Après les compléments alimentaires, Abyssea s’intéresse à la nutricosmétique

 |  | 675 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Installée dans les Alpes de Haute-Provence et accompagnée par Obratori, l’incubateur de L’Occitane, cette entreprise propose des compléments alimentaires à base de micro-algues. Avec six produits dans son catalogue, l’entreprise entend désormais s’ouvrir à un marché en pleine expansion, celui de la nutricosmétique.

Avec leur goût généralement iodé, les algues ont d'abord conquis le marché européen par les palais, présentées sous forme de salades ou comme enrobage aux sushis sur les tables des restaurants japonais. Ce n'est qu'ensuite qu'est né l'attrait pour les micro-algues, moins pour leur qualité gustative que pour leur potentiel nutraceutique. La plus connue d'entre elles est la spiruline. Proposée en poudre ou en gélule, elle permet de combattre l'anémie et la fatigue physique. Très souvent, elle constitue la porte d'entrée par laquelle les consommateurs entrent dans le monde des micro-algues. C'est aussi par là que commence l'aventure d'Aquabiomass et de sa marque Abyssea.

Produire ou se fournir, telle est la question

Nous sommes en 2011 lorsque Stéphanie Pierre achève son doctorat en biologie moléculaire marine. Plutôt que de poursuivre son parcours dans la recherche académique, elle décide de mettre les découvertes de son laboratoire à profit des consommateurs.

Dans un premier temps, elle décide de produire elle-même sa spiruline, faute de producteurs suffisamment gros et qualitatifs sur le territoire. « A cette époque, il y avait beaucoup d'offre mais 90 % venait de Chine et était peu qualitative ». La commercialisation débute en 2015. Deux ans plus tard, elle souhaite élargir sa gamme en proposant de la chlorelle, réputée pour son potentiel détoxifiant. Mais cette fois, elle renonce à produire elle-même. Trop compliqué en termes de foncier et d'organisation. Elle trouve un producteur dans le Nord. Se pose alors la question du maintien de la production internalisée de spiruline qui l'occupe chaque jour de mars à novembre. « Lorsque j'ai intégré l'accélérateur Toulon Var Technologie (TVT), cela m'a aidée à sortir la tête du guidon et à prendre de la hauteur. J'ai compris que si je voulais vraiment développer la marque, il fallait arrêter la production ».

En 2017, toute la production est externalisée. En France si possible, mais pas exclusivement. « Par exemple pour la chlorelle, nous avons commencé à Lille puis j'ai trouvé une autre producteur au Portugal dont les techniques de culture correspondaient davantage à mes critères ». La qualité avant la proximité. Gage de différenciation sur un marché où le low-cost et l'opacité restent maîtres.

Une gamme de six produits

Libérée de la charge de la production, l'entreprise peut alors se dédier au développement de la marque. Les références se multiplient. A la spiruline et à la chlorelle s'ajoutent la Klamath - utilisée contre la fatigue physique et psychique -, des capsules molles d'huile d'algues, puis des mélanges dont un dédié à la préservation du capital osseux et l'autre, 02 bleu, qui booste le système immunitaire.

Les produits sont commercialisés en magasins bio, en pharmacie, mais aussi dans les thalassos, spas et autres thermes. S'y ajoute la vente en ligne qui connaît depuis peu une accélération due au contexte sanitaire. Un canal qui permet à la marque de s'exporter, notamment au Portugal où elle a par ailleurs rejoint une place de marché. « Mais l'international n'est pas la priorité », tempère la dirigeante. « La stratégie est d'abord de bien s'ancrer en région et en France, d'y gagner une belle notoriété ».

Cap sur la nutricosmétique

Une notoriété qu'elle veut affirmer en s'ouvrant à un marché en pleine expansion, celui de la nutricosmétique. Le principe, c'est que la beauté se joue autant à l'extérieur (par l'application de cosmétiques), mais aussi à l'intérieur (par la nutrition). « J'aime beaucoup ce concept qui est connu depuis longtemps en Asie. C'est là-bas qu'a démarré le marché de la nutricosmétique. En Europe, on est plus en retard mais on est en train de s'y mettre ». Les produits proposés consisteront en « des actifs très concentrés agissant sur la régénération cellulaire ». Puis pourraient s'y ajouter des cosmétiques à appliquer sur la peau en complément. Ce marché devrait être attaqué au cours de l'été.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :