Renaud Muselier : « Nous organiserons en août les états régionaux de la relance »

REGIONALES – GRAND ENTRETIEN – Candidat à sa propre succession, le président sortant de la Région Sud veut appuyer encore plus fortement sur le soutien à l’économie, dans toutes ces composantes, qu’elles soient artisanales, de montagne, en difficulté. Que ce soit le plan zéro rideau fermé ou la constitution d’un fonds régional pour la reconquête industrielle, tout doit tendre à replacer Provence Alpes Côte d’Azur dans le top 3 des régions les plus entreprenantes de France. En exclusivité pour La Tribune, celui qui est aussi président de Régions de France détaille son plan de reconquête.

6 mn

(Crédits : Claude Almodovar)

LA TRIBUNE - Vous revendiquez un bilan, dites-vous, que personne ne conteste, notamment le rôle joué par la Région que vous présidez dans l'accompagnement des entreprises depuis le début de la crise.

RENAUD MUSELIER - Nous avons restructuré une filière économique, fixé une colonne vertébrale autour des huit Opérations d'intérêt régional - qui traitent de l'économie de la mer, de la naturalité, des énergies de demain, de tourisme et d'industries créatives, d'industrie du futur, des thérapies innovantes, de la smart tech - ce qui nous a permis d'injecter un milliard d'euros pour 40. 000 emplois. Avec la crise du Covid, nous avons affronté trois crises, sanitaire, économique et sociale. Nous avons été à la manœuvre et nous avons injecté 2,5 milliards d'euros sur la totalité de la période sans déstabiliser l'équilibre financier de la région. 750 millions d'euros ont été injectés dans les fonds de solidarité, nous avons créé une centrale qui a permis de fournir 2 millions de masques. Nous avons maintenu la totalité des moyens de transport et des transports scolaires durant la période. Nous avons soutenu le monde du sport. Nous avons soutenu le monde de la culture en maintenant les subventions même si les manifestations étaient annulées, avec une aide sur 3 ans assurée. 35 millions d'euros ont été consacrés à un plan d'urgence dont 5 millions à titre exceptionnel pour que Provence Alpes Côte d'azur demeure terre de culture. Nous avions organisé le monde économique avant la crise, ce qui nous a permis d'être efficace. Je rappelle que j'ai reçu en mars dernier, le Prix « Région Européenne entreprenante » qui vient saluer les régions déroulant une politique entreprenariale innovante en tenant compte, cette année, du contexte de crise. J'ai été un capitaine à la barre qui a maintenu le paquebot à flot, pendant la tempête.

En termes de financement, vous vous adressez souvent à l'Europe et revendiquez 5 milliards d'euros ainsi obtenus durant votre mandature.

Je le répète souvent, l'Europe sert à condition de savoir s'en servir. Nous avons su capter les fonds européens. A hauteur en effet de 5 milliards d'euros quand mon prédécesseur, Monsieur Vauzelle avait réussi à n'obtenir que 300 millions d'euros. Et dans la perspective du Plan Europe, je suis opérationnel pour aller capter le double. C'est-à-dire 10 milliards d'euros qui seront consacrés à l'aménagement du territoire. Je rappelle aussi le contrat d'avenir, signé avec le Premier ministre en janvier dernier pour encore 5,1 milliards d'euros quand il n'était que de 1,8 milliard d'euros du temps de Messieurs Vauzelle et Valls. Nous avons organisé la relance, nous avons trouvé les moyens financiers à l'extérieur.

Quelles seront vos priorités si vous êtes réélu à la tête de la Région le 27 juin prochain ?

Nous serons le QG de la relance. Dès le mois d'août nous organiserons les états régionaux de la relance. Ce sera par filière, par bassin d'emploi et par secteur, une vraie phase d'échange avec les territoires. Nous effacerons les dettes liées au Covid pour les TPE PME qui ne peuvent rembourser et échelonnerons pour celles qui sont déstabilisées par la crise, et cela sur dix ans si c'est nécessaire. Nous consacrerons 60 millions d'euros pour le capital investissement. Région Sud Invest est, je le rappelle, le quatrième fonds d'investissement de France. Nous voulons revenir dans le Top 3 des régions les plus entreprenantes, face à l'Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes.

L'industrie est un secteur que vous soutenez particulièrement...

