Chloé Zaied, la plaisance et le défi de l'hydrogène

 |  | 601 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Sigrun Sauerzapfe)
A la tête d’une société de location de bateau dans les Calanques près de Marseille, la skippeuse fait parler d'elle en lançant le premier bateau de plaisance électro-hydrogène. Un démonstrateur qui appelle à rapidement déboucher sur la production de plusieurs modèles.

Passer de la barre d'un bateau à la tête d'une entreprise industrielle n'effraie pas Chloé Zaeid. "J'aime le changement, j'ai une âme d'entrepreneur, cela fait partie de mes gênes", avance la native de Marseille. Depuis 2013, elle est déjà à la tête d'Eden Boat, une société de location de bateau avec skipper installée à La Ciotat.

"J'ai toujours navigué, depuis que je suis petite, et été sensibilisée à l'écosystème maritime", raconte-t-elle. Adolescente, elle décide de venir capitaine de super yacht. L'expérience ne l'emballe pas. "Cela ne me convenait pas, je trouve que l'on perd la proximité avec l'eau", raconte Chloé Zaeid. "J'ai vu des clients se baigner dans la piscine du yacht plutôt que dans la mer", illustre-t-elle pour ceux qui ne comprendraient pas.

En 2012, elle fonde Eden Boat. Un timing parfait puisque l'année correspond aussi à celle de la création du Parc National des Calanques qui régule les flux. "Nous avons eu les agréments nécessaires pour tous nos bateaux mais cela a été difficile", reconnaît Chloé Zaied toutefois.

Pilote d'un projet lié à l'hydrogène

Si les relations entre le Parc et les professionnels sont parfois compliquées, l'impact de l'établissement public est indéniable. "C'est fantastique pour la vie maritime, on peut nager au milieu de daurades dans l'archipel du Riou, j'y vais depuis que j'ai trois ans et ce n'était possible avant", s'enthousiasme-t-elle.

Passionnée par la mer, la transition vers une énergie plus propre est "la suite logique de l'histoire" selon Chloé Zaied. La pollution étant de plus en plus forte. "Je ne peux accabler personne parce que j'y contribue aussi, explique-t-elle. Le Parc nous met le pied à l'étrier mais il fallait de toute façon trouver des solutions". Ça sera l'hydrogène.

Un choix fait il y a deux ans après une rencontre avec Energy Observer. Ce navire laboratoire navigue à travers le monde en produisant sa propre énergie verte. « Je me suis demandée pourquoi il n'appliquait pas cela à un bateau de commerce et j'ai appris qu'ils cherchaient un projet pilote », explique Chloé Zaied. "J'ai réussi à mettre des acteurs autour de la table (Chloé Zaied ne souhaite pas communiquer le nom de son actionnaire NDLR) pour lancer rapidement le projet", se réjouit-elle.

"Nous innovons"

La production de l'Hynova 40 débute en janvier dernier. "C'est un démonstrateur pour montrer que nous ne sommes plus sur des plans 3D", tient-elle à préciser. Le bateau de 12 mètres peut accueillir 12 passagers, il fonctionne avec une technologie hybride hydrogène-électrique. Une première présentation hors de l'eau a été faite fin septembre. La jeune chef d'entreprise espère le lancer en mer en fin d'année. "Je voudrais faire un road show pour le montrer au maximum, car notre but c'est bien de produire des bateaux". Dans l'idéal, évidemment, Chloé Zaied voudrait que cela se fasse à La Ciotat.

Pour être viable, la solution de l'hydrogène va devoir franchir sa limite liée au stockage. Une problématique qu'intègre Chloé Zaied : "Cela prend trop de place, c'est environ cinq fois plus qu'avec du diesel. Mais cela va changer, la réglementation va évoluer et la technologie aussi, pour que nous puissions faire du stockage liquide et non gazeux. Quand des pays annoncent des investissements de plusieurs milliards dans l'hydrogène ça permet d'aller plus vite". Le développement d'infrastructures est aussi un enjeu. En attendant, la skippeuse garde le cap. "Nous innovons, si nous attentions toujours que tout soit prêt nous ne ferions rien", note-t-elle. Parole d'entrepreneure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :