Quel bilan pour Jean-Luc Chauvin à la présidence de la CCI Aix-Marseille Provence ?

 |  | 851 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
A quelques mois des prochaines élections consulaires, l'heure du bilan est la pré-étape logique. A Aix-Marseille, le quinquennat présidentiel a été marqué par différentes crises, mais aussi par le renouveau de l'institution qui a joué son rôle de créateur de liens entre les entrepreneurs, plaide le président en exercice, qui a déjà annoncé son intention de poursuivre sur sa lancée.

Au moment de dresser un bilan, difficile pour les membres de la chambre de commerce et d'industrie Aix-Marseille Provence de ne pas parler de crise. Celle du Covid-19 bien sûr, qui fige l'économie mais dont la fin semble plus proche que jamais. Mais avant cela, il y a aussi eu les manifestations des Gilets Jaunes et celles liées à la réforme des retraites. "Nous avons eu trois ans de crise sur cinq ans de mandat", souligne Jean-Luc Chauvin, son président. A ce contexte social et sanitaire s'ajoute celui propre aux CCI qui voient leurs recettes fiscales se réduire, encore. "Nous avons eu une baisse de 33% et cela continue en 2021 mais aussi en 2022", avance Jean-Luc Chauvin. Qui dresse donc son bilan de mandature et qui, pour se faire, s'appuie sur les élus consulaires, chacun apportant sa vision selon ses compétences.

Ainsi, dans ce qui pourrait s'apparenter à un marasme, les membres de la CCIAMP trouvent du positif dans leurs résultats. L'impact économique sur le territoire de la chambre consulaire a augmenté de 20%, selon une étude récente du cabinet Goodwill Management, passant de 855 millions d'euros à un milliard d'euros. "Ce qui laisse imaginer ce qui aurait pu se passer sans les baisses de nos ressources", glisse Jean-Luc Chauvin. Malgré tout, depuis plusieurs mois c'est bien la crise sanitaire qui est sur toutes les lèvres.

Lire aussi : Jean-Luc Chauvin - CCI Aix-Marseille Provence : "Le modèle pour Aix-Marseille, c'est plus celui de San Francisco que celui de Miami »

Gestion de crise...

C'est donc avant tout la présence de la CCIAMP auprès des chefs d'entreprise qui a été importante. "Elle a été à nos côtés du matin au soir, sur tous les fronts", assure Bernard Marty, président de l'UMIH (Union des Métiers de l'Industrie de l'​Hôtellerie). "La CCI a été une béquille, abonde Robert Abela, directeur de Plan de Campagne. Nous n'avions jamais connu une telle situation et elle nous a expliqué ou traduit des choses que nous ne comprenions pas". Au quotidien, la chambre consulaire en multiplié les rendez-vous, visio ou fiches pratiques... Au total ce sont 10.000 demandes d'entreprises qui ont été traitées. C'est elle aussi qui était en charge du numéro d'urgence Covid, que Jean-Luc Chauvin qualifie de "Samu des entreprises".

En plus d'être du contact direct, toutes ces rencontres et échanges menés ont permis d'unir les acteurs entre eux afin de répondre au mieux à leurs besoins. "J'avais des doutes sur le l'aspect institutionnel, mais la CCIAMP a réussi à devenir le carrefour d'échange de rencontres et de solution", explique Thierry Vanderdonckt, président des Entrepreneurs de l'Huveaune Vallée. "C'est dans ce cadre que j'ai rencontré Robert Abela et qu'il est ensuite venu intervenir dans ma zone", illustre-t-il.

... et développement économique

La rencontre est au centre de la politique menée par la Chambre consulaire et pas seulement lors de la gestion de crises. "Nous sommes un tiers de confiance, nous avons réussi à devenir ce trait d'union entre le monde public et privé", se félicite Maurice Wolff, trésorier de la même chambre. Car les besoins des entreprises sont constants. Sur l'embauche par exemple. "Nous avions du mal à recruter des arboristes et élagueurs, les équipes de la CCI nous ont proposé des dispositifs nous permettant de nous engager sur l'embauche d'emplois francs et de développer l'alternance. Nous avons pris 14 nouveaux apprentis cette année", raconte Vasilisa Mombelli, directrice des ressources humaines chez Sanaga.

Voila pour le cas par cas, mais il y a aussi les besoins structurels comme celui de développer le territoire. Plusieurs actions ont été menées comme la création du Métropolitain Business Act qui réunit 800 sociétés. Cette initiative permet de faciliter l'accès des PME aux appels d'offres des grandes entreprises. La promotion du territoire fait également partie des actions de la CCIMP en témoignent ces 36 missions à l'international dont Miami, Hambourg ou en Chine. "Tout ça pour faire connaître notre territoire et faire rencontrer nos entrepreneurs", explique Frédéric Ronal, secrétaire adjoint de la chambre.

Poursuivre l'action et préparer les élections

Secteur majeur du territoire, l'industrie est un élément essentiel du développement économique. Les différents événements créés autour du sujet satisfont Christine Baze, présidente de Industries Méditerranée et élue consulaire... "Maintenant, il faut continuer à aider les entreprises sur la relance et la relocalisation sur le territoire".

Pour y parvenir, l'un des enjeux est "de trouver du foncier", avance Patrick Ardizzoni, autre élu consulaire. "Il faut développer de nouveaux business et aller plus loin dans la digitalisation car cela permettra aux entreprises de se développer plus vite après la crise", embraie Jean-Luc Chauvin. Une position qui ressemble... à un discours de campagne. L'actuel président étant candidat à sa succession pour les élections prévues fin octobre. "Il faut garder la méthode de l'union et l'amplifier", projete-t-il. Ce qui se traduit aussi dans le nom de la chambre, devenue entre temps Aix-Marseille Provence...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :