Avec sa plateforme d’e-learning multisport, MyCoach prend position (aussi) sur le segment BtoC

Spécialisée dans la fourniture d’outils analytiques à destination des professionnels du sport – entraîneurs, éducateurs, clubs – et amateurs, la startup fait de mycoachtv son nouveau levier de croissance. Destiné au segment BtoC, cette plateforme numérique propose des cours et conseils menés par des sportifs de renom. Un axe pédagogique qui joue aussi la carte digitalisation du sport, un secteur ultra prometteur mais qui doit être encore davantage structuré. Car derrière l’innovation, il y a l’enjeu du sport comme outil de croissance économique. A l’heure (très proche) des JO2024 et de la Coupe du monde de rugby.

4 mn

(Crédits : DR)

MyCoach a l'habitude de l'évangélisation. Dès sa création, en 2011, c'est au travers de sa solution destinées aux clubs et entraîneurs, qu'elle met le sujet de la digitalisation du sport sur la table. Et il y a dix ans, le numérique et le sport semblaient être deux univers totalement éloignés l'un de l'autre. Mais la data et l'usage précieux de celle-ci a modifié aussi la façon dont le sport se pratique, s'évalue... Une filière sportech, encore balbutiante, ou tout du moins, disséminée, qui avait du mal à se structurer, s'est finalement rassemblée, notamment via le GIE France Sport Expertise.

Pionnière de la sportech, MyCoach a fait grandir sa solution, s'appuyant sur sa connaissance du football, la première discipline qu'elle adresse lors de sa création, pour la dupliquer vers le volley, le rugby, l'escrime, le hand, le judo ou encore le surf. Elle signe des partenariats avec les fédérations tricolores - onze à date - avec l'UEFA et revendique l'accompagnement de 4,3 millions de licenciés.

Explorer tous les segments

En 2020, l'ONG basée à Monaco, Peace and Sport fait appel à son expertise afin de mettre en valeur un contenu qui valorise et conforte les valeurs du sport comme appui éducatif et social. Une numérisation de contenus jusque-là utilisés de façon très classique par l'organisation non gouvernementale lui permet alors de savoir aussi mesurer l'efficacité sur le terrain et d'engranger des metrics. Du côté de la startup, on revendiquait alors la volonté d'accompagner des organisations dans leur digitalisation en donnant les outils pour amplifier l'impact et le retour terrain.

Et puis, il y aussi Activity, la société co-créée avec l'Université Côte d'Azur en 2020, qui a donné naissance à Activiti, une application gratuite dont l'objectif est de favoriser l'activité physique et sportive à domicile. Une initiative qui a répondu aux besoins sportifs alors que le pays enchaînait les confinements. Un succès aussi qui a poussé la startup et le CHU à aller un peu plus loin en lançant un POC, débuté en septembre, qui doit démontrer que l'activité physique répond au but du « sport en entreprise » mais qu'il fait aussi partie d'une thérapie non médicamenteuse pour les patients.

Changer de logiciel

Mycoach TV c'est donc un peu le nouvel étage de la fusée. Sous forme de plateforme d'e-learning, elle délivre du contenu pédagogique distillé par des champions nationaux, sportifs de haut niveau - Romain Ntamack, Hugo Lloris, Camille Lacourt... - entraîneurs réputés et s'adresse aux amateurs et aux débutants, via des capsules vidéo.

Surtout, elle ouvre le segment du BtoC à la startup, jusqu'alors ciblant uniquement le BtoB.

Une évolution que Cédric Messina estime logique et stratégique. « Pour franchir un cap, il nous fallait s'orienter vers le BtoC. Il fallait, au bout de dix ans d'existence, changer de logiciel », souligne le fondateur et dirigeant de la startup qui insiste sur le fait que « le contenu est notre ADN ». Sur ce point, Activiti a aussi agi, en quelque sorte, en précurseur, la startup ayant testé sa capacité technique à créer des capsules qui correspondent à une cible de non initiés. Au final, mycoach tv est le résultat de 2 ans de R&D et d'un investissement de 2 millions d'euros.

Lire aussi 4 mnMyCoach et la stratégie du leader de la SportTech

Le Netflix de la pratique sportive

L'un des buts de mycoach tv, c'est, outre le contenu, de structurer une offre de tutoriels que l'amateur peut trouver habituellement de façon très éclatée sur Youtube par exemple. Plutôt Netflix de la pratique sportive, la plateforme se rapproche, par l'esprit, « des masterclass américaines », explique Cédric Messina.

Un Cédric Messina qui a bien en tête les échéances sportives à venir. Les JO 2024 comme la Coupe du monde de rugby sont des manifestations très attendues certes du grand public mais pas moins des entreprises de la sportech qui y voient des opportunités de croissance, tant pour elles, individuellement, que pour la filière. Laquelle, désormais structurée, doit rayonner au-delà de son périmètre national. Et participer, d'une certaine façon, à la relance. Mycoach, qui emploie 32 collaborateurs et réalise un chiffre d'affaires de 2,2 millions d'euros, est donc en phase de mutation, de celle, estime son dirigeant qui « régénère la marque »...

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.