Spécialiste de l’interphone connecté, Fenotek s’adosse à Noralsy et c’est un enjeu industriel

 |  | 661 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Conceptrice de l’interphone connecté, baptisé Hi), la startup originaire de Marseille accueille à son capital – à hauteur de 80% – le spécialiste du contrôle d’accès résidentiel et tertiaire. Une complémentarité d’offre, de positionnement, de marché qui conduit à une synergie qui doit permettre à la jeune pousse d’aller plus vite dans son industrialisation tout en apportant une brique manquante au groupe installé à Paris.

Jeune entreprise innovante Fenotek a déployé sa technologie au cours des six dernières années, passant de l'interphone connecté à un interphone, véritable plateforme de services. Né en 2015, la startup originaire de Marseille a évolué avec les usages - son passage au CES Las Vegas en 2017 étant riche d'enseignements - faisant de son produit, non plus seulement un interphone capable de répondre avec intelligence mais une plateforme intégrant des services personnalisables et couvrant bien plus que ce que pourrait faire penser sa fonction première. C'est ainsi que Hi) est devenu un portier vidéo, déroulant une série de solutions telles que la connectivité 4G, accès sans contact ou encore les clefs virtuelles.

« Notre stratégie a été de développer une plateforme de services en intégrant ces derniers afin de proposer des solutions avec abonnements. Et la feuille de route s'est déployée comme prévu », explique Bruno Davoine, le co-fondateur de Fenotek.

Sauf que si le produit plaît et trouve son marché, dès septembre 2019, ses fondateurs se trouvent confrontés à une problématique de passage à l'échelle.

« Nous nous sommes alors posés la question de l'industrialisation. Jusqu'à alors, nous avions procédé par levées de fonds. Mais nous avons estimé qu'il était préférable de contracter avec un partenaire industriel », explique Bruno Davoine.

Un premier contact avec Noralsy lors du salon professionnel fait émerger des similitudes et des complémentarités. « Nous partagions des visions semblables sur l'évolution du marché. Noralsy adresse le logement collectif et tertiaire, nous le logement individuel... » Un accord plus tard, Noralsy acquiert 80% du capital de la jeune entreprise marseillaise, 20% demeurant aux mains des co-fondateurs.

Optimiser les coûts de production

De ce rapprochement, c'est bien la synergie qu'il convient de prendre en compte. Si Fenotek demeure indépendante, conserve son équipe de 10 personnes et son implantation à Marseille, cet adossement lui ouvre des perspectives en termes d'industrialisation. La startup va en effet pouvoir réduire ses coûts de fabrication et adresser un plus grand volume de distributeurs.

Elle va également pouvoir s'internationaliser, bénéficiant de la présence de Noralsy en Belgique comme en Angleterre. L'internationalisation figurait bien sur la roadmap de Fenotek, sauf que la Covid-19 est passée par là et a retardé les volontés de passage à l'export. « Nous nous sommes recentrés sur le marché français afin d'éviter de nous éparpiller », explique Bruno Davoine. Qui souligne que l'Europe du Nord est un marché extrêmement prometteur car très intéressé par les sujets qui concernent la domotique.

Vision servicielle

Désormais confortée par un acteur qui va lui ouvrir un plus large champ de distribution - d'ailleurs l'équipe commerciale de 25 personnes de Noralsy va bénéficier d'un plan de formation pour intégrer Hi) dans son catalogue de produits - Fenotek ne cache pas ses ambitions d'aller encore plus loin dans sa vision d'apport de solutions. « Nous allons nous aiguiller plus fortement vers la sécurité. Nous voulons offrir des services qui concernent aussi l'intérieur du domicile. Passer de la caméra extérieure, à la caméra intérieure et à la caméra qui va aussi au fond du jardin. Cela permet également de contrôler et vérifier les allées et venues des personnes extérieures intervenants à domicile comme les aides pour personnes âgées ou le jardinier par exemple. Grâce à notre trousseau de clés virtuel cela facilite également l'accès », détaille Bruno Davoine. « Nous nous orientons davantage vers plus de services que de matériel ». A termes, Hi), qui intègre la 4G, le fera également avec la 5G, les applicatifs étant intéressants pour ce qui le maillage de smart quartiers. Si elle ne communique pas sur son chiffre d'affaires, la startup revendique une croissance de 50 % par an. Noralsy, qui emploie 80 personnes, réalise un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :