Numérique et immobilier, les deux casquettes d'Olivier Bugette

Issu d'un parcours penchant dans le marché de la pierre, puis celui du digital, le fondateur de La Boite Immo, née dans le Var, a fait tôt le pari de professionnaliser la numérisation des agents immobiliers. Quinze après avoir fondé sa première société, il se trouve à la tête d'un groupe leader des logiciels chez les indépendants.
(Crédits : DR)

Fraîchement inaugurés à la rentrée, les locaux de La Boite Immo matérialisent la croissance de la société née dans le Var il y a 12 ans. Un bâtiment de trois étages et 2 000 m2 qui abritent les 150 salariés de quatre entités : La Boîte Immo Transaction, La Boîte Immo Neuf, Previsite et LBI Academy. "Je suis heureux de notre cheminement", se satisfait doucement Olivier Bugette, fondateur et PDG du groupe. Toutes ces entreprises proposent des logiciels ou solutions numériques pour professionnaliser la digitalisation des agents immobiliers.

Si le numérique apparaît désormais incontournable dans le marché de la pierre, lorsqu'Olivier Bugette s'est lancé dans le monde du travail cela n'avait rien d'évidemment pour des acteurs déjà bien installés. "J'ai très vite senti, comme d'autres, que le digital serait incontournable pour développer les agences immobilières", explique Olivier Bugette. Aujourd'hui, le dirigeant associe les deux. Mais quand on lui demande s'il vient plutôt du digital ou de l'immobilier, il ne tranche pas vraiment. "Un peu des deux, j'ai réuni ces deux casquettes lors de mon parcours", répond-il.

BtoB plutôt que BtoC

Les premiers pas professionnels de ce pur Hyérois se font bien dans l'immobilier. Plus précisément en alternance dans une agence lors de ses études à Aix-en-Provence. "Ce métier m'attirait car j'ai toujours aimé la pierre, le contact avec les autres et le commerce. Ça a été ma première expérience, celle qui m'a fait découvrir le métier", se souvient Olivier Bugette.

Tout juste diplômé d'une école de commerce, il décide monter à Paris. "J'étais curieux de voir la vie dans la capitale", raconte-t-il. Un changement de vie qui marque aussi le début de l'aventure digitale. "J'étais ingénieur d'affaires BtoB, je vendais des prestations d'hébergements de solutions applicatives", détaille Olivier Bugette. Un virage qui peut surprendre. "Le secteur des nouvelles technologies m'attirait et j'ai eu l'opportunité d'être recruté", justifie-t-il.

Après quatre ans dans la capitale et le "besoin de retrouver la Provence", Olivier Bugette revient à Hyères. "Les opportunités y sont moindres qu'à Paris donc j'ai voulu monter mon agence immobilière car c'est un commerce plus accessible et que je savais faire", résume-t-il. Pour "se remettre à niveau", il travaille d'abord dans une agence implantée sur place. Là, il se rend compte qu'il n'a plus envie de travailler dans du BtoC mais plutôt dans du BtoB. "Je me sens plus à ma place dans cet univers-là, je préfère parler avec des chefs d'entreprises, construire une prestation et un portefeuille clients plutôt que de vendre un bien en one shot et d'enchaîner sur un autre", explique-t-il.

"Le début du rêve d'entrepreneur"

En 2005, Olivier Bugette lance finalement avec un ami d'enfance Pigimmo. Une première qui associe déjà digital et immobilier. Cette société propose un service en ligne qui recense pour les professionnels les biens proposés à la vente. "C'était difficile car nous partions de zéro et nous étions seuls, je passais d'une entreprise avec 100 collaborateurs à quelques pas de l'Hôtel de Ville de Paris à ma cuisine dans laquelle était installé un ordinateur sur deux tréteaux", raconte Olivier Bugette.

A l'époque, la recherche d'appartements ou de maisons par les agents se faisait en lisant les quotidiens régionaux. Seuls quelques sites commençaient à émerger. "Le numérique et la digitalisation étaient à leurs balbutiements, il s'agissait de quelques choses de réservé aux initiés avec de la réticence pour certains au départ comme pour tous nouveaux projets", se remémore Olivier Bugette. "C'est sûr que les agences ne nous ont pas sauté dessus", ajoute le dirigeant qui ne cache pas avoir plusieurs fois pensé à arrêter.

Passé les premières difficultés, l'activité décolle. "Notre secteur d'activité s'est étendu du Var à la région puis à la France, nous avons recruté, déménagé... C'était le début du rêve d'entrepreneur". Au bout de quelques années Olivier Bugette décide de créer La Boite Immo. "Je voulais élargir notre champ d'action pour passer à la vitesse supérieure avec une entreprise qui peut répondre aux besoins digitaux des agences immobilières", précise-t-il. Hasard, cette société voit le jour en 2008... soit en pleine crise. "Si c'était à faire je le referai, à l'époque ce n'était pas un frein nous étions trop petit pour que cela nous empêche de monter les marches, aujourd'hui cela serait peut-être différent", explique-t-il.

Succès, acquisitions et renouvellement du marché

La Boite Immo connaît depuis un succès croissant. Au début des années 2010, Olivier Bugette cède Pigimmo pour y consacrer 100% de son temps, de ses équipes et pour y injecter de l'investissement. Le dirigeant se revendique aujourd'hui comme leader sur le secteur des logiciels de transactions pour les agences indépendantes. Un statut notamment acquis grâce à quatre acquisitions entre 2015 et 2018.

Lire aussi : Comment La Boîte Immo est devenue leader du logiciel immobilier

Une réussite loin d'être anecdotique dans un secteur désormais très bien équipé numériquement. "Toutes les agences ont un site, un CRM (ndlr : un logiciel de gestion de client) et la visite virtuelle se développe. L'intelligence artificielle permet beaucoup de choses que les gens ne voient pas, comme générer automatique des annonces, proposer des biens selon certains critères chez le client ou l'utilisation de la big date dans les estimation", détaille Olivier Bugette.

Pour La Boite Immo, l'enjeu est donc d'être toujours adapté aux nouveaux besoins et contraintes. "C'est un marché de renouvellement, de l'aspect juridique au SEO, nos logiciels évoluent constamment", prévient l'entrepreneur qui s'appuie sur une équipe dédiée à la R&D. Le dirigeant voit le digital prendre de plus en plus de place dans le monde l'immobilier. Que cela soit grâce à la collecte des données des ventes ou mises sur le marché pour estimer un bien, au développement de la visite virtuelle en passant par le suivi de collaboration en temps réel pour informer un client de la diffusion de l'annonce de son bien sur un site ou encore lui proposer le compte-rendu d'une visite.

Le confinement devrait selon Olivier Bugette accélérer cela. "De mon point, il s'agissait d'une pause plus que d'une crise pour le secteur qui repart très bien. Cela a permis de mettre en avant les outils digitaux qui ont été les seuls moyens de maintenir l'activité", détaille-t-il. Ce qui pourrait représenter encore de belles perspectives de croissance.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.