Régionales 2021 : Dans le Sud, Muselier déjà vainqueur avant le match ?

 |  | 419 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Claude Almodovar)
En obtenant en moins de 12 heures un revirement de la part de sa famille politique, Les Républicains, qui désormais lui apporte son soutien, le président sortant de la Région Sud a gagné une première partie. Mais en excluant toute participation de LREM à sa liste, c’est la majorité présidentielle qu’il agace.

Le mot de clarification a sans doute été celui qui a été le plus prononcé au cours de cette journée du 4 mai, tant dans la bouche du président du parti, Christian Jacob que dans celle du président de la Région Sud, Renaud Muselier.

Le premier a enjoint le second à le faire vite. Ce que le second a donc fait, via un communiqué. Ça, c'est pour la première partie de la journée. Car la question qui demeurait en suspens était à double effet kiss cool : Renaud Muselier serait-il exclu ? Une nouvelle liste investie LR serait-elle présentée ?

Dans le Var, pas de Sophie Cluzel

C'était tout l'enjeu du Comité national d'investiture - que préside pour rappel et la précision est d'importance, Eric Ciotti - qui se tenait ce 4 mai en fin de journée. Un CNI qui a fini par apporter son soutien au président Muselier. En précisant bien, là encore par voie de communiqué, qu'il « ne peut y avoir aucun accord, à quelque niveau que ce soit avec LREM ». Voilà pour la couche supplémentaire de clarification.

Et pour l'annonce, sans le dire, de l'abandon, de fait, de la constitution d'une nouvelle liste.

Pour joindre l'acte à la parole, les têtes de listes ont été dévoilées. Où on retrouve Christian Estrosi, tête de liste dans les Alpes-Maritimes, Sophie Jouassains, adjointe à la ville d'Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, Renaud Muselier à ses côtés.

Dans le Var, pas de Sophie Cluzel comme évoqué avant la crise, mais François de Canson, maire de la Londe-les-Maures et président actuellement du CRT.

Lire aussi : Régionales 2021 : Renaud Muselier, ce oui si attendu

LR les bras ouverts

Renaud Muselier rappelle encore que, en homme libre - il l'a appuyé, redit, répété au cours des dernières 48 heures - il est « LR, les bras ouverts. Je ne suis pas binaire ». Ça ne fait pas du tout plaisir à certains membres de son parti, mais pour Renaud Muselier, ce qui compte c'est la Région et avant tout le partage de mêmes convictions et de vision stratégique. A ses côtés, le soutien de Christian Estrosi lui est précieux. Désormais les interrogations et les regards se tournent vers En Marche. Qui va décider le parti de la majorité présidentielle ? Liste ou pas liste ? Soutien malgré tout ou pas ? Telle est la question qui va occuper les prochaines heures. A chaque jour, son épisode...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2021 à 16:40 :
Bref! C'est le genre de scénario qu'apprécie les électeurs qui sont fan de loto!
a écrit le 05/05/2021 à 16:40 :
Bref! C'est le genre de scénario qu'apprécie les électeurs qui sont fan de loto!
a écrit le 05/05/2021 à 14:26 :
Avec le mistral que l'on a dans le midi, on a besoin d'une girouette comme Muselier, pour connaître le sens du vent.
a écrit le 05/05/2021 à 11:43 :
In fine, ce qui comptera pour Museillier dans 5 semaines c'est l'électeur LR. Il n'est pas dit qu'il s'y retrouve dans le pataquès.

Soit il a des sympathies envers LREM et dans ce cas il va regretter que le parti ait fait capoter le couple Musellier-Cluzel, privant la droite d'une possible victoire.

Soit il fait partie des opposants résolus à Macron, et ce projet d'alliance avorté ne peut que le révolter, parce que c'est une trahison évidente de ce que porte LR depuis la défaite de 2017.

Dans les deux cas Museillier (et LR) a perdu la moitié de ses électeurs. Une partie ira au FN, une grosse partie rejoindra les pécheurs à la ligne et une marge retournera au centre gauche.
a écrit le 05/05/2021 à 8:52 :
La droite joue sa partie, du fait qu'elle ne soit pas dans le gouvernement qui accable les électeurs ce sont eux qui ont les cartes en main pouvant s'en passer ou bien sy associer mais sur chacune de ses alliances avec les lrem c'est eux qui auront le meilleur rôle.

C'est bien beau de gouverner sans se soucier du tout de l'opinion générale, en mentant massivement aux gens et à soi-même également mais à l'ère d'internet c'est stratégiquement suicidaire. Enfin bon on ne peut pas être à la fois serviteur du consortium européen financier et guide d'une nation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :