A Marseille, le groupe Saint-Gobain promeut "le béton en terre"

Pour répondre à un besoin de l'établissement public d'aménagement Euroméditerranée, désireux de réduire les émissions de carbone de la construction, le groupe de BTP propose d'injecter de la terre d'excavation au sein de structures porteuses en bois. Un procédé ancestral qu'il industrialise et espère développer.
(Crédits : CHARLES PLATIAU)

"Vous allez me dire que le colombage existe depuis longtemps, mais ce que nous avons fait c'est d'industrialiser le process". Cette évolution qu'avance Michel Daniel, le directeur aménagement et ville durable de Saint-Gobain, pourrait bien changer la construction dans les prochaines années. C'est en tout cas le souhait du groupe qui propose des murs à ossatures en bois remplies avec du "béton de terre". De la terre d'excavation plus exactement, c'est-à-dire issu des chantiers. "En les recyclant cela nous permet d'avoir une forte action en économie circulaire", note Michel Daniel. Cette matière représente aujourd'hui un déchet pour la filière BTP, en Provence-Alpes-Côte d'Azur cela représente "2,2 millions de tonnes de cette terre qui ne trouve pas de réemploi" indique Michel Daniel.

En plein cœur d'Euroméditerranée, une des opérations de rénovation urbaine les plus grandes d'Europe qui s'étend sur 480 hectares conduit par un établissement public d'aménagement éponyme, Saint-Gobain démontre son savoir-faire sur ce béton de terre. "Euromed est préfigurateur de ce que l'on veut faire, c'est une relation entre un industriel, un établissement public d'aménagement et des entreprises locales", décrit Michel Daniel.

Surtout, la structure phocéenne est à l'origine du process de recherche et développement de Saint-Gobain sur ce sujet. "La première demande il y a près de quatre ans a été de mettre en place une filière de construction circulaire, donc nous avons très vite été sur les terres excavées", raconte le directeur aménagement et ville durable. Les nouvelles normes de construction réclament en effet une baisse des émissions de CO2 et des matériaux biosourcés. "Pour améliorer notre impact sur les émissions de dioxyde de carbone, nous devons faire des efforts dans la construction. Et travailler avec les promoteurs ne suffit plus", appuie Paul Colombani, le directeur général adjoint d'Euroméditerranée.

Lire aussiImmobilier : des nouveaux matériaux plus écolos

Un vieux process désormais aux normes actuelles

Au-delà de l'intérêt circulaire de ce "béton de terre" et de la décarbonation qu'il apporte, cette technique de construction permet de compenser la raréfaction du sable. Dans son usage, la terre n'est pas brute. Elle se mélange avec du granulat recyclé avec un liant à base de laitier (un déchet issu des hauts-fourneaux) et éventuellement un végétal ainsi que de l'eau. De quoi offrir, une fois coulée ou projeté dans les cadres préfabriqués, grâce un isolant extérieur un meilleur confort en été, en hiver, une meilleure hygrométrie et une meilleure isolation phonique. Pour la main d'œuvre sur le chantier, le geste à effectuer ne change pas non plus.

"C'est une innovation qui a plus de 1.000 ans", expose Nicolas Godet, directeur général de Point P, filiale de Saint-Gobain, en rappelant l'importance d'industrialiser le process. Si cette technique n'était pas employée jusqu'à présent, c'est parce que "le colombage historique n'était pas duplicable aujourd'hui à travers les normes", explique Michel Daniel. Le travail de Saint-Gobain a donc été de la rendre éligible à la réglementation environnementale 2020 (RE2020). "Nous travaillons sur la RE 2028", prévient-il. Côté coût, pas de frais supplémentaire puisque "le chantier est deux fois plus rapide ce qui équilibre". Pour Nicolas Godet, cet élément est essentiel car "une innovation qui ne se commercialise pas ne fonctionne pas" résume-t-il.

D'Euromed au plan école

Pour Saint-Gobain, venir à Marseille est l'occasion de sortir du seul périmètre d'Euromediterranée. Dans cette zone de rénovation urbaine un seul projet avec du "béton de terre" est d'ailleurs prévu, il s'agit d'un centre de formation de 7.000 mètres carré prévu pour l'horizon 2024-2025. "Nos cadres conviennent aussi pour la rénovation ou la surélévation de bâtiment", glisse Michel Daniel. Le directeur aménagement et ville durable ne s'en cache pas. "On peut très bien imaginer ce cadre dans les vieux quartiers de Marseille à rénover comme à Noailles où avec la préfabrication et la numérisation il est beaucoup plus envisageable de déconstruire de vieux immeubles, utilisés leurs granulats pour refaire du béton terre et les reconstruire", développe-t-il. A Lyon, un bâtiment de neuf étages va ainsi s'allonger de deux niveaux supplémentaires avec ce procédé. Pour Marseille, "cela pourrait répondre au plan école" ajoute Michel Daniel.

Lire aussiPorté par la rénovation, Saint-Gobain surperforme au premier semestre 2022

Pour séduire les aménageurs, Saint-Gobain souligne qu'en plus de construire il développe une filière à travers la formation, son positionnement sur les usines éphémères locales mais aussi via une logistique propre via des camions fonctionnant à l'énergie renouvelable comme l'illustre Nicolas Godet. Le groupe compte développer le béton de terre pour d'autres produits comme des carreaux, des parpaings ou encore des chapes.

A suivre en direct dès 9h15 - Aix-Marseille Zéro Carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.