A Gardanne, le PSE suspendu de GazelEnergie pourrait fragiliser l’avenir industriel du site

Homologué par la Direccte en avril dernier, le plan de réorganisation présenté par le producteur et fournisseur d’énergie a été suspendu par le tribunal administratif fin mai. Une décision qui d’après l’entreprise a pour conséquence de mettre à mal sa pérennité, notamment celle du site Centrale Provence, basé dans les Bouches-du-Rhône. Et c’est précisément le redémarrage de la tranche biomasse qui s’en trouve empêché.

3 mn

La centrale Provence de GazelEnergie, à Gardanne
La centrale Provence de GazelEnergie, à Gardanne (Crédits : DR)

C'est suite à la décision de l'Etat de fermer les centrales à charbon au plus tard à mars 2022, que GazelEnergie a mis fin à cette activité, notamment sur le site de Gardanne, où la tranche charbon a donc arrêté sa production, entraînant de fait, la suppression de 98 emplois.

S'en est suivi une phase de négociation avec les partenaires sociaux et la proposition d'un plan de départs volontaires. Début avril 2021, le Plan de sauvegarde de l'emploi est homologué par la Direccte. Mais retoqué et donc suspendu par le tribunal administratif le 31 mai dernier, saisi par le CSE et les organisations syndicales en procédure d'urgence.

Dix millions injectés en deux mois pour la reprise biomasse

Une décision qui d'après le producteur et fournisseur d'énergie est de nature à mettre en danger sa survie. Car à Gardanne, c'est le redémarrage de la tranche biomasse, arrêtée depuis deux ans suite à un mouvement de grève, qui représente une solution de viabilité économique. Un redémarrage prévu pour ce mois de juillet. Sauf que sans PSE validé, point de redémarrage. En effet, une partie des salariés concernés par l'arrêt de la tranche charbon pourrait être transférée à la reprise d'activité biomasse.

Cette unité biomasse, qui a déjà bénéficié d'un investissement de l'ordre de 300 millions d'euros, vient de se voir injecter à nouveau 10 millions d'euros sur les deux derniers mois, afin d'activer la reprise. Une activité, assure GazelEnergie, qui concerne 80 emplois directs et un potentiel de 400 emplois indirects. Une unité qui pourrait participer au développement de la filière bois avec l'implantation d'une scierie, récupérer la chaleur de l'unité pour l'injecter dans un réseau idoine, produire également de l'hydrogène vert et du e-méthanol.

En juillet, le jugement au fond

Ce que pointe GazelEnergie c'est également le gel imposé aux salariés ayant retrouvé un CDI dans d'autres entreprises et donc dans l'impossibilité de l'honorer.

La prochaine étape se situe bien au mois de juillet, le 12 précisément, mais pour une audience au tribunal administratif sur le fond. Une étape qui va devoir clarifier la situation. « Pour redémarrer la tranche biomasse nous avons besoin d'un contexte social calme. Or cette tranche ne tourne plus depuis deux ans, suite à des mouvements de grève. Cette démarche de reprise d'activité ne peut pas se faire dans un contexte de prise en otage », estime Camille Jaffrelo, la porte-parole de GazelEnergie.

Et le bât blesse entre la direction et les syndicats entre autres sur fond de projets alternatifs imaginés par les seconds, « qui ont été déboutés par l'Etat et le tribunal », précise encore Camille Jaffrelo.

Ce que le tribunal jugera le 12 juillet c'est également la notion de qualification professionnelle des salariés dédiés à l'activité charbon et possiblement « transférables » à l'activité biomasse. « Nous perdons 2 millions d'euros par mois sur les aspects sociaux », dit Camille Jaffrelo, estimant la perte de chiffre d'affaires engendré par l'arrêt de l'activité charbon à plusieurs centaines de milliers d'euros sans en préciser le montant exact. « Si nous voulons que l'entreprise rebondisse, nous devons redémarrer l'activité biomasse. Ce redémarrage est indispensable ». GazelEnergie, ex-Uniper France, est la propriété d'EPH, la holding de l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 03/06/2021 à 15:54
Signaler
dire pse (plan de sauvegarde de l'emploi, alors qu'il s'agit de ferme un site, et ou comment l'état aide a la com de ceux qui délocalisent !!! avant plan social, la pse.... Le cynisme n'a plus de limite ! La démonétisation des mots va avoir un ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.