Dans le Sud, la gauche en arbitre, les écologistes aussi

S’il vire bien en tête avec 36,8% des voix, Thierry Mariani, la tête de liste RN n’a cependant que 5 points sur son principal adversaire, le président LR sortant Renaud Muselier. Une configuration où la liste de la gauche, menée par Jean-Laurent Felizia avec 15,7% compte bien jouer le rôle d’arbitre. Et permettre la réapparition de la gauche dans l’hémicycle régional. Avec 5% des voix, Jean-Marc Governatori et « L’écologie au centre » entendent également peser dans la balance électorale. Ou comment la triangulaire qui semble se dessiner apparaît aussi comme la triangulaire de tous les dangers…

3 mn

(Crédits : DR)

Finalement, il y aura bien eu une surprise. Mais pas dans le sens attendu. Point de cavalcade en tête pour Thierry Mariani, alors que les récents sondages donnaient la tête de liste du Rassemblement National largement en avance face à son adversaire, le candidat LR- LREM et UDI, Renaud Muselier.

Ce ne sont pas dix points d'écart, mais 5 qui séparent les deux frères ennemis, respectivement à 36,8% et 31,91%. Un résultat qui a galvanisé le second et rendu furieux le premier.

C'est en effet un Renaud Muselier à la fois soulagé et combattif qui s'est dit, à sa façon, pas surpris par les résultats - « Nous avons déjoué les sondages » - et qui a affirmé d'ailleurs n'avoir jamais cru à cette distanciation annoncée. Un Renaud Muselier qui sait que si le chemin jusqu'à la victoire finale paraît moins sinueux, il n'en n'est pas moins semé d'embûches. Et que les négociations, discussions, stratégies, prises de paroles... à venir vont devoir être mesurées et fines.

Car la situation, après ce premier tour, est malgré tout complexe.

Trois candidats et plein de possibilités

Avec 16,8% des voix, Jean-Laurent Felizia qui mène la liste qui rassemble la gauche (PS, PCF et écologistes) a annoncé son intention - et celle de ses colistiers puisque la décision a été prise de façon collégiale - de se maintenir au second tour. Il faut dire que l'enjeu pour la gauche dans le Sud n'est pas neutre. Depuis 2015, aucun élu de la gauche ne siège au sein de l'hémicycle régional. On se souvient alors d'un Christophe Castaner - que les Français découvriront plus tard en ministre - furieux, annoncer le retrait de sa liste au profit de celle menée alors par le LR Christian Estrosi pour cause de front républicain. Si Jean-Laurent Felizia a malgré tout laissé une porte ouverte, le propos est bien plus clair sur les intentions de la gauche, du côté du premier secrétaire du PS dans les Alpes-Maritimes, Xavier Garcia. Lequel explique que la liste de la gauche unie pouvait pas se priver d'un second tour pour favoriser davantage encore Renaud Muselier. « On ne peut pas demander à une force politique de s'effacer pendant 13 ans ».

Et ce maintien est d'autant plus assumé que, rappelle Xavier Garcia, le candidat de « L'écologie au centre », Jean-Marc Governatori a d'ores et déjà laissé très largement entendre qu'il se retirait en faveur de Renaud Muselier, certes sous « réserve qu'il verdisse son programme », mais on ne voit pas comment l'ambassadeur de la Cop d'avance pourrait voir le tout d'un mauvais œil.

Felizia en arbiter trublion... pour le moment ?

Mais on se dit - un peu à l'instar du déroulé de la campagne - que le feuilleton n'est pas fini. D'autant que dès hier soir l'eurodéputé Yannick Jadot signifiait que le maintien de Jean-Laurent Felizia n'était pas admissible. Et de lui demander de changer d'avis. Rejoint depuis par le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, notamment. Localement, les représentants du Parti socialiste sont également divisés, certains encourageants à faire front républicain et appelant à voter pour Renaud Muselier.

On notera que Thierry Mariani a surtout mis l'accent sur le faut que si les électeurs ne votaient pas pour lui, il y aurait "toujours de la violence dans les trains, vous continuerez à avoir peur » et les entreprises à fermer. Un tantinet hors sujet mais les prochaines 48 heures promettent d'être... agitées autant que décisives.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 21/06/2021 à 12:35
Signaler
Le président actuel et son compère de Nice avait en 2015 promis un lycée dans l'est du Var avec la première pierre. Promesse vite oubliée après l'élection et tout le monde dans les partis applaudi ce personnage La politique un monde des promesses no...

à écrit le 21/06/2021 à 12:02
Signaler
Conclusion, pour Mariani c'est plié et ce sera Idem partout pour le FN et ce sera tant mieux . Il y a déjà assez de problèmes sans rajouter une composante Nationaliste.

à écrit le 21/06/2021 à 8:34
Signaler
Dire qu'ils n'arrivent toujours pas à prendre cette région tandis que le racisme y est systémique là bas. De ces élections on pourra conclure que le RN est sûr de perdre aux présidentielles payant certainement sa soumission totale au consortium europ...

le 21/06/2021 à 10:12
Signaler
Ayant grandi dans la region marseillaise, c est pas etonnant que le FN y domine. Les meilleurs agents electoraux du FN y vont un super travail : grace a la racaille d origine outre mediterrannee, le FN engrange des voix malgre leur absence de progr...

le 21/06/2021 à 11:41
Signaler
Heu tu sais que le RN vient de se prendre une grosse taule là ? T'as pas l'impression que ton commentaire est totalement à côté de la plaque ? :-) Quel régal cette déroute des RN et des LREM quand même ! Et pourtant la télévision aura vraiment to...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.