« Ce qui manque à Marseille, ce n’est pas l’attractivité, c’est l’ancrage dans le territoire » (C. Alaux, Chaire Attractivité)

Alors que le président de la République a présenté son plan « Marseille en grand » voici tout juste une semaine, celles-ci sont-elles de nature à conforter positivement l’image de la Cité phocéenne ? Non, d’après Christophe Alaux, le directeur de chaire Attractivité et Nouveau marketing territorial qu’héberge Aix-Marseille Université, le frein se situant davantage du côté de la capacité à conserver les talents sur le territoire qu’à les attirer.

3 mn

(Crédits : DR)

Il y a huit jours, Marseille était un peu schizophrène. Alors que certains estimaient que les annonces du président de la République - des annonces et quelques conditions associées - équivalaient à une mise sous tutelle, d'autres analysaient les montants alloués à la santé, à la sécurité ou aux transports comme la preuve que le politique avait enfin obtenu ce à quoi la deuxième ville de France est en droit de prétendre.

Bien sûr, la vérité se trouve un peu entre les deux... Oui, il y a eu des annonces chiffrées -pas toutes cependant - et non, on ne peut pas dire que le ton du discours était un message de congratulations. On ne reviendra pas sur le sujet de la gouvernance qui doit évoluer a dit le président... Bref, ni mise sous tutelle, ni satisfecit mais plutôt des indications, qu'il est recommandé de suivre pour que les montants annoncés se traduisent réellement en monnaie sonnante et trébuchante.

On se demande alors légitimement si ce « Marseille en grand » est un bon signal envoyé urbi et orbi. Marseille si décriée mais Marseille aussi follement aimée prend-t-elle de nouveaux airs de séduction ? Pas forcément. Et c'est un expert en attractivité et marketing territorial qui le dit.

Marseille attractive, mais...

Et ce que pointe Christophe Alaux, ce n'est pas le manque d'attractivité de la Cité phocéenne. Avec 5 millions de touristes par an qui la choisissent comme destination, 1,8 million de croisiéristes, une activité de salons BtoB qui génère 380 millions d'euros de retombées économiques - le tout considérant les chiffres de l'année 2019, année qui n'a pas subi les effets perturbateurs du Covid... - des décisions d'investissements de l'ordre de 65 projets réalisés pour 1.300 emplois prévus à 3 ans, en 2020... clairement, le territoire possède un effet d'attraction.

Ce n'est donc pas l'attractivité qui est en cause. Mais davantage, dit Christophe Alaux, « l'ancrage ». Comprendre, faire en sorte que les compétences qui y viennent ne décident pas d'en repartir...

Faire en sorte par exemple, que les cadres, venus de Lyon, Bordeaux ou La Rochelle, ne quittent pas les rivages de la Méditerranée après deux ou trois ans de vie marseillaise. Et le fondement de tout cela c'est, « la qualité de vie ».

Où il est question de qualité de vie

Voilà donc où pêche Marseille. Est-ce vraiment une surprise ? Non. Mais cela démontre que le ciel bleu, la mer, le port, le soleil... ça ne fait pas tout dans le package qualité de vie et que la mobilité, des infrastructures de santé adéquates dans leur enveloppe urbanistique, en sont d'autres, moins visibles sur la carte postale mais tout aussi essentiels. « Le prix de l'immobilier reste correct comparé à d'autres grandes villes, mais jusqu'à quand », pointe Christophe Alaux.

Les autres grandes villes, attractives, avec lesquelles on compare souvent Marseille - Lyon, Rennes, Bordeaux, Toulouse - « se sont débrouillées toutes seules, sans argent de l'Etat, mais avec leurs propres recettes », fait encore remarquer Christophe Alaux. Où on retrouve, entre autres, le sujet de la mobilité - pour le coup, sujet faisant partie du « Marseille en grand » - qui « n'est pas à la hauteur de la deuxième ville de France ». On ne reviendra pas sur les deux seules lignes de métro et le tramway qui ne bouchent pas tous les trous dans la raquette, loin s'en faut. « Le discours d'Emmanuel Macron à Marseille n'était en rien le discours d'Emmanuel Macron à Versailles à propos de Choose France. Ce n'était pas « Venez à Marseille ». C'était davantage un discours tourné vers la Cité phocéenne plutôt qu'aux investisseurs extérieurs ».

Marseille qui, avec sa personnalité et son fort caractère, a toujours revendiqué sa particularité. Autant que cela soit une force plutôt qu'une faiblesse...

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.