Le port d’Alexandrie, nouveau terrain de jeu pour CMA CGM

L’armateur, dont le siège social est basé à Marseille, devrait exploiter et gérer le Pier 55, le futur terminal polyvalent du port égyptien. Ce qui, d’une part valide la compétence de la compagnie maritime française dans la gestion des terminaux – elle en exploite près d’une cinquantaine dans le monde – et d’autre part, s’inscrit dans la propre stratégie de développement du groupe que dirige Rodolphe Saadé, en Méditerranée. Un double effet pas anodin dans le contexte économique général et celui du monde maritime.

3 mn

(Crédits : DR)

CMA CGM est une entreprise qui accélère. Et l'année 2021 s'inscrit clairement dans ce mouvement de faire de la compagnie maritime française un acteur polyvalent et multi-compétent. Pas que sur l'eau, d'ailleurs, si on tient compte de son incursion dans le secteur aérien.

Le début 2021 a vu le Jacques Saadé, le plus grand porte-conteneur au monde propulsé au GNL, faire sa première escale au Havre en présence, rien que ça, du premier ministre, Jean Castex. Une escale significative qui a permis d'envoyer plusieurs messages, notamment celui de la capacité du transport maritime à être respectueux de l'environnement et pionnier d'une transition énergétique qui ne peux plus être ni ignorée, ni repoussée. Rodolphe Saadé l'a souvent dit, investir dans la transition énergétique a un coût certes, mais c'est avant tout un investissement. Qui prépare le futur.

Acteur de la gestion des terminaux français

L'autre message envoyé lors de l'escale au Havre c'est la capacité de la compagnie maritime à être un acteur des terminaux portuaires. Car ce même jour, quatre portiques ont été inaugurés - par Edouard Philippe, maire de la ville et Rodolphe Saadé -, portiques de nouvelle génération, adaptés aux besoins de traitement des grands navires. Au Havre, d'ailleurs CMA CGM dessert 9 porte-conteneurs de 23 000 EVP. L'investissement dans les terminaux, c'est aussi un autre pendant de la stratégie, qui permet aux ports français de demeurer compétitifs, voire d'améliorer leur compétitivité.

C'est dire si l'annonce de la future exploitation et gestion du terminal du port d'Alexandrie s'inscrit parfaitement dans la reconnaissance et le renforcement des compétences de groupe français.

Car donc c'est bien CMA CGM qui va gérer Pier 55, le futur terminal polyvalent. Ce qui comprend aussi le développement de solutions logistiques, la digitalisation, la formation notamment des jeunes pour ce qui relève du maritime et de la logistique.

Il faut dire que la gestion des terminaux fait partie des compétences de l'armateur. CMA CGM est engagé dans Terminal Link, un joint-venture noué en 2001 avec China Merchants Holdings International, dont le groupe détient 51 %. Et qui œuvre en Méditerranée, en Amérique du Nord, en Afrique de l'ouest et en Asie.

En 2012, CMA CGM a créé sa propre filiale, à 100 %, appelée CMA Terminals, qui a pour objectif d'agir en complémentarité géographique avec Terminal Link. C'est ce qui lui permet de se positionner sur des marchés plus petits, dits de niche, aux Etats-Unis, en France, aux Antilles ou au Niger.

 Renfort en Méditerranée

A Alexandrie, Pier 55, installé sur 560 000 m2, disposera d'une capacité de 1,5 million d'EVP. Le calendrier prévoit un début des opérations pour 2022.

Ce nouveau positionnement en Méditerranée renforce donc la présence déjà forte de CMA CGM sur cette partie du globe. Au total ce sont 7 millions d'EVP dont elle dispose, incluant Marseille Fos, Séville, Malte, Thessalonique, Lattaquié (en Syrie). Au total, à fin 2020, CMA CGM gère 46 terminaux dans 27 pays. Mais celle qui se définit comme une entreprise de transport et de logistique n'a sans doute pas dit son dernier mot. Sur mer, comme ailleurs...

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.