Un fonds régional dédié à la reconquête industrielle sera doté de 100 millions d'euros. D'autre part, nous voulons que 1 besoin = 1 solution. Pour cela nous allons mettre en place un numéro unique pour répondre aux questions des entreprises quel que soit leur stade de développement, que ce soit en création, recrutement, reprise, promotion à l'international... J'ajoute qu'il n'y aura aucune hausse d'impôts pour toute la mandature, que ce soit pour les particuliers comme les entreprises.

Vous avez déjà annoncé le dispositif « zéro rideau fermé », en quoi consiste-t-il ?

Ce dispositif vise les centres-villes et les villages et sera doté de 100 millions d'euros jusqu'en 2026. On a bien vu que les Gilets jaunes, le Covid, l'essor du e-commerce bouleversent les commerces de proximité. Zéro rideau fermé servira trois principes : une aide à l'installation, disposant d'une enveloppe de 35 millions d'euros ; la transmission, afin d'éviter le piège de retraite = fermeture qui bénéficiera de 25 millions d'euros ; et enfin l'urgence faillite, lorsqu'une menace plane, l'idée étant d'intervenir avant le tribunal de commerce. Nous allons également élargir les aides aux entreprises de l'hôtellerie-restauration nées à partir du 12 mars 2020.

Lire aussi 5 mnLe Sud : entre industrie, tourisme et agriculture bio, la course à la compétitivité

La montagne est également un secteur qui a énormément souffert. Comment comptez-vous poursuivre l'aide accordée ?

100 millions d'euros ont été injectés via le Plan montagne. Nous avons connu deux saisons noires. Compte tenu du succès de ce Plan, nous le doublerons, le portant à 200 millions d'euros, 100 millions d'euros pour les espaces valléens, 100 millions d'euros pour les stations de ski.

Avec votre plan climat, appelé « une COP d'avance », vous avez fixé des objectifs précis dont le déploiement d'une politique de croissance verte. Cet engagement sera-t-il poursuivi ? Comment ?

En permettant la création d'emplois verts et solidaire nous comptons devenir la première région de France en structuration des entreprises sociales et solidaires. L'ESS représente 12% de l'économie régionale. Nous voulons également devenir la première région hydrogène de France. Un fonds Cop d'avance accompagnera les entreprises.

L'un de vos adversaires, Thierry Mariani, tête de liste du Rassemblement National, annonce l'intégration de clauses environnementales et sociales dans les appels d'offres.

Nous avons déjà inséré des clauses de préférence de proximité dans nos appels d'offres. Et par ailleurs nous doublerons la commande publique.

Lire aussi 5 mnBrevets : comment le Sud appuie sur le champignon de l'innovation

L'innovation est également un levier de croissance. Comment faire fructifier le terreau de startups ?

Nous consacrerons 20 000 euros pour attirer de nouvelles startups sur le territoire. Et continuerons à accompagner toutes les entreprises. Lesquelles bénéficient de deux Maisons de la Région, à Paris ainsi qu'à Bruxelles. Cela leur permet de disposer d'un bureau, d'organiser des rendez-vous, de mener des actions de lobby nécessaires. Nous créerons également un réseau d'ambassadeurs, un réseau de chefs d'entreprises qui représentent la Région partout en France et à l'international. Je veux être le démonstrateur d'une économie prospère dans un cadre de vie apaisé. Je veux être une région qui attire, innove, est exemplaire et pionnière. Mon programme est un pacte d'avenir.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 01/06/2021 à 5:10
Signaler
Avait promis avec son compère de Nice un lycée à Fayence avec pose première pierre. Projet abandonné après les élections. Duo politique pas fiable. Les rois du baratin

à écrit le 31/05/2021 à 9:16
Signaler
Il y a une erreur. C’est Thierry Mariani qui participera à cette réunion, en tant que nouveau président de la région Sud.

à écrit le 31/05/2021 à 9:11
Signaler
pour avoir berné les electeurs pour son avenir personnel ! le vote sanction se profile

à écrit le 31/05/2021 à 9:10
Signaler
pour avoir berné les electeurs pour son avenir personnel ! le vote sanctionse profile

à écrit le 31/05/2021 à 8:17
Signaler
Bref! Rien de mieux que de "relancer" pour tenter d'obtenir le ricochet!

à écrit le 31/05/2021 à 7:55
Signaler
Encore une réunion donc, c'est bien les gars continuez comme ça...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.