Pourquoi SoccerPark et LeFive font équipe commune

Les deux enseignes, spécialisées dans le Foot 5 et le Padel Tennis, ne forment plus qu'une seule et même équipe, laquelle ne cache pas ses velléités d'envahir le terrain des entreprises.
(Crédits : DR)

La première, basée à Cannes et née en 2010 voulait atteindre une masse critique. La seconde, implantée à Aubervilliers depuis sa création en 2008, avait une envie d'intégrer davantage de technologie. C'est donc logiquement que les deux entreprises spécialisées dans le Foot 5 et le Padel Tennis ont rapproché leurs besoins et uni leurs compétences respectives donnant naissance à une nouvelle entité, SoccerPark Le Five.

Complémentarité

"Sur la carte d'Europe, nous avions une complémentarité géographique ainsi qu'une complémentarité de profil d'entreprise", explique Tony Jalinier, le co-fondateur de SoccerPark. Alors que Le Five développe une forte compétence en ce qui concerne l'événementiel et a développé sa franchise dont les représentants sont d'anciens professionnels tels Joël Cantona, Grégory Wimbé ou Kevin Gameiro, SoccerPark se distingue par une stratégie marketing et digital innovante. L'ensemble "fait un total" logique et prometteur. Car désormais le groupe français représente 39 centres de foot 5 et 7 centres de Padel Tennis et revendique 50 000 joueurs par semaine.

Première opération de croissance externe

Dans les cartons figurent l'ouverture de 4 nouveaux centres cette année, un rythme de croisière qui sera celui déployé pour les années à venir, ainsi que de nouvelles opérations de croissance externe. Le rachat de centres consiste en effet en "un bon vecteur de développement. Il existe 180 indépendants en France, or désormais avec la puissance de frappe que nous représentons, nous sommes capables d'apporter de la valeur ajoutée en terme d'innovation et de technologie et ne plus forcément développer des ouvertures de centres en propre", détaille Tony Jalinier. D'ailleurs la première opération de croissance externe a été finalisée à Annemasse.

"Le marché va être constitué dans les prochaines années de multi-indépendants ou de franchisés de grands réseaux", promet-il.

Pour financer cette envie de croissance, une levée de fonds a été réalisée auprès de Capzanine, société d'investissement indépendant généraliste (qui vient par ailleurs d'ouvrir son capital à Eurazeo et Axa), pour un montant qui n'est pas divulgué.

Gamification de l'activité sportive

L'Euro2016 qui pointe le bout de son nez - le début de la compétition est pour le mois de juin prochain - n'est pas négligeable pour le coup de projecteur qu'il donne au monde footballistique en sens large. Et SoccerPark Le Five copte bien surfer sur cette vague médiatique supplémentaire. L'autre vague de fond, c'est le sport connecté, une vague déjà abordée et même maîtrisée.

"Tous les joueurs de ligues organisées par nous disposent de leurs statistiques personnelles, avec vidéos de leurs buts, les feuilles de match".

Mais l'entreprise sait qu'elle doit aller plus loin et "depuis six mois nous testons tout ce qui est lié à l'internet des objets avec un bracelet qui permet de comptabiliser  par exemple les calories dépensées. Ce n'est pas tant la statistique pour la statistique qui prévaut mais c'est l'aspect socialisant du sport. Il y a une gamification de l'activité qui est à prendre en compte".

Sur le terrain des entreprises

Et ce phénomène n'échappe pas davantage au monde de l'entreprise. Ainsi parmi les projets prévus cette année figure un PPP (partenariat public privé) à Paris.

"Le PPP c'est l'avenir", s'enthousiasme Tony Jalinier. "Les collectivités devant faire face à des baisses de budgets, l'appel à un opérateur privé permet de donner vie à des structures, celui-ci rentabilisant l'opération par la mise à disposition d'horaires le soir".

Dans la même mouvance, c'est pour le groupe Léa Nature, basé à La Rochelle, que SoccerPark Le Five va créer une infrastructure destinée aux employés. L'investissement nécessaire est de plusieurs millions, dont une partie, de l'ordre de 700.000 euros, est assumée par la PME azuréenne. "Ce type d'investissement - une PME confiant pour partie la gestion de sa structure - va s'étendre", assure Tony Jalinier, comptant sur la prise de conscience des entreprises de la corrélation entre bien-être physique et productivité pour que ce contrat ne soit pas le premier et le dernier. "Nous réfléchissons également à organiser des événements au niveau national pour les entreprises", avoue le dirigeant qui lorgne aussi du côté de l'international, Le Five étant déjà présent à Barcelone. "Nous allons concentrer notre développement en France et en Espagne mais lançons une étude pour mesurer le potentiel dans les pays limitrophes". Le nouveau groupe conclut son premier bilan en juin. Il emploie au total 120 collaborateurs.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.