Guerre en Ukraine : la Région Sud en ordre de marche pour soutenir les entreprises

Une enveloppe de quatre millions d'euros a été votée par la collectivité territoriale pour venir en soutien aux réfugiés ukrainiens et aux secteurs régionaux touchés impactée par la guerre. Les premières conséquences économiques se font déjà ressentir chez certaines entreprises. Pour y faire face, Renaud Muselier souhaite utiliser les mêmes méthodes que durant le Covid-19.

4 mn

(Crédits : DR)

L'exceptionnel deviendrait presque la règle. Après le Covid-19, c'est la guerre en Ukraine qui s'impose sur la table des crises à gérer. "Un évènement géopolitique majeur" comme le rappelle Renaud Muselier en ouverture d'une commission permanente, exceptionnelle donc, de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Cette assemblée réunie en urgence a voté des rapports afin de "venir en aide au peuple ukrainien et soutenir les secteurs régionaux directement affectés par cette crise" pour un total de quatre millions d'euros. Cela concerne entre autres l'aide humanitaire, la gratuité des transports pour les réfugiés ou encore le soutien à la culture ukrainienne.

Une enveloppe dans laquelle 400.000 euros sont dédiés aux entreprises. "Nous travaillons sur cela avec Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, et les régions de France. (...) Nous allons prendre cette situation comme avec le Covid-19, c'est-à-dire secteur par secteur et essayer d'apporter des solutions adaptées", explique Renaud Muselier. Le rapport que vote la région prévoit notamment un numéro vert, pour orienter les entreprises et les citoyens, la mise en place d'une task force régionale dédiée ou encore le lancement d'une étude pour connaître l'impact économique exact dans la région de cette guerre.

Plusieurs facteurs entrent en compte dans le tableau des conséquences. Celui de l'approvisionnement de matières premières et celui des relations économiques qui se traduisent bien souvent par de l'import-export. "Toute la région est touchée, nous avons l'aéronautique dans les Bouches-du-Rhône, la cosmétique dans les Alpes-Maritimes ou encore l'horticulture dans le Var", avance François de Canson, vice-président en charge du développement économique.

Pack Sud relocalisation et Team France Export

Certaines entreprises donnent d'ores et déjà des premiers retours. "Le secteur de l'horticulture a perdu 15% de son activité car à cette époque de l'année se déroule une fête importante qui entraîne beaucoup de commandes", illustre Renaud Muselier. Autre exemple, le secteur de la cosmétique à Grasse s'inquiète car il s'appuie sur la Russie pour importer des matières premières. "Il faudra trouver des filières différentes", prévient François de Canson. "Le problème c'est la durée du conflit", ajoute-t-il.

Lire aussi 3 mnGuerre en Ukraine : sur la Côte d'Azur, les PME bien plus touchées que les oligarques

Une réorientation que va accompagner la Région. "Dans le secteur du tourisme, nous avions perdu la clientèle russe durant la crise sanitaire (ndlr : notamment à cause de la vaccination) qui avait un gros pouvoir d'achat. Nous avons réussi à trouver des marchés de substitution, nous ferons la même chose dans le monde économique", assure François de Canson.

Lire aussi 3 mnGuerre en Ukraine : « Nous allons rebondir sur d'autres marchés » (Alexandra Borchio Fontimp, CRT Côte d'Azur)

Dans ce cadre, deux outils vont être immédiatement activés. Il s'agit du Pack Sud relocalisation, un dispositif pour sécuriser l'approvisionnement des entreprises dépendantes de la Russie et de l'Ukraine. "Une priorité sera donnée aux TPE et PME des filières particulièrement impactée", précise le vice-président en charge du développement économique. Puis la mobilisation des partenaires comme Team France Export pour trouver de nouveaux débouchés.

En attendant l'Etat

Pour ce qui est de l'aide financière, la collectivité territoriale attend forcément les annonces du gouvernement qui doit prochaine dévoiler son plan de résilience. "Nous sommes en contact permanent, nous agissons en complément", note François de Canson. Les entreprises qui ont bénéficié des prêts régionaux et qui sont impactées par la crise ukrainienne pourront différer le remboursement.

Lire aussi 7 mnGuerre en Ukraine : le gouvernement prépare « un plan de résilience » pour la France

Pour la suite, il faudra donc voir ce qui sera mis en place à l'échelle nationale. "Nous discutons avec tout le monde, les préfets comme les chambres de commerce et d'industrie, pour combler les trous dans la raquette de l'Etat", résume François de Canson. Car il y a le court terme, mais aussi le moyen-long terme. Si cette crise dure d'autres dispositifs complémentaires devraient être mis en place dans les mois à venir.

4 mn

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.