PMS Médicalisation se diversifie dans les solutions médicales en milieu hyperbare

Spécialiste de la santé au travail et notamment de l’externalisation des infirmiers d’entreprise, cette société installée à Aix-en-Provence fait le pari de la diversification pour prendre plus d’ampleur sur son marché.

4 mn

(Crédits : DR)

Après une parenthèse qui l'a obligée à répondre aux besoins de tests et de vaccination anti-covid-19 de ses clients, PMS Médicalisation revient peu à peu à son cœur de métier.

Créée par Philippe Borel avant d'être rachetée par Adeco puis de retourner entre les mains de ses dirigeants en 2018, l'entreprise a pour ambition de s'imposer comme le « prestataire incontournable de la santé en entreprise ». Concrètement, PMS Médicalisation a pour spécialité la prise en charge des médecins et infirmiers d'entreprises qu'elle embauche en son nom. « Ce qu'on apporte, explique Philippe Borel, c'est que contrairement à une boite d'intérim, nous assurons la gestion des carrières, des formations, tout le suivi du personnel médical en entreprise. L'infirmier se sent ainsi plus intégré que s'il travaille comme salarié d'une entreprise dont la santé n'est pas le métier et qui ne saurait donc pas aussi bien manager ce type de profils ». 
L'entreprise propose également du conseil concernant le recrutement de professionnels de santé ou encore une assistance médicale d'urgence.

A ce jour, elle compte 35 salariés permanents auxquels s'ajoutent 250 professionnels de santé et travaille pour environ 200 grands comptes. Bon nombre d'entre eux officient dans le secteur du bâtiment et des travaux publics ainsi que dans les télécoms. On peut citer Bouygues Telecom, Vinci, Eiffage, EDF, mais aussi des banques comme le Crédit agricole.

Pour poursuivre son développement, PMS Médicalisation opte pour une stratégie : la diversification. Une manière de proposer une offre toujours plus complète à ses clients, et de disposer de nouvelles portes d'entrée pour en attirer de nouveaux.

Prévention et santé des travailleurs en milieu hyperbare

Un des leviers de diversification repose sur la prévention santé, encouragée par le législateur. « La nouvelle loi sur la santé au travail d'août 2021 donne de nouveaux objectifs à atteindre en la matière. Et elle fait la part belle à la prévention ». D'où la mise en place de bilans de santé dans les entreprises. « On propose des bilans sur la santé cardiovasculaire et le stress, des bilans ophtalmologiques, nutritionnels... et cela commence à intéresser les clients ». S'y ajoutent l'écoute et le soutien psychologiques. « Pour compléter notre gamme de services, nous avons pris une participation dans le cabinet Performance Sociale Organisation », un cabinet de conseil en management situé dans le sud-ouest de la France.

Spécialiste de l'infirmerie sur chantier avec des conditions parfois difficiles, PMS Médicalisation veut pousser plus loin ce curseur en proposant ses services en milieu hyperbare, c'est-à-dire soumis à de fortes pressions. Elle s'est pour cela appuyée sur le monde de la recherche, plus précisément de l'AP-HM et du Docteur Mathieu Coulange, chef de service de l'unité de médecine hyperbare, subaquatique et maritime. PMS Médicalisation assure une assistance pour tout ce qui concerne la validation des instructions de sécurité, le suivi des équipements ou encore l'évaluation du risque médical. Elle dispense également aux infirmiers une formation spécifique. Avec cette nouvelle corde à son arc, la société s'ouvre un marché « assez important. On pourrait être sollicité pour des sous-marins, des éoliennes offshore... ». L'entreprise est déjà positionnée sur les chantiers du Grand Paris où il s'agit de perforer les tunnels de métro.

A plus long terme : viser les établissements de santé et les PME

En plus de diversifier ses activités, PMS Médicalisation envisage de cibler de nouveaux types de clients. « A moyen-long terme, notre vision est de nous adresser aux établissements de santé, les Ehpads par exemple, qui pourraient avoir envie d'externaliser leur personnel médical. Des gestionnaires d'Ehpad avec qui j'ai pu discuter m'ont expliqué qu'ils aimeraient beaucoup avoir un opérateur qui gère le personnel et les factures à leur place », assure Philippe Borel.

Et si les grands groupes représentent à ce jour la totalité de ses clients, l'entreprise - qui affiche un chiffre d'affaires de 23 millions d'euros - pourrait à terme se tourner vers les grosses PME soucieuses de soigner leur marque employeur et d'attirer des talents. « On pourrait les accompagner sur la qualité de vie au travail et diverses actions de prévention. Mais comme elles ont moins de moyens et de besoins que les grands groupes, on pourrait réfléchir à mutualiser un professionnel de santé entre plusieurs entreprises ».

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.