Quelles ambitions pour la French Tech Toulon ?

Territoire depuis très longtemps tourné vers l’innovation, le Var dispose d’un écosystème tout aussi riche que parfois trop discret. Renforcer la visibilité, capitaliser sur le label national, fédérer plus fortement les forces en présence… figurent parmi les priorités du président nouvellement élu, Jean Larroumets. Cet expert de la cyberséurité affine précisément la nouvelle feuille de route.

4 mn

(Crédits : DR)

Depuis plus de vingt ans, le Var s'est placé en territoire tourné vers l'innovation, bien avant que le sujet irrigue les différents pans de l'économie. TVT Innovation a par exemple été l'une des toutes premières structures à accompagner les entreprises innovantes, que l'on n'appelait pas encore startup.

Labellisé French Tech, le territoire n'a pas grand-chose à envier à ses voisines - Aix-Marseille et Nice Côte d'Azur - il est même plutôt complémentaire avec, à la fois des entreprises, PME très actives et des jeunes pousses, assez spécifiquement positionnées.

Mais ce territoire qui a été précurseur n'a pas forcément toujours su revendiquer et mettre en avant sa French Tech. C'est tout le programme que compte bien mener le nouveau président Jean Larroumets.

Capitaliser sur la marque French Tech

Qui le reconnaît., « il faut réussir à gagner en visibilité, car cela attire les talents, nous devons être un territoire plus attractif ».

Le diagnostic est posé, reste les actions à définir. D'où une feuille de route qu'il va falloir affiner mais qui dispose déjà des briques essentielles.

La mission globale est claire : il faut rassembler les forces existantes mais un peu éparses. « Notre objectif est de fédérer l'ensemble des forces locales, de mobilier ces forces dans la même direction. Avoir un objectif commun ».

Pour Jean Larroumets, il est essentiel de commencer par le commencement et de redéfinir ce que signifie la French Tech sur le territoire. Car le Var attire. Disposant d'un foncier qui fait défaut à ses voisins, offrant un cadre de vie très vert, le département voit aussi sa métropole, Toulon, se transformer très fortement d'un point de vue urbanistique. « Beaucoup d'indépendants choisissent de s'installer ici avec la volonté de se rapprocher d'un écosystème », note le président du mouvement varois qui estime qu'il est essentiel de capitaliser sur ce qu'est la marque French Tech, avec tout ce que cela signifie en termes d'image, d'attractivité, de sens donné aux pépites qui en font partie.

Jouer le rôle de hub

C'est aussi davantage la capacité à faire se rencontrer les différentes pépites qui est un axe à améliorer. Si elles sont nombreuses, elles ne se connaissent pas forcément entre elles et vont donc chercher ailleurs des compétences dont elles disposent à proximité.

« Il nous faut aider à l'amorçage, favoriser le partage d'expérience, rencontrer d'autres entreprises en phase de stabilisation, se positionner aux différents stades de développement de l'entreprise », égraine encore Jean Larroumets. « Il faut créer des vocations. Le monde est en mouvement. Nous devons jouer le rôle de routeur, de hub ». Le Murex Festival, qui s'est tenu début juillet et qui se présente comme le festival des cultures numériques et créatives s'inscrit parfaitement dans cette dynamique. Et le forum Invest in Toulon, qui a réuni investisseurs nationaux et internationaux face à aux entreprises locales le même jour, est lui aussi un des maillons manquants désormais activé.

Une « effervescence » à maintenir

S'il est installé à Toulon et y dirige son entreprise Egerie, Jean Larroumets sait de quoi il parle quand il évoque le choix du territoire varois, puisque lui-même l'a fait il y a quinze ans. Et déjà c'est « l'effervescence numérique » qu'il identifie. Une effervescence dont il reconnaît qu'elle a été possible grâce à « une vision et une volonté politique ». Ce qui, dit-il aussi, n'était pas chose évidente étant donné la forte implication du maritime de défense. « Toulon est une métropole à taille humaine » ajoute le président de la French Tech, qui se transforme, pas qu'urbanistiquement parlant, mais c'est ce faire savoir qu'il faut réellement amplifié, améliorer.

D'autant que le Var sait attirer quand il s'en donne les moyens. Et les filières déjà présentes sont elles aussi des briques sur lesquelles établir une roadmap. Jean Larroumets de donner l'exemple de la Formule 1, le Grand Prix de France étant certes « une chance touristique », mais aussi l'alibi pour mêler automobile autonome et cybersécurité, des thématiques fortes du territoire. De vrais sujets d'innovation aussi. « La 5G arrive, les objets connectés se déploient... il y a beaucoup d'innovations devant nous. Je crois beaucoup au partage. On se défend bien mieux quand on partage... »

Pour rappel, le Var concentre 6.000 emplois dans le numérique et 120 startups sont créées en moyenne chaque année.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.