« Il ne faut pas sur-réguler le travail à distance » (Thomas Kerjean, Mailinblack)

Tout juste certifiée Great Place to Work, l’entreprise spécialisée en cyber-sécurité, basée à Marseille, y voit la confirmation de sa politique managériale. Pour son dirigeant, c’est surtout la preuve qu’un modèle agile, décomplexé mais pas moins performant est possible et que la qualité de vie au travail recouvre une définition que la crise a forcément modifié.

3 mn

(Crédits : DR)

Si être reconnue Great Place to Work a toujours été un satisfecit pour les entreprises qui en ont obtenu la certification, cela était surtout considéré comme le bonus, la cerise sur le gâteau qui faisait du bien, en termes d'image, de communication et d'attractivité des talents. Mais ça, c'était avant. Avant la crise et le bouleversement engendré dans les habitudes de consommation du bureau, dans ce que l'on appelle plus largement la qualité de vie au travail, bref dans ce que l'on attend de l'environnement professionnel. Aussi, la certification Great Place to Work prend-t-elle aujourd'hui une autre dimension, « preuve » supplémentaire que sur le sujet, il y a bien un monde d'après.

Confirmation de la vision stratégique

C'est plus ou moins ce que dit Thomas Kerjean. Pour le dirigeant de Mailinblack, la question de la qualité de vie au travail et de l'environnement qu'il faut y créer pour que celle-ci soit la plus agréable et attractive possible n'est pas vraiment un sujet post-crise. Originaire de Marseille, revenu dans la région après une vie parisienne, c'est précisément avec l'idée de « créer une Great Place to work » qu'il retrouve la Provence. Cette certification, Thomas Kerjean la perçoit bien davantage comme une confirmation de sa vision stratégique - « les critères qui sont regardés et évalués sont autant la crédibilité, le respect, l'équité, la convivialité, la fierté... » - soulignant en même temps le taux de 91% de collaborateurs estimant que Mailinblack est une entreprise où il fait bon travailler.

« Ma culture est à la fois laïque, scientifique mais j'ai également beaucoup évolué au sein des GAFAM. La responsabilité individuelle est importante pour moi. La sécurité que l'on doit ressentir dans l'entreprise est essentielle. Et cela recouvre plusieurs aspects, dont par exemple, la façon dont on peut venir habillés ».

La place des femmes est aussi un sujet sur lequel on sait Thomas Kerjean être engagé. Et, preuve que du travail reste à mener, « nous avons un mal fou à recruter des chercheuses, des développeuses ». Comme dans tant d'autres entreprises...

Notion de liberté... et de responsabilité

S'il était déjà convaincu que l'environnement du bureau, ses codes, devaient changer, il est évident que la large remise en question provoquée par la crise a, en quelque sorte, permis de laisser la porte ouverte à des modifications et surtout à l'acceptation de celles-ci. « J'ai établi une charte très simple. Le lieu de travail est un très large. Deux employés travaillent ainsi à distance à 100%, l'un depuis Lille, l'autre depuis les Alpes. Chacun travaille d'où il veut. Le confinement a permis de montrer que l'on peut faire confiance aux collaborateurs. Le monde de demain c'est l'histoire d'une cohésion attractive. Nos bureaux s'agrandissent et cela n'est pas antinomique avec la volonté de laisser le choix du travail à distance. On agrandit pour les rendre plus attractifs encore », précise Thomas Kerjean. Qui estime encore que non, il n'est pas indispensable « d'obliger » les salariés à reprendre le chemin du bureau. « Oui, il y aura des erreurs à la marge », dit Thomas Kerjean. « Mais lorsque l'on responsabilise les collaborateurs, ceux-ci se comportent en responsables ».

Et quid de la culture d'entreprise, dont le risque ne serait-il pas qu'elle soit mise à mal par cette organisation différente ? « Cela ne veut rien dire. Il ne faut pas chercher à sur-réguler, il faut faire confiance ».

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.