La Caisse d'Epargne CEPAC récolte les fruits de sa mutation

L'établissement bancaire qui couvre une partie de la région Sud et des territoires d'Outre-Mer a enregistré des résultats estimés comme historiques en 2021. La conséquence d'une conjoncture favorable pour le secteur mais aussi des choix politiques menés en interne pour améliorer le service client et mieux gérer les risques.
(Crédits : DR)

L'année qui vient de s'écouler a été belle pour le secteur bancaire. La Caisse d'Epargne Cepac n'échappe pas à la règle. Pour ses 200 ans, l'établissement bancaire qui couvre une partie de la région Sud et des territoires d'Outre-mer s'offre un beau cadeau d'anniversaire avec des résultats historiques. "Les meilleurs de l'histoire de la Caisse-d'Epargne Cepac", se réjouit Joël Chassard, son président qui va laisser sa place dans les prochaines semaines à Christine Fabresse. Tous les voyants sont au vert avec un produit net bancaire, l'équivalent du chiffre d'affaires, en hausse de 8,4% pour atteindre 786 millions d'euros. Le résultat net a lui presque doublé pour s'afficher à 200,1 millions d'euros.

"Cet été nous nous disions que pour les 200 ans ça serait bien d'atteindre 200 millions d'euros", s'amuse Joël Chassard. Ces résultats, qui sont à l'image d'un secteur bancaire en grande forme, sont aussi le fruit de la politique de l'établissement. "Nous avons eu une belle activité en étant très présents pour soutenir l'économie en 2021", précise le président. L'établissement a également drastiquement diminué son coût du risque, de 150 à 70 millions d'euros. Le fruit d'une sensibilisation en interne dans la gestion du risque en donnant plus de responsabilité aux commerciaux.

La satisfaction clientèle paie

Côté clients, la banque en a gagné près de 43.000 pour en compter au total environ 1,5 million. Depuis quatre ans, l'établissement s'efforce d'évoluer pour améliorer sa satisfaction client. Un pari qui semble aujourd'hui gagné. "Nous étions les derniers sur ce critère en 2018, désormais nous sommes les premiers pour la seconde fois d'affilée", avance Joël Chassard. Il reste encore à mieux assimiler la fusion avec la banque de la Réunion, des Antilles françaises et de Saint-Pierre et Miquelon de 2016. "Nous avons pris du retard en perdant des parts de marché, mais nous sommes en train de les regagner", estime Alain Ripert, membre du directoire en charge du pôle Outre-Mer.

La banque insiste d'ailleurs sur son impact sur l'ensemble de ses territoires. En 2021, ce sont 6,4 milliards d'euros qui ont été injectés dans l'économie locale. Dans le détail, 4 milliards l'ont été dans l'immobilier, 4,2 milliards dans le crédit aux particuliers et 2,2 pour le marché corporate. Pour ce dernier, un tiers de cette somme s'adresse aux territoires ultramarins. Dans la région Sud, la banque investit dans des fonds comme Smalt Capital, qu'elle détient à 80%, ou Tertium. Joël Chassard attire également l'attention sur le plan Marseille en Grand d'Emmanuel Macron. "Nous serons présents en tant que financeur local, que cela soit pour des projets déjà testés ailleurs comme les carrefours l'entrepreneuriat et d'autres plus innovants ", prévient-il.

Principal financeur d'ENR du groupe

Parmi les financements, 1,5 milliard est destiné aux énergies renouvelables. "70% des crédits du groupe BPCE sur ce domaine proviennent notre établissement", note Jean-Charles Pietrera, membre du directoire en charge du pôle finances et opérations. Un apport important qui s'explique par la présence d'une équipe dédiée à ce sujet au sein de la Cepac.

Pour ce qui est de l'avenir, forcément les yeux sont braqués sur la guerre en Ukraine. "C'est très difficile d'imaginer le lendemain, si le conflit perdure, tout peut être imaginé. Mais l'on voit que l'inflation est un phénomène persistant et que la transition énergétique va coûter cher", estime Jean-Charles Pietrera. Mieux vaut aborder ce type de situation avec des résultats solides.

Replay | Forum Europe Afrique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.