Trimed’s, la marketplace anti-gaspi des produits de santé

Née en septembre 2020, la jeune entreprise basée à Nice, propose une plateforme dédiée à l’achat et à la vente des produits de santé invendus ou proches de leur date de péremption. Une solution pensée comme une réponse à la loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire, dont le volet consacré aux produits d’hygiène est entré en vigueur cette année.
(Crédits : Pixabay)

Il est des chiffres qui parlent d'eux-mêmes. Celui du gaspillage des produits de santé, par exemple. "On estime qu'il y a chaque année entre 15.000 et 20.000 euros de produits jetés par pharmacie. Quand on rapporte ce montant au nombre d'officines physiques en France, 21.000, on dépasse les 300 millions d'euros. Et si on y inclut les grossistes répartiteurs et les laboratoires, on atteint le milliard d'euros. A la poubelle". L'homme qui tient les comptes, c'est Jean-Nicolas Vincenti, docteur en pharmacie, diplômé en 2014 de la faculté de Marseille et fondateur de Trimed's. Née à Nice en septembre 2020, installée à Monacotech, elle développe une marketplace dédiée à l'achat et à la vente de tous les produits de santé invendus ou proches de leur date de péremption.

Loi AGEC

"Il faut savoir que le secteur de la pharmacie évolue dans un système qui incite au volume, explique le dirigeant. Le pharmacien est propriétaire de ses stocks qu'il achète auprès des grossistes répartiteurs ou des laboratoires pharmaceutiques, et pour bénéficier de bonnes remises, il a souvent tendance à surstocker. Evidemment, tout n'est pas vendu. Le reliquat part à la benne". Or, depuis le 1er janvier 2022, la mesure de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) concernant l'interdiction d'éliminer les produits d'hygiène et de puériculture, qui tiennent bonne place dans les officines, est entrée en vigueur. "La loi AGEC s'inspire de la loi de 2016 qui interdisait la destruction des produits alimentaires pour interdire progressivement celle des produits non-alimentaires. Cela va pousser les pharmaciens à changer de paradigme."

Panier moyen de 525 euros

Trimed's se présente donc comme une réponse à la loi AGEC pour les pharmaciens. Opérationnelle depuis mars 2021, elle adresse d'abord le marché BtoB. "Le pharmacien vendeur met un produit en ligne avec au moins une remise de 50% par rapport au prix public TTC, lui permettant ainsi de récupérer un peu d'argent. Le pharmacien acheteur, lui, dispose d'un produit à un prix imbattable", détaille Jean-Nicolas Vincenti. Lequel revendique 230 pharmaciens inscrits à ce jour sur la plateforme, soit "1% des pharmaciens en France", et un panier moyen de 525 euros. La jeune pousse de 5 personnes se rémunère via un pourcentage sur le montant des transactions.

Marché BtoC

L'idée consiste désormais à ouvrir la plateforme au marché BtoC. "Il s'agit de permettre aux particuliers d'acheter des produits hors monopole pharmaceutique (ne nécessitant pas d'ordonnance, NDLR) à date courte et donc moins chers", reprend-il. Les produits pourront également être donnés à des associations s'ils n'ont pas trouvé preneur un mois avant la date de péremption. Une fonctionnalité allant dans ce sens est en cours de développement. "Les laboratoires et les répartiteurs sont aussi touchés par cette obligation, et doivent donc privilégier la vente ou le don,relève le dirigeant. Ce sont des débouchés supplémentaires pour l'entreprise". Laquelle s'engage dans une première démarche de levée de fonds d'un montant espéré entre 100 000 et 200 000 euros. "L'objectif est d'accélérer notre développement au national, acquérir un maximum de pharmaciens, aujourd'hui essentiellement concentrés en région Sud, et renforcer l'équipe de profils marketing et commerciaux".

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.