Ce que Calysens apporte à Progelife dans la recherche contre les maladies rares

 |  | 809 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Installée à Marseille, cette filiale met à profit des cosmétiques les recherches de Progelife contre la progéria, une maladie rare qui consiste en un vieillissement accéléré. L’occasion de bénéficier de synergies entre les deux domaines d’activité mais aussi d’entrer plus vite sur le marché pour financer et minimiser les risques liés au développement de molécules thérapeutiques.

Le développement de molécules thérapeutiques est un chantier qui prend du temps et dont le résultat demeure incertain. Il n'est donc pas simple de convaincre les investisseurs, d'autant plus lorsque l'on s'attaque aux maladies rares comme le fait Progelife.

Créée en 2014 sous l'impulsion de deux médecins que sont Nicolas Lévy et Pierre Cau, cette biotech développe des molécules contre deux principales pathologies que sont la progéria et la maladie des enfants de la lune. La première consiste en un vieillissement accéléré des patients qui peuvent subir un premier infarctus du myocarde à cinq ans. Elle concerne 300 personnes dans le monde, dont une douzaine en Europe. La seconde est causée par la mutation d'un gène qui empêche la réparation des lésions dues à l'exposition aux rayons UV. Un dysfonctionnement à l'origine d'une prédisposition jusqu'à 10 000 fois plus élevée que la moyenne d'avoir un cancer de la peau. On compte...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :