Summer Hotels met son développement en pause

Le groupe hôtelier indépendant, basé à Nice, dispose désormais de neuf établissements 3 ou 4 étoiles sur la Côte d'Azur. Un développement mené tambour battant depuis 2015, aujourd’hui temporairement contrarié par la crise de la Covid-19.
(Crédits : DR)

"Une pause d'un an s'impose". Laurent Rossi, directeur exécutif du groupe hôtelier niçois Summer Hotels, se veut "lucide" : "La situation sanitaire et économique nous oblige à une certaine retenue. Nous ne sommes plus dans une dynamique de développement. Du moins, jusqu'à la fin du premier semestre 2021. L'idée aujourd'hui est de nous recentrer sur nos 9 hôtels". Autrement dit, faire le dos rond, le temps que passe la crise, avant de réactiver sa stratégie de déploiement qui visait, et vise toujours, à doubler le parc hôtelier du groupe d'ici à 2024.

ADN Summer

Créé en 2004 par Bernard Leng, ex-dirigeant fondateur du groupe Team Partners, société de services en ingénierie informatique cotée en Bourse sur le second marché, Summer Hotels s'est en effet lancé dans une politique de développement accélérée à partir de 2015 en étoffant chaque année son portefeuille de deux nouvelles adresses. Exclusivement présente sur la Côte d'Azur, la chaîne hôtelière indépendante compte à ce jour environ 600 chambres réparties dans 9 établissements situés à Nice, Menton et Cannes. "Des hôtels classés 3 à 4 étoiles, comprenant entre 50 et 120 chambres et ayant un potentiel d'ouverture à l'année", détaille le directeur.

Trois principaux critères que l'on retrouve dans la dernière acquisition du groupe, l'hôtel Days Inn by Wyndham Nice Centre, rebaptisé depuis juillet Byakko Nice by Wyndham, établissement 3 étoiles de 64 chambres situées dans l'hyper centre de la capitale azuréenne. Lequel fait actuellement l'objet d'un programme de rénovation d'une enveloppe globale de 300 000 euros. L'objectif ? "Mettre en place l'ADN Summer", que ce soit en termes de design, de politique commerciale et d'orientation marketing. Une véritable "force de frappe", dixit Laurent Rossi, qui a permis à l'Hôtel des Orangers (Cannes), acquis et rénové l'an passé, de réaliser cette saison une croissance de son chiffre d'affaires de 15% en juillet et de 33% en août, malgré la Covid.

Hiver violent

"Globalement, la saison s'est correctement passée, avec une activité meilleure à Cannes et Menton qu'à Nice où notre clientèle est beaucoup plus internationale, donc plus impactée par la fermeture des frontières", avance le directeur. Certes, le mois de juillet "a été très dur, avec une perte de chiffre d'affaires au niveau du groupe de 35%" quand août n'enregistre une baisse "que de 10%". Toutefois, pas encore de quoi fragiliser l'entreprise dont le chiffre d'affaires avoisine en temps normal les 25 M€ pour 200 employés. "Le groupe est solide, ses bases sont saines, nos banques nous suivent. Oui, nous sommes affectés par la crise au point qu'il faudra certainement attendre 2022 pour retrouver le niveau de 2019, mais non, nous ne sommes pas en danger".

Cela dit, Laurent Rossi ne se cache pas derrière son petit doigt. "L'hiver qui se présente à nous va être violent. Le secteur est sinistré depuis mars. Et cette seconde vague qui arrive... Certains ne s'en remettront pas. Nous avons absolument besoin du maintien du chômage partiel dans les proportions proposées au printemps (prise en charge des salaires à 84% du net, NDLR), aujourd'hui valable jusqu'à fin septembre." Le décret de prorogation se faisant toujours attendre. Et le directeur, qui se dit "attentif à l'évolution de la situation" de regretter "une cacophonie dans les expertises", "un manque de visibilité notoire qui fait qu'aucune société événementielle n'est en mesure d'organiser un séminaire, aucun autocariste n'est capable de faire venir des groupes. Le principe de précaution sclérose l'économie".

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.