Sportall veut rendre visibles les disciplines sportives qui le sont peu

 |  | 747 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Installée à Allauch, près de Marseille, cette startup a développé une plateforme permettant la diffusion de tous types de sports, même les moins connus. Pour y parvenir, elle travaille en partenariat avec les fédérations, clubs et champions à qui elle propose tout un panel de services à moindre coût. Pour l’heure centrée sur la France, elle pourrait à terme s’étendre à l’international.

En arrivant sur le marché, l'agence Mediapro a donné un coup d'accélérateur à la bulle spéculative des droits télévisés du football français. Alors que 748 millions d'euros annuels avaient été versés à la ligue de football professionnel (LFP) entre 2016 et 2020, le diffuseur détenteur de 80 % de ces droits a poussé ce chiffre à 1,217 milliard d'euros pour la période 2020-2024. Le pari était risqué. Le modèle économique allait-il suivre ? La question se posait déjà dans un contexte normal. La crise sanitaire n'a pas arrangé les choses. Résultat : le média vient de jeter l'éponge. Voilà qui interroge le modèle des droits télévisés et pousse à réfléchir à de nouveaux modèles. C'est à cela que s'attelle Thierry Boudard, fondateur de Sportall.

Expert de la vidéo sur internet et passionné de sport, il avait envie de mettre sur pied une plateforme...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :