Saphelec choisit le LBO pour pousser sa croissance et devenir une ETI

 |  | 547 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Spécialisée dans les solutions et services télécoms pour le BtoB, la PME implantée à Sophia-Antipolis n’a jamais caché son objectif de passer de PME à Entreprise de taille intermédiaire. L’ouverture de son capital à hauteur de 13% s’inscrit dans la volonté de poursuivre la croissance externe, notamment en ajoutant des briques complémentaires à son expertise. Un enjeu qui s’inscrit dans un usage accéléré des outils de télécommunications.

Début 2020, elle finalisait sa cinquième opération de croissance externe, rachetant partiellement le fonds de commerce de la société ITCOM, basée à Marseille. Une acquisition qui lui permettait de se renforcer auprès des PME et ETI, qui constituent l'essentiel du portefeuille de la société marseillaise.

Près de 18 mois plus tard, Saphelec accélère sa stratégie de développement. Parce qu'elle entend aller encore plus loin dans sa politique de croissance externe, elle a choisi d'ouvrir son capital, à hauteur de 13%, accueillant Bpifrance et Sofipaca, chacun détenant 6,5% des parts.

Bpifrance qu'elle connaît bien, par ailleurs, pour être embarquée dans son programme dédié aux PME destinées à devenir des ETI.

Développement de l'infogérance

Pourquoi une accélération maintenant ? D'abord parce que le secteur des télécoms fait partie de ces secteurs les moins touchés par la crise. La crise qui a, a contrario, mis en exergue les besoins de solutions souples et réactives. Au point que justement, les entreprises, cible de Saphalec, se soient tournés vers elle afin de bénéficier de son expertise en infogérance. « La crise a constitué une vague qui mène vers l'infogérence. De nombreuses entreprises nous ont sollicité afin de gérer, stocker pour leur compte, livrer leurs collaborateurs en équipements nécessaires, télétravail oblige », explique Hervé Mangot, le président de la PME sophipolitaine.

Autre élément qui pousse le développement de Saphelec, les besoins en sécurité des entreprises face à la menace cyber.

Pour rappel, la PME sophipolitaine structure son activité à travers Saphelec, orientée solutions SFR Business notamment - elle est l'une des trois distributeurs Platinium SFR dans l'Hexagone - tandis que sa filiale Simplyo est davantage dédiée aux activités d'infogérance et de visioconférence. Saphelec déploie en effet Simplyvisio, une solution de visioconférence développée à partir d'une technologie Huawei, qui offre la possibilité aux entreprises de disposer d'un outil agile, mobile et simple. Un outil qui devrait retrouver un intérêt particulier dans le cadre de la reprise, Simplyvio étant davantage adaptée à un usage BtoB au sein de l'entreprise que pour du 100 % distanciel.

Saphelec 2

Effet volume et compétences

Plus largement, le contexte semble favorable au développement de la PME. D'abord, « Altice a poursuivi le déploiement de la fibre », explique Hervé Mangot ce qui accompagne donc son activité BtoB.

Mais surtout, le marché « télécom entreprises est un marché très morcelé, avec des acteurs de tailles modestes. Or, il lui faut un effet tant en volume qu'en effet de compétences » détaille Hervé Mangot. Avec donc, pour conséquence, celle de voir ces mêmes petites entreprises ne pas être contre des propositions de rachat. Ce qui s'inscrit précisément dans la feuille de route de Saphelec. Laquelle espère aussi intéresser les banques d'affaires de ce point de vue précis. La croissance externe étant la meilleure façon d'ajouter des briques complémentaires, l'objectif étant aussi de ne pas ignorer une évolution des besoins vers davantage de services. Employant 120 salariés pour un chiffre d'affaires 2020 établit à 15 millions d'euros, Saphelec compte doubler le tout à horizon 2025, estimant la croissance être à 70% organique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :