Comment OptimHome construit sa stratégie

Revendiquant la place de deuxième réseau de mandataires immobiliers en France, l'enseigne présente exclusivement sur Internet et installée dans le Var, pose pierre par pierre les éléments de son développement.
Olivier Colcombet préside le réseau immobilier dont le siège social est installé dans le Var.
Olivier Colcombet préside le réseau immobilier dont le siège social est installé dans le Var. (Crédits : DR)

Lorsque OptimHome naît en 2006, le secteur de l'immobilier ne connaît pas encore la crise. Le concept est alors novateur. D'autres s'y engouffreront ensuite. Cet esprit précurseur, c'est ce qui fait l'ADN de la marque, assure Olivier Colcombet. Le président du réseau, arrivé en 2013 au poste de directeur général, mène depuis 2016 en tant que président, le plan de développement de celle qui intègre en 2011 le groupe Artemis, la holding patrimoniale de la famille Pinault.

Le milliard en volume

De fait, cet actionnariat booste encore la dynamique OptimHome, dont l'idée est développée voici dix ans par Frédéric Pitout qui sent venir le vent du digital. L'entrée quatre ans après sa création d'Artemis au capital montre que l'homme - qui quitte en 2013 l'entreprise qu'il a fondé - ne s'est pas trompé. Et la suite lui donne raison si l'on en croit les chiffres avancés par le réseau : 5 700 ventes réalisées en 2015 soit + 19 %, près de 30 000 biens à la vente, un volume d'affaires qui tutoie le milliard d'euros... Des résultats permis par une stratégie posée pierre par pierre et qui a permis d'engranger assène son président, "15 % de croissance entre 2007 et 2015".

Disruption

Le plan c'est quoi ? "Transition is my best friend", résume Olivier Colcombet. Comprendre "lorsque l'on est sur un business modèle disruptif, audacieux", ça marche. "La crise a renforcé notre positionnement". Lequel modèle économique se base sur aucun frais d'entrée pour les conseillers, une rémunération entre 70 à 98 % du chiffre d'affaires réalisé, une formation de ces mêmes conseillers durant 15 semaines au cours d'un parcours d'intégration qui comprend background métier et formation académique. "Le change management a un énorme impact. Notre job, c'est de prendre des talents et de les mettre en confiance afin de servir les clients avec un haut niveau d'exigence", poursuit le président qui précise que "40 % de ceux qui nous rejoignent viennent du secteur traditionnel". Et de rajouter : "Nous étions en avance, nous sommes en train d'alimenter la vague".

Transplantation d'idées

Comment alors, toujours maintenir le niveau d'innovation ? "On s'enhardit, accompagné par la technologie". Mais en vrai, c'est de ne pas rester le nez plongé dans son propre secteur, c'est aussi et inévitablement, de regarder ailleurs, ce qui se passe "dans les autres réseaux de distribution", concède Olivier Colcombet qui sait de quoi il retourne, lui-même étant issu d'abord du secteur du chiffre - il a débuté chez KPMG - avant de s'orienter vers le secteur des jeux vidéo. "Il y a beaucoup de passerelles entre les différents métiers. On ne s'enferme pas dans le nôtre. Il faut de la curiosité et c'est un effort permanent". Toutes les idées sont les bienvenues. "Nous tirons de plus en plus nos équipes vers la veille - bien que je n'aime pas ce mot - afin de trouver ce que l'on peut transplanter, adapter, customiser".

Avec bien à l'esprit que si avoir des idées c'est bien, "le challenge n°1 est de les prioriser".

Prospective bâtie

En terme d'objectifs, le doublement du chiffre d'affaires - 35 M€ en 2015 - d'ici 2020 figure en tête de la roadmap ainsi que celui du nombre de conseillers, pour l'heure de 1 200. "Nous voyons l'avenir de manière positive" confirme Olivier Colcombet qui rappelle que bien que positionné sur le Net, OptimHome ne néglige pas le "physique". Partie intégrante de Digit RE Group (comme Capifrance ou Refleximmo), la création de centres de coworking où les particuliers pourront venir se renseigner sur leur projet, est aussi une façon de "regrouper des services connexes tels que l'architecte, le financement..." Pour l'heure présents à Paris et Lyon, ces espaces ont prévu de se développer en régions. Mais c'est sur le data qu'OptimHome table pour ancrer encore davantage sa présence. Car grâce aux données, l'idée est de pouvoir suivre le client tout au long de sa vie et pas pour une seule et unique transaction. "Nous mettons en place un parcours client et des outils pour continuer à les accompagner. Nous croyons beaucoup au travail en amont". Et aux bases solidement posées. Comme quoi le traditionnel dans l'innovation ça a aussi du bon.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.