprises faisant partie du #SummerBatch#2 et ayant donc finalisé leur processus de passage à la vitesse supérieure figurent Digital Fineprint ou Spixxi, le premier développant un système transformant les social data en données d'assurance et optimisant la conversion en ligne. Le second, lui, est un chatbot voulant rendre l'assurance simple et personnelle.

Le kick off du #WinterBatch2 est prévu pour ce mois de décembre.

Installé sur 500 m2 au sein du stade Allianz Riviera posé à Nice, l'accélérateur dispense un programme de 5 mois et propose des possibilités de partenariats stratégiques avec Allianz et/ou Allianz Worldwide Partners (filiale dédiée aux activités BtoBtoC).

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.