Panierpaysan.com essaime en franchises

L?enseigne vise 35 relais de son modèle à horizon 2015. La société, basée à l?Isle sur la Sorgue, ambitionne de devenir l?acteur référent de l?agriculture locale livrée à domicile.

« J'étais freiné dans mon développement, conscient de ne pas pouvoir évangéliser le marché seul et en même temps très sollicité pour dupliquer le concept. J'ai donc opté pour un développement en réseaux », justifie Alexis Fiorucci, coutumier des expressions en décalage avec la sémantique ordinaire de l'économie. Il y a neuf ans, quand le fondateur de ce concept, à la croisée d'internet, de la vente à distance (VAD) de produits alimentaires frais et d'une éthique de commercialisation, s'est lancé, il a d'abord été perçu comme un acteur du web parmi tant d'autres. « Il s'agissait pourtant d'un simple outil au service d'une idée : proposer un débouché économique viable aux producteurs locaux en livrant à domicile des produits frais et de saison issus de l'agriculture locale », explique celui qui travailla pendant près de 10 ans pour un géant agroalimentaire mondial. Aujourd'hui, l'enseigne réalise au niveau national avec ses premiers franchisés - en Drôme/Ardèche/Isère, dans les Pays de Loire (Vendée/Maine-et-Loire/Loire-Atlantique) et en Auvergne - un chiffre d'affaires de 1M€ auprès de 6000 clients, avec une commande moyenne de 85€ (180 commandes hebdomadaires). Il a désormais 1500 références en catalogue et 250 producteurs sous cahier des charges.
D'ici à la fin de l'année, d'autres partenaires rejoindront le réseau pour les départements du Var, de la Loire, de la Moselle, de la Meurthe et Moselle et sur Lyon. « L'objectif est de parvenir, en 2015, à 35 relais en France sachant qu'un franchisé couvre trois départements. C'est la règle pour disposer d'une zone de chalandise d'un million de personnes ». Pour le fondateur, qui se positionne en complémentarité des réseaux AMAP et autres..., il y a encore beaucoup à faire car « l'alimentaire n'est pas un enjeu de vente sur internet. Une fois que le consommateur aura l'assurance de la fiabilité et de la crédibilité, le marché va se démocratiser à grande vitesse. Aujourd'hui, l'on touche principalement un consommateur acteur et militant, mais à un moment, il va y avoir un grand mouvement de masse et il faudra que l'on soit prêt à grande échelle ». La société, basée à l'Isle sur la Sorgue, ambitionne de devenir l'acteur référent de l'agriculture locale livrée à domicile dans un cadre de commerce équitable de proximité.
Selon la fédération du e-commerce et de la vente en ligne (FEVAD), 51 % des Français effectuent des achats sur internet, soit 27,2 millions, contre 43 % l'an dernier. Pour cette année, les achats en ligne devraient atteindre un total de 31 mds€, contre 25 milliards il y a un an. Le nombre de sites marchands a également progressé (de 27 %) : ils sont 73 200 contre 60 000 l'an dernier.

A.D

Photo : Alexis Fiorucci, fondateur et PDG de l'enseigne : « l'enjeu est pour nous d'élargir notre gamme de produits, couvrir le territoire, et offrir la possibilité de commander sans frais de transport à partir de 20€ (contre 45 aujourd'hui ) ».

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.