Perfumist, la data et le (nouveau) business modèle de la parfumerie

 |  | 642 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : bpifrance)
Elle est née en se présentant comme le Tinder de la parfumerie, permettant, entre autres, aux consommateurs de choisir entre de multiples propositions odorantes. En valorisant la data qu’elle recueille, la startup basée à Grasse, berceau mondial de la parfumerie, entend bien influer sur le modèle économique et les habitudes de consommation de ce secteur, en pleine évolution.

A l'origine, Perfumist est né pour permettre d'une part au consommateur de s'y retrouver parmi les milliers de nouvelles fragrances mises sur le marché chaque année, et d'autre part pour permettre aux parfumeurs et magasins de parfumerie, d'offrir un service beaucoup plus personnalisé à leurs clients. Le tout s'appuyant sur l'algorithme développé en interne, capable, à partir d'une information précisée - celle de son parfum préféré - d'indiquer quels autres parfums contiennent les mêmes notes olfactives. Un « matching » rendu possible par l'intégration d'une bonne dose d'IA. Perfumist revendique d'ailleurs une base de 50 000 parfums et 2 000 marques.

Un algorithme « entraîné »

Créée en 2017, Perfumist annonce aujourd'hui 500 000 utilisateurs de son application dans le monde. « Ils...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :