Progexia, la nouvelle brique qui renforce MoneyTrack

 |  | 651 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Créatrice d’une plateforme permettant le paiement dirigé et sécurisé grâce à la blockchain, la startup installée à Paris vient de faire l’acquisition de l’entreprise originaire de Marseille, spécialisée dans la digitalisation des complémentaires santé. Une fusion qui répond aux besoins de croissance de la jeune pousse parisienne mais qui répond aussi à la concentration du marché qui s’opère.

La digitalisation du domaine bancaire et plus largement financier est l'un des enjeux que le secteur se doit d'adresser, poussé par les jeunes pousses qui apportent des briques d'innovation, répondant aux nouveaux usages ou anticipant ceux-ci.

Née en 2018, MoneyTrack a mis au point une plateforme qui permet le paiement dirigé et qui le rend sécure en s'appuyant que la technologie de la blockchain. Co-fondée avec le fonds Truffle Capital, elle s'est également rapprochée du monde académique, précisément du Pôle universitaire Léonard de Vinci et de l'INRIA pour développer son produit. « Notre plateforme répond aux problématiques des petites opérations pour la banque et l'assurance », explique Christophe Doré, le fondateur de la deeptech. « Nous avons commencé notre développement dans le sous-jacent technique qu'est la blockchain pour automatiser les règlements, avec des règles de contrôle ».

Le smart-contract pour rassurer

Ce que permet la plateforme c'est de créer l'interaction entre le financeur, le bénéficiaire et les partenaires authentifiés, via le smart-contract. C'est par exemple, faire en sorte de simplifier l'octroi d'un crédit à la consommation, éviter qu'un assuré avance les frais pour payer ses consultations santé, voire même délivrer les subventions publiques telles que les allocations de rentrées scolaires ou les chèques énergie...

Un principe qui est le même que celui qui sous-tend les titres restaurant. « Nous interrogeons la blockchain dans la smart contact. Nous procédons au paiement en fonction de cela, depuis le compte séquestre de l'assureur pour aller vers le praticien ».

Une innovation qui a aussi vocation à contrôler, à l'heure dit Christophe Doré où « les aides sont multipliées par les institutions, dans le contexte de crise que nous vivons, sans pour autant mettre en place des outils pouvant mesurer l'impact de leur politique publique ».

Effet rattrapage... et accélération

Le rachat de Progexia, c'est la crise qui en est le déclencheur. Parce que 2020 a été une année blanche et parce que la startup a profité des douze derniers mois pour observer son marché et que « nous voulions rattraper le temps perdu », l'acquisition de l'entreprise basée à Marseille permet à MoneyTrack de se renforcer, avec une brique complémentaire. Car Progexia a fait sienne l'accompagnement des mutuelles notamment dans la gestion optimisée du tiers-payant. Une expertise qui ne lui a pas (encore) permis d'être prophète en son pays (comprendre la métropole), mais d'être un acteur n°1 dans les territoires d'outre-mer. « Grâce à ce rapprochement nous offrons une palette plus large de services », se réjouit Christophe Doré. Et puis il y a l'analyse de la data, intéressante pour ce qui concerne l'observation des comportements.

Maîtriser la croissance

« Notre objectif est d'offrir des parcours de plus en plus digitaux. Nous pensons que le moyen de paiement va devenir central entre l'assureur et l'assuré ».

La feuille de route comprend le déploiement en France et à l'étranger. Mais il faut d'abord réussir l'implémentation de Progexia. « 1+1 égale 2 la première année, puis 4 la seconde année. Nous devons donc consolider. Il y a des étapes - notamment celle de la convergence des plateformes - indispensables. Notre ambition est mesurée et prudente », souligne le dirigeant, annonçant toutefois une forte accélération pour 2022, avec 100 millions d'euros de flux dans le viseur pour 2023.

L'acquisition de Progexia a été permise notamment via un tour de table de 2,3 millions d'euros auquel ont participé Truffle Capital, actionnaire historique, et des business angels, portant à 5,4 millions d'euros le montant total des levées de fonds réalisées depuis 2018. MoneyTrack revendique un portefeuille client comportant une dizaine de mutuelles indépendantes représentant 800 000 personnes. L'intégration de Progexia lui permet également de doubler ses effectifs, composés de 23 personnes. Le chiffre d'affaires prévu pour l'exercice 2021 s'établit à 2 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :