Graffiti recentre sa solution de réalité augmentée sur le shopping… et lorgne le potentiel des lunettes intelligentes

 |  | 789 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
La startup basée à Marseille a vocation à exploiter commercialement le potentiel de la réalité augmentée. Ciblant au départ diverses applications, elle se recentre sur le shopping pour offrir au client des informations instantanées sur la qualité, le prix, et le caractère éthique des produits. D’abord accessibles par scan téléphonique, ces informations pourraient à terme l’être via des lunettes de réalité augmentée, une technologie en voie de démocratisation.

Graffiti naît en 2019 d'une fascination pour la réalité augmentée. Pour Marie Tors, PDG de la startup, cette technologie fait écho à ces films de science-fiction où l'on voit des informations apparaître sur les lentilles du héros, ou même directement dans l'espace. « Il fallait une application business de cela. Il fallait trouver comment, à partir de cette technologie, on crée une valeur et un usage »

Ses yeux se tournent alors vers l'utilisateur. C'est lui qu'elle identifie comme source de valeur, celui qui pourrait être prêt à payer pour un accès instantané à l'information. Et les domaines d'application envisagés sont très larges, allant de la nourriture aux cosmétiques, en passant par la vie sociale et la possibilité de retrouver ses amis. « Ce n'était peut-être pas assez clair, pas assez concis », reconnaît la cheffe d'entreprise qui décide alors de se focaliser dans un premier temps sur le shopping. « Cela ne veut pas dire que l'on fait le deuil de tout le reste. Mais il faut attaquer le marché de la façon la plus pertinente et focus possible ».

De la réalité augmentée pour informer les consommateurs

Elle perçoit un potentiel du côté de la volonté des consommateurs de mieux acheter. « 78% voudraient mieux consommer mais ils manquent de temps ». De telle sorte que « 24% seulement cherchent l'information sur les produits qu'ils achètent. Il y a un vrai espace à combler » assure-t-elle.

En témoigne le regain d'intérêt pour les applications telles que Yuka qui fournissent cette information grâce au scan des produits. La réalité augmentée peut apporter une plus-value sur ce marché.

Graffiti propose ainsi d'informer le consommateur autour de cinq axes : le prix, la qualité, l'impact sur la santé, sur l'environnement, et les conditions de travail dans lesquelles le produit a été fabriqué. « On travaille sur l'alimentation, les cosmétiques, les livres, les vêtements et le vin ».

Pour l'heure, l'identification du produit se fait à partir du code barre. Sauf pour les livres, les films et le vin qu'un algorithme propriétaire permet de détecter à partir d'une simple image. Ce procédé doit s'élargir à d'autres produits.

Cap sur les lunettes intelligentes

Mais en matière de performance technologique, Graffiti n'a pas vocation à s'arrêter là. Elle est à l'affût des mouvements sur le marché et se montre très intéressée par le potentiel offert par les lunettes de réalité augmentée. « Nous avons eu l'opportunité de faire partie des 13 startups mondiales sélectionnées dans le cadre du programme Mixed Reality porté par Deutsche Telekom, en partenariat avec les lunettes chinoises Nreal qui sont les premières qui ciblent le grand public ».

Selon Marie Tors, cette technologie entre dans une phase de démocratisation, portée par une génération Z très à l'aide avec la recherche visuelle et un intérêt croissant des marques pour ce type d'outils. « On attend de voir comment les choses avancent avec Nreal et Deutsche Telekom pour voir comment on pourra développer des choses avec eux ». Mais cela ne l'empêche pas en parallèle de chercher d'autres partenaires et de se tenir au courant des évolutions. « Beaucoup d'acteurs se positionnent. Il faut voir comme les technologies se développent et voir comment on peut s'y adapter ».

Une levée de fonds pour accélérer et garder l'avantage

D'ici là, Graffiti poursuit sa phase de test auprès d'un demi-millier de personnes. « On voit comment ils interagissent avec l'application ». Cela lui permet dans le même temps de repenser son modèle économique. « On rebat les cartes pour créer un business autour des marques, qui leur apporte de la valeur ».

L'entreprise espère réaliser ses premières rentrées d'argent cette année, ciblant deux marchés que sont la France et les États-Unis. « La France, parce que c'est ici que l'on a nos connections humaines directes. Quant aux États-Unis, ils sont un terrain d'expérimentation propice au développement d'applications comme celle-ci, avec une forte agglomération de personnes qui susceptibles de la télécharger ».

Une nouvelle levée de fonds est par ailleurs envisagée en 2022. Le montant devrait avoisiner les 1,5 millions d'euros. « Cela doit nous permettre d'accélérer pour vite générer du chiffre d'affaires ». Car si l'entreprise s'appuie sur ses atouts que sont la propriété de ses algorithmes et « un angle inédit », elle sait que le marché de la réalité augmentée suscite de plus en plus d'appétits. « Il n'y a plus besoin d'évangéliser, ça se développe très vite. Il est donc essentiel d'accélérer et d'être visible ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :