Comment le Suisse Multiwave Technologie s’appuie sur l’écosystème de recherche marseillais

 |  | 880 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
Présent à Marseille depuis 2016 via sa filiale de recherche Multiwave Imaging, le groupe suisse a noué des liens forts avec les acteurs de la recherche publique locale pour améliorer ses technologies liées à l’imagerie par IRM, son métier premier. Il a aussi mis sur pied deux autres filiales phocéennes, l’une dédiée à la recherche en amont dans divers domaines, l’autre au développement de capteurs intelligents pour l’environnement.

A partir d'un champ magnétique et d'ondes radio, l'IRM (ou imagerie par résonance magnétique) est capable de fournir des images en trois dimensions du corps humain, donnant à voir des lésions qui ne seraient pas visibles sur une radiographie standard ou une échographie. Et ce, sans radiation ionisante.

Mais bien que relativement précise, cette technologie présente quelques limites. « Plus on augmente le champ magnétique, plus on améliore la qualité de l'image » explique Panos Antonakakis, président et co-fondateur du groupe suisse. Mais cette qualité accrue va de pair avec l'apparition de zones d'ombres qui empêchent de diagnostiquer certaines pathologies telles que la maladie d'Alzheimer, la sclérose en plaques ou encore l'épilepsie.

C'est pour illuminer ces zones d'ombre - à l'aide de métamatériaux- que Multiwave Technologie choisit en 2016 de se doter d'une filiale de recherche. Filiale qu'elle choisit d'implanter dans la Cité phocéenne.

Un territoire d'expertises en IRM et en métamatériaux

« On avait déjà des liens étroits avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :