« Nous voulons faire émerger des technologies de rupture pour en faire des solutions industrielles déployables partout en France » (M.Laigneau, Enedis)

ENTRETIEN - Présente à nouveau à Marseille, la présidente du directoire du groupe français redit la volonté du gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité d’être acteur actif de la transition énergétique, ce qui signifie regarder les innovations réellement disruptives, regarder tous les secteurs aussi. Cela signifie aussi investir dans une R&D offensive, où IA et IoT sont des leviers, tout en faisant le choix de tester des expérimentations à l’échelle d’un territoire.

6 mn

(Crédits : DR)

LA TRIBUNE - Vous êtes venue dans le Sud sur le thème de l'électrification des bateaux à quai, un sujet sur lequel Enedis s'est positionnée en avant-garde, déjà à Marseille il y a plus de 5 ans. Quel rôle Enedis peut-elle jouer dans la mobilité décarbonée ?

MARIANNE LAIGNEAU - La décarbonation des transports constitue un des sujets majeurs de la transition écologique. Les transports maritimes sont tout autant concernés que les mobilités terrestres. En 2015, lorsque nous avons raccordé le Grand Port Maritime de Marseille Fos au réseau public de distribution d'électricité, notre ambition était de permettre aux bateaux à quai de s'alimenter en électricité et ainsi de leur éviter d'utiliser leurs moteurs diesel. Aujourd'hui, c'est une réalité. L'électrification du port permet déjà de brancher simultanément quatre navires. En 2023, l'ensemble des ferries devraient être connectés au réseau électrique. Et à terme, tous les grands ports français seront équipés. Nous y travaillons avec eux. C'est essentiel pour lutter contre la pollution, et c'est un enjeu dans le cadre du développement des zones à faible émission. Les infrastructures de recharge, qu'elles soient sur la voie publique, en parkings, dans un immeuble d'habitation, à quai ou sur autoroute, sont raccordées au réseau de distribution exploité par Enedis. Nous sommes très engagés dans de nombreuses expérimentations qui permettront demain d'optimiser la charge des différents modes de mobilité : voitures, bus, bateaux fluviaux ou encore navires à quai comme à Marseille. Dans le cadre du projet aVEnir par exemple, nous expérimentons avec plusieurs partenaires des solutions de pilotage intelligent de la recharge des véhicules électriques, comme le V2G (Vehicle-to-grid).

L'hydrogène est un sujet sur lequel Enedis se positionne aussi. Vous avez notamment annoncé un programme industriel de groupes énergétiques mobiles. Le Sud pourrait-il être un terrain d'expérimentation ?

L'hydrogène est un des leviers permettant d'allier performance industrielle et démarche responsable. Nous expérimentons dans le Gard un projet de groupe électrogène 100 % énergies renouvelables. Alimentés par des batteries ou des piles à hydrogène, ces groupes bas-carbone remplaceront à terme les groupes électrogènes qui fonctionnent au diesel et que nous utilisons notamment en cas de crise pour réalimenter les clients. Cette nouvelle génération d'alimentation provisoire sera capable de stocker et de restituer l'énergie renouvelable produite localement lors de coupures d'électricité pour travaux. Ces groupes énergétiques mobiles contribueront à la réduction des émissions de CO2 et au développement de la production d'électricité renouvelable locale. Dans le cadre de notre Projet Industriel et Humain 2020-2025, nous nous sommes fixé pour objectif de réduire notre empreinte carbone de 20 % à horizon 2025. La Région Sud offre un terrain propice aux expérimentations depuis de nombreuses années pour Enedis.

Vous vous positionnez également comme un interlocuteur de premier rang envers les collectivités ? Quels sont les besoins et comment y répondez-vous ?

Notre ambition est d'accompagner l'accélération de la transition écologique dans les territoires. Entreprise de service public présente sur 800 sites à travers la France, nous nous appuyons sur une relation de confiance avec les collectivités pour répondre au plus près à leurs enjeux territoriaux. Enedis est à leurs côtés pour les accompagner dans tous types de projets de transition énergétique et écologique : décarbonation des transports urbains, raccordement de bornes de charge sur la voie publique et en copropriété, projets d'autoconsommation collective, optimisation de l'éclairage public ou appui à la rénovation thermique grâce à l'agrégation des données des compteurs communicants Linky, lutte contre la précarité énergétique... Nous sommes également un acteur clé des territoires en matière d'insertion professionnelle, d'emploi, d'achat auprès d'entreprises locales. A ce jour, nous avons renouvelé 320 contrats de concessions avec les autorités concédantes, propriétaires du réseau public de distribution d'électricité. C'est le signe d'une confiance mutuelle et d'une ambition commune de contribuer au développement des territoires et à leur attractivité. Le renouvellement du contrat de concession avec la Métropole d'Aix Marseille Provence et la convention de partenariat tripartite avec le SMED 13 en sont les parfaites illustrations. Ainsi avec la signature de ces deux conventions, Enedis joue pleinement son rôle d'opérateur de service public et apporte sa maîtrise technique et son excellence industrielle à la Métropole afin de lui permettre d'accompagner ses projets de transitions écologique et économique, notamment dans les domaines de la mobilité, du logement, de l'aménagement du territoire et de l'environnement.

Sur le territoire de la Métropole Nice Côte d'Azur vous avez innové en termes de flexibilité énergétique avec la station d'Isola 2000. A Marseille, c'est l'IA qui fait d'Enedis un acteur de la Cité de l'Innovation. Comment opérez-vous les choix d'innovation, finalement assez pluriel. Comment Enedis choisit-il les sujets où il faut investir ?

Notre culture d'innovation converge vers un seul but : l'accélération de la transition écologique. Nous cherchons à faire évoluer nos métiers pour les adapter au changement climatique et aux nouvelles attentes des Français, en nous appuyant largement sur les nouvelles technologies. Nous investissons ainsi 1 milliard d'euros par an dans la modernisation du réseau public de distribution d'électricité pour le rendre plus intelligent, plus digital et plus résilient pour nos 37 millions de clients et pour les territoires. En effet, nous ouvrons la voie à de nouvelles solutions. Les flexibilités, qui consistent à moduler en temps réel les électrons transitant sur les lignes électriques, en évitant ainsi les pics d'activité pour garantir en permanence la qualité et la continuité de distribution, en font partie. Quant à l'IA, nous l'utilisons de plus en plus avec des acteurs locaux, comme à Marseille où nous avons intégré la « Cité de l'Innovation et des Savoirs Aix-Marseille » afin d'utiliser les dernières technologies liées à nos métiers et au numérique. Dans chaque région, Enedis travaille avec les startups et PME innovantes pour identifier et faire émerger des technologies de rupture dans une logique de solutions industrielles déployables partout en France. C'est la force de notre modèle de grande entreprise nationale, avec un fort ancrage régional.

En arrivant à la présidence du directoire d'Enedis vous avez dit vouloir faire du groupe le service public du XXIe siècle. Le projet est-il en bonne marche ?

Lorsque j'ai pris mes fonctions l'an dernier, j'ai souhaité qu'Enedis s'engage dans un exercice d'identification et de co-construction de ses priorités vis-à-vis de l'ensemble de ses parties prenantes dans un contexte externe marqué par de nouvelles attentes. Nous avons donc lancé une démarche de réflexion participative inédite autour de notre projet industriel et humain qui a vu participer 20 000 salariés et 2 500 parties prenantes externes et a recueilli près de 200 000 contributions. C'est plus que la Convention Citoyenne pour le Climat ! Nous nous sommes dotés d'une ambition collective : devenir le service public préféré des Français au service de la transition écologique dans les territoires. Pour ce faire, nous avons défini 8 engagements concrets parmi lesquels la réduction par deux des délais de raccordement des clients à horizon 2022 et la possibilité pour 100 % de nos clients de suivre leur consommation, grâce au compteur communicant Linky, et de bénéficier d'une offre innovante de leur fournisseur d'énergie. Lancé en septembre 2020, notre Projet Industriel et Humain 2020-2025 nous mobilise autour de chantiers de simplification de nos process, de développement de nouvelles activités, de performance industrielle. Je suis confiante dans la capacité de nos équipes d'agir concrètement pour qu'Enedis devienne une entreprise de service public du 21ème siècle et accompagne ses clients et les territoires vers un monde plus électrique et décarboné.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.