Colis Privé entre en Bourse : le « jeu » gagnant de Frédéric Pons

Dans quelques semaines il devrait introduire sa première entreprise sur Euronext. Une étape majeure pour tout entrepreneur que le co-fondateur de la filiale du groupe Hopps, basé à Aix-en-Provence, n’envisageait même pas il y encore un an. Mais ne pas être là où on l’attend, entreprendre de façon décomplexée c’est aussi la marque de fabrique de cet ex-spécialiste du marketing, moins capitaine d’industrie qu’adepte du challenge.

5 mn

(Crédits : DR)

Ce 14 juin, l'approbation officielle du document d'enregistrement par l'AMF signe la première étape du projet d'introduction en Bourse de Colis Privé. Un premier pas qui signifie aussi que désormais plus rien ne sera tout à fait comme avant. Colis Privé, née en 1993, filiale de Hopps Group depuis 2017, a pris position sur le marché de la livraison de colis BtoC en pariant principalement sur la notion de service, en tentant d'améliorer constamment les délais de livraison. L'essor du e-commerce, évidemment, constitue à la fois un marche-pied et l'occasion de se distinguer. La livraison en J+1 ou e J+2 en faisant mieux que son principal concurrent, La Poste, lui font gagner des parts de marché. Et surtout, lui apporte de la crédibilité et donc la confiance d'acteurs qui comptent dont Alibaba, SFR, AliExpress, Fnac Darty, DHL, Haribo, Free... tout en revendiquant un portefeuille de 200 clients, petits ou grands.

Le jeu avec enjeu

Une nouvelle aventure commence donc pour l'entreprise mais aussi et surtout pour Frédéric Pons. La Bourse n'est pas, il y a encore quelques mois, une préoccupation, ni même un projet pour celui qui a co-fondé Hopps Group aux côtés d'Eric Paumier. Mais l'aventure - et c'est le mot juste - c'est précisément ce qui lui plaît.

Et ne pas être là où on l'attend, ça ne lui déplaît pas davantage. « Ma mère est juive et mon père communiste, CGTiste défendant la classe ouvrière. C'est dire si le tiraillement m'habite », souligne-t-il entre humour et ironie. C'est même précisément « ce qui me mène depuis toujours ». Un BTS en poche, le voilà chez Kraft Food, puis chez Mars, avec des fonctions marketing. Il y reste 12 ans. A 32 ans, parce qu'il a envie de plus, retour à la case études et MBA. Retour ensuite dans l'alimentaire, chez Ducros et Vahiné.

Mais le virus de l'entreprenariat lui fait tout quitter. Commence ensuite l'aventure Adrexo puis Hopps Group. Une aventure dans laquelle il embarque avec Eric Paumier. Un duo pas toujours d'accord mais c'est justement ce qui fait sa force, l'un PDG, l'autre directeur général délégué, l'un sur le devant de la scène, l'autre dans les coulisses. « Notre duo fonctionne car c'est plus qu'une histoire d'associés. Nous ne partageons pas toujours le même avis mais de grandes valeurs communes. Eric veut être capitaine d'industrie, moi j'aime le jeu avec enjeu », raconte Frédéric Pons. Pour une philosophie partagée, faite d'audace et d'agilité.

Devenir la (p)référence sur le marché domestique

« Colis Privé est une success story » s'enorgueillit Frédéric Pons. « Le confinement a dopé l'activité et nous sommes devenu la référence. C'est cela que nous visons, devenir la préférence et la référence (comprendre (p)référence NDLR) du premier au dernier kilomètre. Et c'est la façon dont on pilote l'entreprise depuis dix ans".

Colis Privé, qui annonce un chiffre d'affaires 2020 à 233, 8 millions d'euros, en hausse de 46% et 240.000 colis livrés sur la même période, veut poursuivre ce qui fonctionne : développer le marché domestique, élargir la gamme de services d'expédition de colis aux particuliers et aux TPE de l'e-commerce et accélérer l'international. L'export qui est déjà adressé en s'appuyant sur deux modèles. Le premier, en propre, concerne la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, avec un rythme à venir d'un pays ouvert chaque année. Le second via le principe de licence qui concerne notamment le système d'information développé en propre depuis dix ans et qui permet à Colis Privé de faire la différence face à la concurrence. C'est sur ce modèle que se réalise le déploiement au Maroc. Une première présence en Afrique, pan de développement d'importance pour l'entreprise française.

Réfléchir aux nouvelles formes de livraison

« Nous travaillons sur l'avenir », s'enthousiasme encore Frédéric Pons. Le partenariat stratégique de recherche mené avec Survey Copter, la filiale drones légers d'Airbus doit permettre de peaufiner ce type de livraison, dont les attentes sont évidemment assez fortes. « Nous travaillons également avec des constructeurs, concernant la livraison de colis via les coffres de voitures ».

La dimension transition écologique n'échappe pas à Colis Privé. Qui dit livraison dit camions sur la route. Et l'impact environnemental, c'est un sujet pour l'entreprise qui s'est engagée dans le programme Climate Pledge d'Amazon en début d'année.

L'introduction sur Euronext est donc, évidemment, hyper-structurante pour Colis Privé. « Cela crante une nouvelle étape pour Colis Privé comme pour Hopps Group », estime Frédéric Pons qui reconnaît que l'expérience nécessite « d'être très solide et très bien entouré ». Un directeur administratif et financier, qui a déjà mené des IPO, a été notamment recruté. « Cette introduction sur Euronext est un vrai choix que nous avons fait. C'est un très bon moyen de lever des fonds tout en conservant le contrôle de l'entreprise. C'est également un bon moyen de développer des ressources ». Et de se projeter assez loin dans la stratégie globale. « Le monde est notre jardin ». De jeu... sérieux.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.