Centurion fait de l'e-sport un vecteur de développement économique

 |  | 704 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Créée à Gardanne, cette agence se spécialise dans l'évènementiel autour du jeu vidéo. Elle répond notamment aux sollicitations des collectivité qui voient dans ces grandes compétitions sur consoles et ordinateurs un moyen de développement économique. Les entreprises trouvent, elles, un nouveau vecteur pour toucher le public.

Fortnite, Fifa, League of Legends.... Il est presque impossible de passer à côté du nom de ces jeux vidéo.  Dans l'univers du gaming, ces titres rassemblent un maximum de joueurs et sont les principaux terrains virtuels pour la compétition. C'est sur le jeu de shoot Counter Strike que Pierre Chatelain a fait ses premières armes dans l'événementiel e-sport en... 2005. A l'époque lycéen, il organise un tournoi sur la demande de la Ville de Gardanne. Et y prend goût. Presque quinze ans plus tard, et plusieurs autres grands rendez-vous à son actif, il décide de s'y consacrer à 100% avec une agence dédiée : Centurio.

Il faut dire que l'e-sport est aujourd'hui un marché à part entière. "Nos clients sont souvent des collectivités qui voient de ce type d'événement un moyen de développement économique", explique Pierre Chatelain. L'agence basée à Gardanne organise notamment pour la Chambre de Commerce et d'Industrie du Pays d'Arles la Maximum Cup, une compétition sur plusieurs jeux vidéo durant deux jours en plein mois décembre qui réunit 1000 joueurs et 3000 visiteurs. "Cela permet aux hôtels de remplir leur chambre, fait travailler les commerces et la restauration pendant une période plutôt creuse", avance le dirigeant.

Evénements, consulting et highlights

Chaque année, Centurio s'occupe de quatre à cinq gros événements de ce type partout en France. Elle profite d'un secteur en plein développement, mais qui n'est pas encore structuré autour de ligues ou championnats professionnels comme on peut le voir dans le sport. Les compétitions indépendantes sont en effet très nombreuses. Ces grands événements représentent pour la PME de cinq salariés, équivalent temps plein, un peu plus de la moitié de ses 80 000 euros de chiffres d'affaires enregistrés en 2019.

Lire aussi : Comment le gouvernement veut encadrer l'esport

L'agence réalise également des animations plus simples comme la mise à disposition de consoles dans des centres commerciaux ou des hôtels pour permettre aux clients quelques parties. "Cela pèse entre 30 et 35% de notre activité", chiffre Pierre Chatelain. En plus de cela, l'agence réalise du consulting auprès d'entreprises, souvent celles qui ont du mal à parler à une cible jeune. Enfin, Centurio gère les réseaux sociaux et produit des vidéos highlights pour certains esportif.

De la R&D qui n'en porte pas le nom

Pour se démarquer, elle essaie de proposer des contenus innovants. Elle a par exemple inclus le Scrabbe dans l'un de ses tournois ou encore organisé à Bordeaux une compétition dans... une patinoire. Une demande pour valoriser l'équipe de Hockey qui y évolue en Ligue Magnus. L'entrepreneur aimerait également réaliser un tournoi en prison. "Cela ne rendre pas dans la définition de la recherche et développement, mais pour nous cela en est", défend Pierre Chatelain.

Une créativité qui doit permettre de développer l'agence. "Notre objectif d'ici trois ans et de verrouiller en début d'année notre calendrier à 80% avec des événements sur lesquels nous avons l'habitude de travailler pour les améliorer, les 20% restant seraient dédiés à de nouvelles opérations", prévient le dirigeant. Il compte multiplier son chiffre d'affaires par deux et demi en 2021.

Vers des compétitions online ?

Cet objectif aurait dû être atteint cette année, avant que la crise sanitaire annule les événements. Car malgré l'aspect online souvent associé au gaming, les compétitions se déroulent bien en présentiel. "Quand nous proposons une prestation, nous faisons toujours un format online et un physique en sachant que ça sera la deuxième qui sera retenue, explique Pierre Chatelain. Les annonceurs aiment bien que les gens soient réellement là".

Confinement puis distanciation obligent, la donne pourrait changer. Centurio a notamment réalisé un tournoi caritatif en avril mêlant 16 célébrités, de Benoît Paire à Fred Testot en passant par Robert Pires, et plus de 3 500 joueurs amateurs. L'événement a été suivi par 25 000 personnes. "Cela montre que nous pouvons faire des compétitions en online", avance Pierre Chatelain qui estime que "la Covid-19 a changé la vision des annonceurs" sur ce sujet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :