Enogia adapte ses turbines pour l'hydrogène

La PME basée à Marseille travaille depuis trois ans sur l'adaptation de ses turbines transformant la chaleur en électricité pour un usage lié à l'hydrogène. De la recherche et développement qui tombe à pic avec les plans de relances autour de cette énergie. Les premiers prototypes ont déjà séduit trois clients français.
(Crédits : DR)

"Nous avons beaucoup de chance", reconnaît Arthur Leroux. Le président et cofondateur d'Enogia n'en revient pas. L'entreprise marseillaise arrive sur le marché de l'hydrogène au bon moment. Le cœur de métier de cette société née en 2009 s'articule autour de machines pour convertir de la chaleur en électricité via la technologie ORC (pour machine à cycle organique de Rankine).

En 2018, alors qu'elle travaille pour le géant automobile Faurecia sur la mise en place de ses turbines pour des voitures, le groupe français décide de s'orienter fortement vers les technologies liées à l'hydrogène. "Ils nous ont expliqué qu'ils investissaient lourdement là-dessus, pour être honnête c'est une énergie dans laquelle je ne croyais pas trop mais pour qu'une société comme celle-là mise autant dessus je me suis dit qu'il y avait quelque chose", raconte Arthur Leroux.

En parallèle de son activité principale, la PME marseillaise de 35 salariés se lance dans des recherches autour de l'hydrogène. Notamment autour du compresseur qui pousse l'oxygène dans la pile à combustible où sa rencontre avec l'hydrogène produit de l'électricité. "Il se trouve que cela tourne comme notre turbine mais à l'envers", explique Arthur Leroux.

Produit testé, contrats signés, avenir tracé

Le prototype, testé à l'IFP énergies nouvelles, donne des "performances supérieures" aux autres compresseurs assure le dirigeant. "Nous proposons un produit plus léger et sur mesure", défend-il. Trois contrats pour une application dans les secteurs de la mobilité ont d'ores et déjà été signés avec des sociétés françaises.

"Nous débutons la collaboration, d'abord pour dizaine de pièces puis nous verrons, j'espère des milliers", avance Arthur Leroux. Les plans de relances mis en place dans plusieurs pays autour de l'hydrogène représentent une énorme opportunité pour Enogia. "Je n'aurai jamais imaginé des investissements aussi massifs", assure l'entrepreneur.

L'ambition est donc de développer cette activité comme un deuxième pilier de l'entreprise. "Il faudra attendre au moins 2023 avant de vraiment générer du chiffre d'affaires", prévient Arthur Leroux. Le dirigeant compte s'appuyer sur une levée de fonds pour financer la recherche et développement sur ce sujet. Ce qui pourrait à moyen terme entraîner un besoin de locaux plus grands.

Une forte reprise attendue

En attendant, l'OCR reste la principale activité d'Enogia qui réalise un chiffre d'affaires de 2,9 millions d'euros. Les clients de la société marseillaise se répartissent entre les agriculteurs, les instituts de recherche et les grands groupes énergiques ou collectivités. L'adaptation de la technologie à des moteurs de bateaux, de camions, de trains ou de voitures sont des marchés en voie de développement.

Actuellement, au moins la moitié de l'activité se réalisent à l'étranger. La crise sanitaire a forcément bloqué le développement de l'entreprise. "Depuis septembre ça repart, nous étions constamment en croissance car c'est une technologie qui revient au premier plan, nous nous attendons à une croissance très forte", explique Arthur Leroux. Le dirigeant ne cache pas son ambition, celle de faire d'Enogia une vraie entreprise industrielle.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.